AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bonnes séries de Papa ACK : Mother

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Sam 1 Jan - 18:18

Ce test a été écrit spécifiquement pour Nintendo Master et donc pour faire découvrir le jeu à des gens qui ne le connaissent absolument pas. (Ce qui explique certaines choses dans le test...) Donc no spoil et on rentre pas dans les détails qui tuent dans chacun des jeux.
Cependant, ayant été viré du staff pile poil au moment où je voulais poster le pavé, il n'a jamais été publié.
J'ai essayé de remanier un peu le tout et rajouter des choses dont j'avais oublié de parler. Bref, c'est pas un copié collé que vous avez là. moai1
Allez ACK! Redonne vie à tant de travail!!!!

Mother/Earthbound Zero



Planête mère


En 1989, Shigesato Itoi décide de sortir un jeu vidéo, un RPG pour être précis, pas comme les autres.
Un RPG qui serait différent, un RPG plus porté sur les sentiments. C'était assez ambitieux faut le dire! Comment notre développeur s'en est sorti? Le jeu est-il encore intéressant à jouer de nos jours?

Starmen attack, the world is in danger!

Au début du XXe siècle, des ténèbres recouvrirent une petite ville de la campagne américaine. À cette époque, un couple de jeunes mariés disparut. Le nom du mari était George. Celui de sa femme Maria. 2 ans plus tard, George revint chez lui, mais il n'expliqua jamais à personne où il avait été ou ce qu'il avait fait. Il commença d'étranges études seul. Quant à Maria, sa femme... elle ne revint jamais...
Voici une introduction bien mystérieuse qui apparait n'avoir aucun lien avec la suite de l'histoire... En apparence seulement, vous vous en doutez bien!
L'histoire de notre héros commence plutôt ainsi : Ninten vivait une vie bien tranquille chez lui, avec sa mère, sa sœur et son père constamment absent quand soudain, damnit, les objets se mettent à attaquer notre héros! Le combat rapidement expédié, notre protagoniste se dirige vers le chambre de sa sœur pour y abattre la poupée l'attaquant alors armé de son ép... ah... de sa batte de baseball... Bon...


Vous avez pensé à la batte de baseball?
L'histoire peut commencer!


Cet étrange incident n'est pas le seul de son cas de la région, et comme Ninten est un garçon bien prévenant, il ira traverser le monde pour savoir d'où proviennent ces mystérieuses attaques.
Heureusement, Ninten est un ESP et possède des pouvoirs spéciaux, télékinésiques (ou PSI). C'est pourquoi il ne part pas les mains vides dans sa grande aventure.

Mother a de grandes ambitions, mais ne peut trahir les limitations techniques à l'heure de sa sortie. En effet, malgré des moments particulièrement réussis pour l'époque en termes de narration ou de scénario, le plus gros de l'aventure se résumera à trouver les huit mélodies dont vous aurez besoin pour défaire le dernier boss, l'infâme Guiege (ou Gigyas comme on le nommera par la suite.)

Une narration réussie? Une véritable histoire? Voilà quelque chose qui mérite tout de même d'être félicité puisque nous attaquons d'emblée de jeu un point finalement assez réussi de cette antiquité.
Certes, il ne faut pas non plus chercher bien loin, le scénario est bon mais paraitra ridicule de nos jours. (Encore que... En étant un minimum ouvert... Si on fait pas attention à la mise en scène datée... Il a encore son petit effet) Quoiqu'il en soit, à l'époque, à coté des guerriers de la lumière qui défoncent le méchant de FF et de la quête d'Alice dans un monde de science-fiction pour défoncer le méchant de Phantasy Star, Mother tente une approche plus sentimentale, un autre style d'histoire, une narration assez particulière avec quelques scènes vraiment marquantes.

Les combats approchent : Bat devient fou!

La présentation des combats de Mother fait furieusement songer au premier abord à celle de Dragon Quest. Autre célèbre série de RPG au Japon...

