AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26  Suivant
AuteurMessage
Dreamboum
rends les gens salty
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 24
Localisation : Beyond

MessageSujet: Re: Cinéma   Mar 10 Sep - 17:42

Toujours dans ma lancée Al Pacino, je viens de voir Justice pour tous. Putain de film, il essaye de faire une certaine critique du système judiciaire mais comparé à Serpico, ce n'est pas super sérieux. Il y a un petit côté cheesy qui fait que c'est rythmé, super sympa à suivre et Al Pacino est encore et toujours un gros BG génial1 

Il y a des moments ou j'en ai pleuré de rire tellement c'était énorme, d'autres ou t'étais pris d'émotion. C'était bien filmé, il y a un petit côté over the top qui colle super bien avec des personnages graves stéréotypés, mais ça marche totalement.


La classe ultime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khan-amil
adore les sushis
adore les sushis
avatar

Messages : 194
Date d'inscription : 08/05/2013

MessageSujet: Re: Cinéma   Ven 13 Sep - 23:03


J'ai regardé récemment Tayou no uta ("la chanson du soleil").
Le film parle d'une jeune fille atteinte de la "maladie du soleil" une maladie orpheline qui provoque de graves brulures a la moindre exposition au soleil, et attaque le système nerveux, jusqu'à provoquer la mort. Sa seule passion est la musique, qu'elle pratique la nuit sur une place déserte.
Bref, d'entrée de jeu c'est sur que c'est pas gai, mais au final ils ont réussit à rendre l'histoire émouvante sans verser dans le mélodrame façon drame familial du dimanche aprèm sur TF1.
La fille est interprétée par YUI, chanteuse qui à fait l'opening de la deuxième version de FMA, et un de Bleach. C'est donc elle qui à composé et interprète les chansons du film, et elles sont bien sympa.

Bref, un bon moment, sans trop de larmes malgré le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquite
L'enculé le plus cool
avatar

Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Cinéma   Sam 14 Sep - 23:10

Bon les gars, oubliez tout ce que vous avez vu, nous allons passer aux choses sérieuses.
Vous voyez, y a un film qui s'appelle Bad Boy Bubby. Avec Philippe, on est peinard, on lance le film hop. Puis là, best.film.ever.
Voilà, ça c'est passé comme ça. Donc, au lieu de rien foutre sur votre pc go mater Bad Boy Bubby, certifié 100% best.film.ever et 200% sdc 
COmpris les potos ?


Ps : A deux ou à plusieurs, le bisk saura rendre l'expérience encore plus hallucinante.
Ps 2 : Go juste lancer le film, ne lisez aucun synopsis, ne vous spoilez rien faites votre Haga !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquite
L'enculé le plus cool
avatar

Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 15 Sep - 13:58

Quoi ?! Tu l'as pas encore maté CODY FUCKING TRAVERS ?!
Mais mec, j'espère que t'étais méga occupé parce que là ça va pas. Passer à côté d'un film aussi cool, ça se fait juste pas. Puis faut se dire que c'est passé sur Arte. T'imagines le truc douche1 ?
Hey oui le couz, ça se passe comme ça sur ACK. Des gens viennent et partagent pleins de trucs énormes, stylé non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Cinéma   Lun 16 Sep - 14:17

Le film a l'air assez étrange, mais étrange dans le sens que j'aime bien.
Je le regarderai bien un de ces quatre, en plus qu'il soit un de tes coups de cœur, mais je me méfie désormais des goûts d'un mec qui n'a pas aimé Kick Ass 2.
génial1 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquite
L'enculé le plus cool
avatar

Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Cinéma   Lun 16 Sep - 14:47


Harharhar, tu me fais vraiment trop marrer Weldar !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie
avatar

Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Cinéma   Sam 12 Oct - 3:29

J'ai vu Blue Jasmine de Woody Allen au cinéma.