Tout y est n'est-ce pas? La fenêtre de commande, l'ennemi qui nous fait face, et la "console" nous indiquant les actions de l'ennemi; Vous savez, ces messages du genre "Enemy A vous attaque et vous inflige 15 dégâts".
Le joueur a donc la possibilité de choisir entre attaquer un ennemi, lui faire une attaque PSI, utiliser un objet, analyser l'ennemi pour connaître ses caractéristiques, se défendre, passer en mode "auto" ou encore fuir.
Le mode auto est finalement pas si courant et permet au joueur de faire autre chose pendant que le combat se déroule automatiquement. Lorsque les PVs arrivent au plus bas, les personnages utilisent d'eux-mêmes les sorts de soin. Il s'agit donc d'un "auto" assez réussi mais qui montre, bien sûr, ses limites. (Et encore heureux parce que sinon, on aurait plus besoin de jouer, le mode auto s'en chargerait tout seul...)

Le système d'apprentissage est des plus banals, au fur et à mesure que l'on monte des niveaux, on apprends des nouvelles attaques psy... Voilà, c'est tout. Oh! Des attaques psy, il y'en a de toutes sortes! Des sorts offensifs classiques, bien sûr, et les classiques sort d'altérations d'état et d'augmentation/baisse d'attaque et de défense.

A noter que les combats ne sont pas toujours des plus aisés, et le joueur devra parfois faire preuve d'un peu plus de subtilité pour triompher que de simplement s'entrainer pour devenir plus fort. Les sorts autres qu'offensifs permettant de rendre un ennemi confus, endormi, empoisonné ne servent pas à RIEN comme dans beaucoup de RPG, ils sont ici fondamentaux.
Oui, baisser la défense de l'adversaire sera des plus utiles contre certains boss notamment. Oui, paralyser un ennemi est non seulement pas impossible mais cela pourrait même sauver la vie au joueur imprudent!

Ceci dit, au regard d'aujourd'hui, Mother est un RPG particulièrement austère. Normal pour un jeu de NES me direz-vous, mais il reste frustrant de voir par exemple que lorsqu'un ennemi meurt, les personnages qui le visaient à la base ne se tournent pas vers l'ennemi encore vivant. Plusieurs petites fautes.

Il y'a cependant une chose plus forte que les attaques psy utiles ou le mode auto qui caractérise Mother. C'est son ambiance déjantée.


La célèbre bataille contre un Hippie! Si si...


Que dire face à une attaque du genre :
"Hippie apparait!
Hippie utilise HAUT-PARLEUR : "Eh! Ninten! Regarde derrière toi! Ta mère t'appelle!"
Ninten se fait avoir.
Défense de Ninten baisse de 30."

Plus que de simples gags, les commentaires permettent de voir que l'on a autre chose devant nous que des ennemis bidons. Un petit détail tout bête par exemple. Un combat contre un robot se terminera par "Robot A est mis en pièce", un combat contre un zombie "Zombie A redevient poussière", contre un humain "Humain A se calme".
Le système de message est donc bien plus poussé et permet d'avoir, lors de certaines scènes encore anthologiques, une véritable narration intéressante et dynamique. Plus qu'un détail, l'une des innombrables facettes de la personnalité du jeu... Mais aussi de la série entière qui saura énormément jouer sur cette particularité.

Welcome to America!

Vous le saviez déjà, le monde que le jeu propose de parcourir n'est pas un énième monde de fantasy plus ou moins dérivé du moyen-âge mais propose un environnement avec des voitures, des trains, des cartes bancaires, des écoles, des usines... En bref, à une époque relativement proche de nous.


La diversité des lieux ne vaut bien sûr pas un RPG SNES mais on voit qu'il y'a eu un grand effort de fait là dessus.


Et la quête est des plus originales, vous vous devez de partir sur la trace de mystérieux extraterrestres appelés Starmen manifestement ici pour semer la panique et dotés de plans qu'il vous faudra percer et qui pourraient bien vous surprendre.

Ce point est donc assez intéressant puisqu'il propose véritablement un environnement que le joueur n'a pas eu beaucoup l'occasion d'explorer. Avec cela, Itoi a eu une idée assez amusante. Il a en effet décidé qu'il n'y aura pas de limite entre les villes et la carte du monde contrairement aux autres jeux de l'époque. Résultat : Une carte du monde géante qu'il est quasiment possible de traverser sans la moindre transition. (Bon, hors combat)


Sans transition, nous voici dans un nouveau village!


Le jeu proposant d'explorer le monde de fond en comble pour trouver 8 mélodies, écoutez bien chaque PNJ comme cela est de rigueur dans les anciens jeux et surtout, soyez curieux, entrez dans les endroits que vous ne connaissez pas, menez l'enquête vous-même. Vous êtes libre, profitez-en!

Et au détour d'un chemin, il vous arrivera peut-être de rencontrer l'un des rares évènements scriptés du jeu. Des évènements finalement assez peu nombreux mais assez marquants pour être appréciés.

L'heure n'est plus au pixel, un jeu vieillissant...

L'aventure est assez courte cependant, et en à peine une quinzaine d'heures assez gonflées par la difficulté des fois abusives du jeu.

Itoi a voulu un jeu plus sentimental, avec des séquences fortes et un monde cohérent. Il fut récompensé par un succès au rendez-vous lorsque le jeu sortit au Japon. On peut donc parler de Mother comme étant réellement un précurseur. Il est de par cela l'un des rares RPG de l'ère 8 bit encore intéressant à parcourir pour le joueur actuel. (à mon sens en tout cas)

Les graphismes sont visibles, les musiques sont agréables. (Ah! Pollyanna !) Oui, le jeu peut encore être agréable. La plus grosse tache au tableau étant les très nombreuses phases d'entrainement nécessaires pour éviter de devoir appuyer sur la commande fuite en priant les Dieux que cela fonctionne parce que ça fait un moment que l'on a pas sauvegardé!

Mother 1 étant très libre, il est très facile d'aller dans des endroits avec des ennemis bien trop difficiles pour le joueur. Ce qui peut s'avérer assez décourageant et c'est finalement selon moi le plus gros problème du jeu. Oh! Il existe bien un patch permettant de doubler l'expérience et l'argent reçus lors des combats... Mais à vous de voir si vous souhaitez user de tels artifices. (Il paraît que ça rend le jeu TROP facile après...)


La grande liberté peut être assez inconvenante pour trouver toutes les mélodies.
N'hésitez pas à parler à TOUT LE MONDE pour qu'aucun indice de vous échappe


Un autre détail montrant le grand âge du jeu se trouve dans les imperfections du gameplay, les personnages ne changeant pas de cible une fois un monstre mort par exemple. Cela ne contribue pas à le rendre accessible mais...

Alors on s'y lance ou on s'y lance pas?

Mother 1 est une curiosité et c'est bien cela qui le rend encore jouable aujourd'hui. Son univers décalé, son ambiance particulière et même son scénario (Bon surtout vers la fin) peut intéresser le joueur actuel!
Bien sûr, il faudra passer outre l'austérité du jeu, clone voulu de Dragon Quest qu'il parodie allègrement sur le coup et demandera donc au joueur de level upper pendant trois plombes pour passer un endroit, ce qui est tout de même très agaçant.


Oui ils sont très rigolos les ennemis.
Je peux fuir en criant "Maman" maintenant? moai1


Un autre argument de poids en la défaveur du jeu est que beaucoup des excellentes idées de ce soft ont été réutilisées dans sa suite, Mother 2 aka Earthbound, et souvent bien améliorées.


Mother 2/Earthbound


En 1994 après Jesus Christ, tous les studios de développement de Nintendo ont sorti leur jeu sur la dernière console, la SNES, et c'est sur N64 qu'ils sont surtout occupés. Tous? Non! Un petit studio remplis d'irréductible développeurs continue encore et toujours son projet de RPG : Mother 2.
Et il faudra bien des hectolitres de potion magique (du café fort 100% pur et noir) pour permettre la sortie du jeu qui est en préparation depuis que Mother 1 a été terminé. (Ouais... 5 ans quoi)

Faut dire que le développement n'est pas simple! Le jeu est partagé entre deux studio, Ape et Hal Laboratory, étant situés à des endroits séparés... Sûr que les allers-retours devaient être fatiguants!