En général, j'aime beaucoup Woody Allen et faut reconnaitre que le film est vraiment bien. C'est l'histoire de Jasmine qui vient s'installer à San Fransisco chez sa soeur adopté. Elle a jusque là vécu dans l’opulence grâce à Hal, son ex-mari. Malheureusement et sans qu'on sache pourquoi au début du film, elle semble en être séparé et vit maintenant dans un lieu beaucoup modeste... Ce qu'elle a beaucoup de mal à supporter.

C'est marrant, quand je le décris comme ça, j'ai l'imrpession de voir une comédie comme tant d'autre... Mais en fait c'est plutôt un drame. Il y'a bien sûr les petites traces d'humour prorpes à Woody Allen mais dans ce que j'ai vu de lui, MatchPoint est ce qui ressemble le plus à ce film avec des thèmes un peu similaire, des personnages principals totalement opposé par contre et surtout, une issue qui semble inévitable....

Spoiler:
 

Un bon film, mais j'en ressors un peu tristounet malgré tout. Il m'a aussi moins traumatisé que Matchpoint. Je veux revoir du Woody Allen léger pour rire de la vie bon sang !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diog
Rerorerorerorero~
Rerorerorerorero~
avatar

Messages : 1089
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Sam 12 Oct - 16:39

Haganeren a écrit:
Un bon film, mais j'en ressors un peu tristounet malgré tout. Il m'a aussi moins traumatisé que Matchpoint. Je veux revoir du Woody Allen léger pour rire de la vie bon sang !
http://en.wikipedia.org/wiki/Manhattan_Murder_Mystery

accessoirement c'est le meilleur film du monde aussi

Sinon y a aussi Sleeper, Manhattan et ses comédies légères post 2000 même si les gens en général les apprécient pas mais bon moi je les adore  surtout The Curse of the Jade Scorpion et Whatever Works
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Sam 12 Oct - 22:30

ça m'étonne que t'aime bien Woody Allen Haga, ça m'a l'air d'être un cinéaste (Oui j'ai vu aucun de ses films pringabj'ai essayé de voir Annie  Hall mais c'était tellement auto-centré que j'ai pas put le finir) assez encré dans un milieu assez intello, pour un gars qui n'aime pas les trucs un peu trop "réaliste" c'est surprenant. Après c'est vrai qu'il y a des fantaisie dans les trucs que j'ai vu (Annie Hall quoi hope hope gabrielole ) mais tout de même.

D'ailleurs pendant que j'y suis, vous auriez pas des conseils en film de Woody Allen qui soient un peu moins...Comment dire...Centré dans un espèce de milieu intello ? J'ai entendu vaguement parler de Zelig et Meurtres mystérieux à Manhattan mais est-ce que c'est vraiment différent de son style habituel ?

Sinon euh j'en profite pour poster des "critiques" que j'ai faites, parfois c'est des trucs assez développer que j'ai posté sur SensCritique, parfois des petites merdes "A Chaud" que j'ai mis sur Fb qui se résument à peu près à "J'aime pas". Fin bon, j'ai poster les mêmes pavés partout donc pas envie de le changer ici.

L'Ange Bleu
Josef Von Sternberg, Allemagne, 1930


J'lai vu au cinéma et...Ce fut une déception ! C'est pas vraiment mauvais, mais vu sa réputation d'oeuvre culte je m'attendais à quelque chose de très bon, dommage je ne m'étais pas spoilé l'histoire qui elle est pas vraiment intéressante.

Pourtant la première partie laisse présagé un film léger mais sympathique, pas de plan réellement extravagant, une espèce de côté malsain tout de même avec un étudiant qui se fait maltraité par ses camarades (Problème qui ne sera jamais régler dans le film, il sert pas à grand chose en gros) mais contre-balancé par l'ambiance chaleureuse du cabaret et de la passion assez charmante qu'éprouve un professeur pour une danseuse déluré joué par Marlène Dietrich (Un rôle qui lancera sa carrière par ailleurs).

Puis vient la deuxième partie qui verse pour le coup dans une espèce de drame pathétique qui, en plus d'une transition qui s'est faite très mal, mènent à des scènes assez lourdes. Quelques choses qui est un peu contrebalancé par une réalisation plus ambitieuse, à base de léger travelling et de performances d'acteurs. Mais ces qualités formelles ne font pas tout et sitôt le film fini j'ai eu un arrière-goût assez désagréable.

Je ne déconseillerais pas le film pour autant, le noir et blanc est joli, les acteurs jouent bien et la mise en scène est soignée et offre des moments assez forts. Mais finalement le côté rigolo ne se marrie pas du tout avec le côté dramatique et l'intrigue n'a rien de particulièrement transcendant, c'est bêtement pessimiste et assez méchant aussi.

La légende de Beowulf
Robert Zemeckis, Etats-Unis, 2007


Énorme merde, l'un des pires films que j'ai jamais vu ! Et je ne déconne pas, j'ai HAIS chaque putain de seconde de cette purge : Cette 3D hideuse, ces zooms immondes, ces discours srx business, ce côté faussement torturé, cette esthétique d'héroïc-fantasy à chier ! C'est nul, nul, nul ; je n'ai pas été aussi énervé depuis Amour et je crois qu'Amour est dix, mille fois mieux que ce sous-film bon à jeter, dont on tire les qualités d'une cgi révolutionnaire qui n'a jamais été aussi laide !

J'embrasse Pas
André Téchiné, France, 1991


Deuxième Téchiné jamais avec Les Roseaux Sauvages qui m'avait beaucoup plus malgré ses imperfections, malheureusement ce n'est pas vraiment le cas de celui-là !

Une première partie longue et qui traîne en longueur, notre héros n'est pas particulièrement sympathique et l'intrigue n'avance pas des masses. La deuxième partie relève en revanche le niveau avec une plongé dans le milieux de la prostitution masculine (Pas très intéressante mais plus que suivre Pierre dans son train-train quotidien) et une love-story avec une professionnelle (Plus réussie et touchante). Cependant ça ne change pas le fait que le film n'est pas passionnant, ni vraiment émouvant (Les personnages ne sont pas très sympathique malgré leur passé bien fourni). Il se laisse regarder, c'est déjà ça.

Children of Men
Alfonso Cuaron, Angleterre, 2006


N'y allons pas par quatre chemin, ce film est bourré de qualités ! Sorte de survival dystopique où l'on exploite évidemment beaucoup de thématique qui me tiennent à cœur (Le peuple riche vs. Les pauvres immigré, l'animalité contre les sentiments) et m'a furieusement fait penser à The Walking Dead (Le TellTale Games j'entends, m'étonnerais pas qu'ils aient chipé quelques trucs dedans d'ailleurs). J'ai rarement vu une histoire aussi bien raconté sinon : Franchement j'étais étonné de voir des personnages aussi sympathique alors qu'honnêtement ce ne sont que de simple archétype.

J'ai cependant quelques réserves à emmètre quand à la réalisation : Le côté « caméra vérité » c'est sympa mais c'est quand même pas très joli. Alors oui, c'est utilisé avec intelligence grâce à de superbes plans séquences (Dont une qui m'émeut particulièrement par sa pudeur) ou de poignantes scènes d'émotions mais quand on en arrive à filmer le personnage avec du sang sur l'objectif (!) je me dis que bon y'aurais put avoir une alternative.

Bon je fais ma fine bouche mais c'est vraiment plus que recommandable : Allier les codes du docus avec ceux d'un futur dystopique ça fonctionne pas mal, mieux ça apporte quelque chose au ton du film qui en devient assez unique, surtout pour un film de SF. Et c'est agréable d'avoir l'impression de regarder quelque-chose sortant de l'ordinaire blockbuster aux dialogues sur-écrits, peu crédible, avec des personnages cadré en plan américain et une photographie aussi clinquante que dans une mauvaise pub. Non vraiment, une bonne surprise ce Children of Men.

House
Nobuhiko Obayashi, Japon, 1977


1977 ! Ce film à été réalisé en 1977 ! C'est dingue quoi, 1977 ! J'en reviens toujours pas !