Mais qu'importe, le jeu sort! Mais, qu'est-ce que c'est que ce soft?


Damned! Ils sont de retour et ils sont pas contents!




*KATABABOOOM*
Hein? Quoi? Que se passe-t-il?
Ness réveillé en sursaut ne pouvait pas savoir que c'était le début de ses ennuis. (Nous, on est joueur, on sait bien que les ennuis commencent généralement peu de temps après avoir appuyé sur « Nouvelle Partie » )
*toc toc toc*
Et en plus, on frappe à la porte. Toute la maisonnée est réveillée, mais y' en a pas un pour l'ouvrir! C'est Pokey, le voisin d'à coté (Le premier qui me dit « Normal pour un voisin », je lui balance mon clavier...)
Pokey n'est pas ce qu'on pourrait appeler un exemple de bon ami mais il a l'air d'avoir besoin d'aide, une météorite est tombée au sommet d'une montagne près de la maison de Ness et le frère de Pokey est parti voir sans autorisation. Pokey craignant plus que tout d'être puni par ses parents pour avoir mal surveillé son frangin, les deux compères s'en allèrent voir le bout de ciel qui leur était tombé sur le coin de la tête.
Ils apprirent alors la prophétie faisant de Ness et de trois autres héros, des élus qui sauveraient la Terre de Gigyas souhaitant instaurer le chaos sur Terre. (Sale bête!)


Une scène encore plus importante qu'il n'y parait...


Le scénario paraît bien lointain au commencement du jeu. Il paraitrait que Gigyas a une sincère horreur d'une certaine musique qui a été séparée en 8 et qui a été scellée dans 8 sanctuaires. (Clin d'oeil au 1?)

Le scénario n'est donc surtout prétexte qu'à une exploration en règle de l'étonnant monde dans lequel vous êtes plongé, ce qui fait la force de Earthbound finalement. Vous serez au début confronté à des ennemis plutôt communs, à des paysages ressemblant beaucoup au premier opus, un paysage plutôt américain dans l'âme.


Un paysage qui change tellement de ce qu'on a l'habitude de voir dans un RPG...


A ce moment là, on pourrait se demander si Mother 2 n'est pas qu'un Mother 1.5, cela serait aller bien vite en besogne. Plus l'histoire avancera, plus vous vous retrouverez dans des endroits improbables, fantastiques et intéressants. Une diversité que la NES n'avait pas la possibilité d'offrir et qui est maintenant bien présente.

Selon moi, EarthBound est un jeu qui devient de plus en plus intéressant au fur et à mesure du jeu jusqu'à finir dans une véritable apothéose au boss final incroyablement marquant.

Psychedelic Rules

L'ambiance du premier Mother était déjà assez particulière mais là, les développeurs ont tout de même ajouté quelque chose qui se remarque tout de suite : Les arrière-plans dans les combats.
Ils auraient pu, comme dans n'importe quel autre jeu, simplement placer des arrière-plans en fonction des endroits visités mais il n'en est rien.

Les images parlent d'elles-mêmes, le décor est totalement psychédélique, c'est assez impressionnant à voir les premières fois et c'est donc une impression assez étrange qui accompagne le joueur durant tout son parcours; renforcée en plus par les monstres au design encore plus curieux (mais pas forcément plus drôle) qu'auparavant ainsi que par les effets visuels bizarres qui modélisent les magies.