Je n'ai pas envie de mâcher mes mots, ce film est génial ! Certes, on est loin d'un chef d'œuvre, le scénario est volontairement minimaliste et lorsqu'on y réfléchit bien beaucoup d'effets de style sont superflu. En plus y'a pleins d'effets qui ont vieilli mais à un point...Mais ce n'est pas ce qui importe.

L'important dans ce film, c'est cette mise en scène complètement folle, avec grosso modo une idée toutes les trente secondes. Je n'avais jamais vu ça, même Tetsuo qui fait tout de même fort niveau inventivité n'arrive pas à un résultat aussi unique, l'impression de voir un film unique que l'on ne verra que trop rarement autre part. Et lorsqu'on est adepte de la culture internet ou le bizarre y tient une place de choix, on ne peux qu'être ravi de voir un film aussi fou que House.

Certains y voit un film comique. Effectivement grâce à ses effets kitschissime il est vrai qu'on ri beaucoup, mais des scènes comme cette séquence de fin ébouriffante n'ont rien à envier à un Phantom of the Parade dans la manière de plonger son spectateur dans une fascination la plus totale. Il y en a qui disent qu'il n'y a pas de scénario, ce n'est pas vrai car il y en a un mais, avouons-le, ce n'est pas se qui importe ici. Quoi que la manière de confronter les différents personnages à un châtiment due à leur personnalité, je ne trouve pas ça si bête que ça personnellement. Dans les deux cas, ça ne me gêne pas.

Évidemment, le soucis des délires c'est qu'ils sont souvent hermétique et que l'on peut rester bien souvent au bas côté de la route sans comprendre l'engouement qu'ils suscitent. Mais si l'on entre dedans on ne peut qu'être épaté par la suite des événements tant on part loin dans l'absurdité. Et puis bordel on est quand même dans de l'audace pure, 1977 quoi ! C'est hallucinant.

Va, va, vierge pour une deuxième fois
Kōji Wakamatsu, Japon, 1967


Les premières minutes (Qui ont leur importance dans un film d'une heure) furent assez agréable : Cadrage esthétique, joli noir et blanc et une scène de viol efficace sans trop en montrer (Surement due aux 60's, si le réal avait décidé de retourner le film aujourd'hui je me demande s'ils n'aurait insister sur les effets gores). Suite à cette scène, autre scène de viol (Pas d'affilé, il s'agit d'un flashback qui d'ailleurs explique le titre) beaucoup moins choquante évidemment et puis enfin les personnages parlent. D'une manière peu naturelle, façon de se pencher sur le viol et surtout sur la violée et un étudiant formant des phrases contradictoires avec d'une façon particulière, un peu poétique...

Des codes particuliers avec un certains charme...Jusqu'à un certain point. En effet, si un film d'une heure peut faire penser à une oeuvre qui passerait toute seule, détrompez-vous ! Il s'agit là d'un huit-clos à ciel ouvert (Ils sont sur un toit la majeure partie du temps) stagnant sur une psychologie des personnages répétitives et faussement complexe (Le comble étant les récitals poétiques), qui ne sauve pas l'intrigue prévisible au possible. Les effets chocs n'ont pas résisté aux outrages du temps et il n'y à guère la surprenante introduction qui gênera un tant soit peu. La poétique de Wakamatsu annule tout effets de malaise, et ce n'est pas la bande-son jazzy et entraînante qui accentueraient quoi que ce soit (Même si elle est vraiment chouette).

Pourtant il m'est difficile de cracher totalement sur Va, va, vierge pour la deuxième fois car, malgré ses nombreuses maladresses, il reste assez charmant à certains moments, par ses dialogues bancales mais parfois touchant, son image soignée et de jolis plans ainsi que d'autres bonnes idées comme une scène relative au passé d'un des personnages mise en couleurs. Sans être marquant ou bouleversant, il reste tout à fait conseillable.

La robe et l'effet qu'elle produit sur les femmes qui la portent et les hommes qui la regardent
Alex Van Warmerdam, Pays-Bas, 1996


Du champ de coton jusqu'au musée, la vie et la mort de la robe qui donne son nom au film. Une idée plaisante qui en plus amène à des thématique que j’affectionne particulièrement : Film à Sketch grâce au nombreux propriétaire de la robe, un lien indirecte se créera entre les différentes parties qui s'éloignent tout de même chacune entres elles par leur différents personnages et situations aussi risible que tragique, si ce n'est les deux.

Le problème étant que le fil rouge du film, c'est la baise, avec tout ce que ça implique en perversités (J'vous laisse imaginer, qu'on ne m'accuse pas de spoiler). Dit comme ça, ça ne ressemble pas forcément à un défaut mais dans le film on à un peu l'impression de voir des tas d'histoires, qui parfois se ressemble d'une manière plus que frappante, qui servent à montrer des situations plus et moins farfelue/risible/tragique sans être véritablement passionnante. Peut-être est-ce les jolies femmes nues (Ouaip, les autres ne retireront pas leur robe, quand aux hommes se sont des prudes qui gardent leur débardeur pour faire la chose) qui font tout l'intérêt de l'oeuvre ? Boarf.

En fait je trouve l'idée de base très belle mais le film manque de souffle et d'ambition. Ce n'est pas mauvais, la réal' est correcte, certains personnages sont attachants et des scènes prenantes empêche l'ennui de s'installer trop profondément. Mais le propos nébuleux du film, et les histoires traités avec anecdotisme n'en font qu'un film honnête qui a au le mérite d'exister.

(Sinon dans le même style y'a Le Prix du «sou»-venir de Don Rosa, autrement plus mémorable, à lire si vous aimez la bande-dessiné).

La Vie d'Adèle
Abdellalif Kechiche, France, 2013


Mais qu'est-ce c'est cette manie d'étirer des films d'une manière aussi longue ? Dans l'industrie américaine il est évident qu'une telle durée est faite pour ravir le public assoiffé d'entertaiment et lui faire oublier la somme assez astronomique qu'il a payé pour assisté à son divertissement estival. Seulement dans La Vie d'Adèle, pas de combats de robots, pas de batailles entre tribus spatiales, pas de final détonnant à coup d'explosions de monuments connus. Non, juste une histoire somme toute banale : Une fille tombe amoureuse d'une autre fille puis se fait larguer. Rien à première vue ne justifie donc ces 3 heures, et après m'être infliger la palme d'or 2013 je n'arrive toujours vraiment à les expliquer.

Car il est hallucinant de voir à quel point Kechiche se concentre sur des événements anecdotiques de la vie de la jeune Adèle. Si l'on assiste il est vrai à la lente découverte de son attirance pour l'artiste Emma, des éléments d'importances sont éclipsé. Ainsi, et sans transition, nous passerons d'une scène ou la jeune est toujours lycéenne à une autre où elle est devenu institutrice, laissant donc de côté nombres de questions (Comment s'est elle installé avec Emma ? Comment a-t-elle eut son poste ? Mais elle avait pas une copine la dessinatrice ?). Un contraste d'autant plus important lorsque l'on voit que certains moments semblent durer une éternité, le meilleur exemple de ce rythme totalement inconstant étant les dîners, qu'ils soient familiaux (Team Spaghetti contre Team Moule, à vous de choisir ce qui vous paraîtra le plus pénible) ou mondain avec une espèce de représentation d'un microcosme artistique (Imbuvable, évidemment).

L'action avance donc difficilement, excepté peut-être au début avec une dramaturgie à peu près identique à la bande-dessiné (Et encore, ça reste assez longuet...) mais qui est sous le signe de la banalité la plus plombante. On va dire que sur ce point, Kechiche à réussi son job, personnellement j'ai trouvé les acteurs crédibles, même l'irritante Léa Seydoux qui est nettement plus supportable que dans Grand Central, ils ont des répliques qui sonnent juste et l'on voit qu'un vrai travail à été effectué de ce côté. S'il avait été mieux foutu, ça aurait put être une vrai œuvre prenante.