Ca plâââne mec


Cette ambiance déjantée, ce coté du jeu, il est impensable d'en parler sans tenter une description des si particulières musiques qui accompagnent le jeu. Alors que les musiques de ville sont plutôt sympathiques et vraiment agréables aux oreilles, les musiques de combat ou de lieux plus particuliers sont généralement assez expérimentales.
Comme n'importe quoi de ce genre de musique, il y'a ceux chez qui ça plait et ceux chez qui ça ne plait pas du tout. Force est cependant de constater que cela rend le jeu encore plus particulier et lui donne une âme véritablement différente des innombrables excellents RPG sortis à la même époque.
La force de EarthBound finalement...

Monde inoubliable

Si le scénario se fait encore une fois oublier très rapidement (mais reviendra en force à la fin!), le principal intérêt de Earthbound, ce pourquoi il est plus qu'intéressant d'y jouer est, vous l'aurez compris, son ambiance.
Elle ne se manifeste pas seulement dans les combats mais bien dans l'univers et dans l'humour.

Vous avez tous joué à des RPGs où il est excessivement lourdingue de parler à tout les NPCs. On ne peut pas y couper au cas où il y'en aurait un qui a un truc intéressant à dire, mais qu'est-ce que c'est barbant...

Earthbound, les NPCs tiennent une bonne part dans l'amusement du jeu, ils lancent des blagues, brisent le quatrième mur, approfondissent l'histoire ou sont juste COMPLÈTEMENT décalés.


Earthbound, le seul jeu où un type aux toilettes parle du sens de la vie...


L'aventure qui commence, avouons-le, de façon assez lourdingue deviendra au fur et à mesure une véritable expédition dans un monde sans règle avec toujours des surprises à la clé... Pas pour les héros (amorphes...) mais bien pour le joueur! En cela, Earthbound est un RPG EXTRÊMEMENT différent de la plupart des autres jeux du même genre. L'intérêt que l'on aurait tendance à porter à d'autres RPGs (personnages, histoire, système de combat) est ici quasiment absent et à la place le jeu propose des choses que nul autre propose à sa place, de l'humour, du décalage, de la surprise et du merveilleux...


Je me retiens pour le spoil mais... Les endroits visités sont très variés!
Il n'y a pas que de la ville!


Tombent petits PVs, tombent, tombent, tommmbent!

Le jeu aborde toujours sa vue à la première personne où le texte, surtout, informe de la situation.
Nous seront ainsi heureux d'apprendre que comme pour l'opus précédent, les ennemis peuvent être très drôles grâce à cela. Cependant, Mother 1 avait des textes peut-être un peu plus amusants, plus percutants à mon sens.
Peut-être que la priorité a moins été donnée sur les textes de combat dans cette suite ou que je m'imagine des choses.

C'est d'autant plus étonnant que même si le système de combat est resté globalement le même, beaucoup de chose ont évolué dans le bon sens.
Les magies sont maintenant bien mieux rangées, ce qui rend leur utilisation moins fastidieuse. Les si confortables options des RPG plus récents sont présentes comme la sauvegarde de l'action précédente pour aller plus vite ou encore le fait que lorsqu'un ennemi meurt, tous ceux qui visaient ce dernier change de cible.
Ça a l'air de rien, mais les combats en deviennent d'un coup bien plus agréables.
Et une fois de plus; il sera en plus agréable de constater que les magies telles que la paralysie ou le mutisme qui s'avèrent inutiles dans 98% des RPG sont particulièrement intéressantes ici parce que cela peut marcher même contre des boss! Un moyen parfois de se débarrasser simplement d'un ennemi qui paraissait vraiment trop coriace. Si vous avez un problème contre un boss, tentez ça, vous ne devriez pas le regretter!


Ice? Mais qu'est-ce que tu fais déguisé en arbre? ô_o


Enfin, nous observons l'apparition d'une petite idée forte intéressante.
Il se trouve que lorsqu'un personnage se prend des dégâts dans le jeu, ses PVs baissent progressivement et non d'un coup.
Par exemple, imaginons que Ness n'ait plus que 100/500 PVs lors d'un tour. Sentant qu'il est mal barré dans cette situation, vous vous décidez à lui lancer un sort de soin.
Cependant, avec que vous puissiez, le tour de l'ennemi vient et achève Ness, ses PVs baisseront graduellement et Ness ne mourra pas tout de suite, avec un peu de chance, le sort de soin aura le temps d'atteindre le héros avant qu'il ne meurt.
Un système bien utile même si les points de vie baissent trop rapidement, empêchant le système d'être véritablement utile sauf à la limite vers la fin du jeu, lorsque les membres possèdent un grand nombre de PVs.
Cela reste cependant une petite idée sympathique, une subtilité appréciable qui prendra son envol dans l'opus suivant.