Malheureusement, en plus d'être composé de scènes oubliables et parfois sur-développé pour rien, tout est affreusement filmé, comme d'habitude chez Kechiche. Caméra tremblotante, cadrage approximatif, gros plans intempestifs, un style qui commence à m'énerver un brin ! Les seules scènes que j'apprécie et qui utilisent ce procédé sont les scènes de danses qui sont souvent assez prenantes, dommage il n'y a de tout ça dans La Vie d'Adèle (Même si la scène la plus réussie reste la scène de rencontre, fugace et non appuyé contrairement à une dispute que je trouve crédible mais qui reste assez risible).

Mais maintenant on va parler du point, le point d'orge du film, aussi magnifié que moqué, les scènes de sexe. Lesbienne bien entendu, entre les deux sexes tout le monde est habitué, Oshima est passé par là tout de même. Personnellement moi, que les concernés trouvent ça ridicule je m'en branle pas mal, c'est au niveau de la réalisation que le bas blesse : Il n'y a aucune délicatesse dans cette manière de filmer les corps, rien de gracieux dans cette réminiscence des gros plans tristes et étouffants de La Graine et Le Mulet et autre Vénus Noire que l'on arrivait pourtant à éviter un peu grâce au beau travail sur la photographie. Mais le pire, c'est qu'il ne s'agit d'une scène non, il y a trois scènes, à cinq/dix minutes d'intervalle chacune qui n'est même pas prétexte à une ellipse temporelle d'une longueur acceptable.

Pour conclure, car je n'ai pas envie que vous ayez l'impression de passer autant de temps à lire ma critique qu'à voir le film, la post-rupture entre les deux amantes amène à un final au comble de l'inutile, Adèle va voir l'expo de son ex, elle reste un moment, bavarde un peu et ce casse. Générique. Une méthode digne des pires jeux old-school et hardcore qui en guise de final se targue d'un « Thank you for playing », comprendre que les efforts pour endurer un supplice trois heures d'un film interminable ont été vains. Quelle tristesse.


Dernière édition par Capitaine Couac le Dim 13 Oct - 1:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 0:11

Ils ont sérieusement traduit ça par Va, va, vierge pour une deuxième fois ? ôo

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diog
Rerorerorerorero~
Rerorerorerorero~
avatar

Messages : 1089
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 0:28

Bourgeoisie New Yorjaise =/= milieu intellectuel

Y a bien des références mais y a pas besoin d'avoir fait PhD art moderne pour comprendre les blagues sur les psys et sur les juifs

Il a fait des tas de films qui se déroulent dans d'autres univers comme The Curse of the Jade Scorpion, Sleeper ou Hollywood Ending (j'ai vu que ses comédies car les drames ça me fait chier) et c'est très bien

Et Manhattan Murder Mystery bme il est bien différent de Annie Hall qui est vraiment un film à part et fantastique par ailleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saturnome
Gros gros beau gosse
Gros gros beau gosse
avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 26/04/2011

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 0:34

(edit : zut j'écris mes réponses lentement) Iwant > Couac a dû certainement regarder le doublage québécois pour trouver une traduction de titre comme ça Very Happy Perso j'ai trouvé le film un peu plus sympathique que ça mais c'est pas si faux tout ça.
Pour l'ange bleu, c'est un film culte parce que Marlene Dietrich est culte, mais c'est carrément mon von Sternberg le moins préféré. The Docks of New-York est un pur chef-d'oeuvre, et son meilleur film avec Dietrich c'est Dishonored ou Shangai Express, je n'ai toujours pas vu Scarlet Empress par contre.

Et tu n'as pas regardé de Woody Allen et tu enchaînes les André Téchiné. Pourquoi pas mais bon (j'ai jamais vu un Téchiné), pourquoi veux-tu éviter l'univers intellectuel de Woody Allen? C'est là où il est dans son élément, c'est ce qui donne la saveur new-yorkaise de ses films, et c'est à peu près le seul rôle que sais jouer Woody Allen. Regarde Annie Hall et Manhattan comme tout le monde. Zelig est pas mal aussi, mais c'est pas un Woody Allen "différent", sous la surface particulière c'est Allen à 100%. Le meilleur Woody Allen que j'ai vu, c'est Crimes and Misdemeanors. Un film sérieux qui emprunte ici et là à Igmar Bergman, et c'est une réussite sur toute la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 1:11

Pour Va, va vierge bah... Bah non c'est pas une traduction québécoise ou amateur, c'est la trad fr officielle pour le titre. Mais dans la version originale c'est mot pour mot le même titre donc c'est pas juste une bizarrerie française. (Et oui j'avais la vo + les sous-titres).

Diog a écrit:
Y a bien des références mais y a pas besoin d'avoir fait PhD art moderne pour comprendre les blagues sur les psys et sur les juifs
C'est pas tant les "blagues" qui me gêne mais la manière de présenté l'univers qui m’agace un peu. Dans Annie Hall donc, les longs dialogues sur Le Chagrin et La Pitié ou les questionnements du personnage de Woody que je trouve vraiment pas très rigolo franchement, ça m'a ennuyé. Les trucs que je trouvais réussis c'est les petits jeux de réal (Quand le personnage se matérialise dans son flashback, lorsqu'il imagine un homme venir répondre à l'analyse erronée d'un spectateur...) sinon j'ai trouvé ça plat et c'est pour ça que j'ai arrêté. J'essaye en disant ça d'epliquer pourquoi j'ai envie de fuir le côté "ahah je parle de ma vie new-yorkaise, n'est-elle pas passionnante" du personnage. Enfin bon, je devrais un jour ou l'autre m'en voir un (Ne serais-ce que Manhattan pour lequel tout le monde dit du bien) mais bon, c'est pas bien haut dans ma liste des priorités.

Par ailleurs...

Saturnome a écrit:
Et tu n'as pas regardé de Woody Allen et tu enchaînes les André Téchiné.
J'avais enchaîné les Téchiné parce que j'avais été assez marqué par Les Roseau Sauvages (Qui est pourtant pleins de défauts mais qu'importe), c'était un truc sur le moment quoi. Et je me sens pas plus coupable que ça de pas encore avoir vu des films que tout le monde à vu (Star Wars, Le Seigneur des Anneaux...) ou des réalisateurs cultes (John Carpenter, Sergio Leone...) juste parce que c'est des must see. J'veux surtout voir pleins de trucs différents en fait.

Pour revenir au autres films, ouais L'Ange bleu est pas tip-top, je crache pas sur Dietrich mais bon franchement son rôle dans le film c'est être une femme fatale et c'est tout, je vois pas tellement ce qu'il y a de si "culte" là-dedans, c'est peut-être juste parce que c'est le premier ? Je sais pas.

Et j'suis un peu durs avec le Wakamatsu mais c'est un peu pareil que le Van Warmerdam : C'est des films que je trouve pas dénué d'intérêt dans leur concept, dans leurs idées mais qui se révèle assez décevant lorsque l'on observe le tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saturnome
Gros gros beau gosse
Gros gros beau gosse
avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 26/04/2011

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 2:38

C'est une bizarrerie de traduction de titre parce que c'est si direct, ça fonctionne pas super bien en français. "Go go, vierge à nouveau" ça aurait pu faire.

Pour l'angle bleu, c'est culte pour plein de raisons, c'est un pionnier du tragi-comique, Sternberg quitte Hollywood pour l'Allemagne et revient avec une star qu'il va façonner, c'est l'un des derniers documents de la république de Weimar, c'est le film qui a introduit toute la culture Weimar aux états-unis, l'image que tu a posté est l'exemple parfait, avec le décor un peu bordélique-baroque, Dietrich avec son costume à moitié glamour à moitié masculin avec le chapeau haut-de-forme, le tout un peu trash, sur un tonneau... Mais bon c'est le premier film parlant de Sternberg (et presque le premier de l'Allemagne), c'est maladroit, la transition au milieu fait perdre l'équilibre, comme j'ai dit c'est un réalisateur formidable mais surtout grâce à ses autres titres. Il façonne l'image de Dietrich dans ses films suivant en travaillant énormément un éclairage stylisée très calculée qu'en fonction des formes du visage de Marlene Dietrich, et ses films muets sont d'une poésie qui les place au sommet du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Dim 13 Oct - 10:44