Enfin, la dernière chose et non la moindre concerne les ennemis qui n'apparaissent plus aléatoirement et sont visibles sur la carte. Ils restent cependant assez difficiles à éviter mais on peut y arriver.
A noter la couleur de transition qui précède les combats.
Si l'ennemi vous touche de dos, la couleur de transition devient rouge et ce sera comme si les ennemis vous avaient pris par surprise.
Si vous touchez l'ennemi normalement, la couleur est bleue et le combat se déroule normalement.
Plus intéressant, imaginons que vous avez un niveau qui fait que vous pouvez battre l'adversaire en un coup?
En ce cas, les ennemis chercheront plus à vous fuir qu'à vous attaquer. Si vous souhaitez tout de même la bataille, la couleur de transition sera verte et avant même de commencer la bataille, l'ennemi sera battu et les points d'expérience alloués. Voilà qui évite d'innombrables combats à l'issue trop évidente. Un véritable plus dans le confort de jeu encore une fois.

Rail travel

Si Mother 1 pouvait se targuer d'avoir un monde très ouvert où la liberté était de mise, cela a été manifestement relégué au second plan pour cette suite... Comme la plupart des jeux SNES par rapport à leurs homologues NES finalement.
Ainsi, l'histoire est franchement plus présente dans ce second opus que dans le premier. On assiste moins au syndrome « Et que je te lâche le joueur dans la nature après une intro écrite, à lui de se débrouiller! », ce qui devrait le rendre plus accessible au joueur d'aujourd'hui.


Un moment très scripté du jeu... Et à partir de là que le jeu commence véritablement à devenir passionnant à mon sens


Cette linéarité permet donc des scènes plus présentes quitte à faire un monde où tout n'est pas accessible d'un bout à l'autre. (Par exemple, on ne peut aller et venir de beaucoup d'endroits QUE par téléportation, il n'y a aucun chemin permettant d'y aller réellement à pied. Une telle chose était pour le moins impensable dans le premier Mother.)

Au niveau de la difficulté, Earthbound n'est ni excessivement simple, ni excessivement dur pour moi.
J'ai personnellement trouvé que les boss notamment étaient plus durs au début qu'à la fin.
Cela ne reste qu'une impression personnelle cependant. Le jeu reste assez dur au fur et à mesure de l'aventure mais ne m'a jamais semblé réellement frustrant. En effet, à chaque boss dur, il faut toujours se dire qu'il y'a peut être un objet particulier à utiliser ou une magie de paralysie à faire.
Bref, un truc pour se décoincer rapidement.
Un bon point pour ma part je dirais donc.


Tu m'embêteras plus longtemps toi. Maudite taupe


En vérité, je vous le dit, ce jeu PUE

Malgré ses qualités, Earthbound n'a pas vraiment fait d'excellentes ventes lors de sa sortie US... Pourquoi tant de haine? Il y'avait pourtant une très grande campagne publicitaire...
Parlons en de cette campagne, je sais pas qui a eu l'idée mais le slogan était : « This game STINKS » (Ce jeu PUE), avec quelques autres commentaires tels que « Earthbound. It's like living into your gym shoes. » (Earthbound, c'est comme vivre dans vos chaussures de sport)
Une campagne que je ne me gênerai pas de qualifier de particulièrement lourdingue en vérité. Ils voulaient apparemment jouer avec le sentiment de contradiction, disant que les jeunes garçons étaient plus attirés par les choses que l'on déconseille...
Enfin bref, pour moi