D'après IMBd il existerait plusieurs traduction, puisqu'il titre ce film Vierge violée cherche étudiant révolté mais vraiment la trad officielle maintenant c'est bel et bien Va, va, vierge pour la deuxième fois car c'est sous ce nom que sont vendus les DVDs du film et perso il ne me dérange pas plus que ça ce titre. Même le tient rendrait pas mal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreamboum
rends les gens salty
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 24
Localisation : Beyond

MessageSujet: Re: Cinéma   Mar 15 Oct - 8:08

Carlito's Way (l'impasse)

Film sympathique avec Al Pacino, ça part un peu en longueur, l'histoire ne décolle pas vraiment hormis à la fin avec l'excellente séquence dans le train. Mais t'as vraiment de l'affection pour Carlito. Pas grand-chose à dire la-dessus en fait...

Eternal Sunshine of the Spotless Mind

OH GOD. Je me suis toujours dit qu'il fallait que je regarde des films avec Jim Carrey sur un rôle dramatique. Et mon intuition ne s'est pas trompé, il s'agit vraiment d'une excellent acteur avec un talent fou. Le film est incroyablement bien ficelé, c'est beau, c'est pas ultra-dramatique, tout est bien fait dans ce film. Une véritable tuerie.

The Truman Show

Toujours dans mon odyssée Jim Carrey, je me suis attaqué à ce film et je crois qu'il vient de devenir l'un de mes films favoris. Incroyablement bien filmé, touchant en plein dans le mille sans en faire trop ni pas assez. wtf Jim Carrey devrait être partout sans déconner

Hollywood morsay3 

Jim motherfucking Carrey 2 c00l 4 sk00l 

Prochaine étape : Man on the Moon génial1 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquite
L'enculé le plus cool
avatar

Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Cinéma   Mar 15 Oct - 12:17

Dreamboum -->
Spoiler vénère:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Cinéma   Mar 15 Oct - 18:45

J'essayerai de mater Eternal Sunshine of the Spotless Mind pendant les vacs, avec le film Twin Peaks pour mon égo. The Truman Show est un très bon film qui restera indémodable je pense.

Jim Carrey est un vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Mer 16 Oct - 8:03

Y'a quelque temps y'avais eu un débat sur Taxi Driver, notamment sur sa fin. Et bah...

Spoiler:
 

CODY FUCKING TRAVERS 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Cinéma   Mer 16 Oct - 19:41

C'est vrai que...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eterney
toute la nuit le couscous il choffe
toute la nuit le couscous il choffe
avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 26/12/2010
Localisation : I am live in srbja now

MessageSujet: Re: Cinéma   Mer 16 Oct - 19:53

Tiens c'est marrant, moi j'avais toujours vu le truc comme ça, je trouve ça beaucoup plus intéressant que s'
Spoiler:
 

En fait ça donne vraiment un côté inattendu à la fin du film, un peu ironique. Je préfère ça comme ça.

_________________
Même avec des masques on est plus sincères que toi sans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Jeu 17 Oct - 18:34

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreamboum
rends les gens salty
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 24
Localisation : Beyond

MessageSujet: Re: Cinéma   Jeu 17 Oct - 18:48

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capt C.

avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Cinéma   Jeu 17 Oct - 19:55

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Cinéma   Jeu 17 Oct - 23:55

Toujours sur Taxi Driver.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cinéma   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cinéma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 24 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quizz Cinéphile
» Vidéo : Power Gloves, Creatinator et caméras cinématiques
» Les Meilleurs cinématiques.
» [RESOLU]Caméra Cinématique
» les plus belles cinématiques de jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Culture Board :: Général & Actualités-
Sauter vers: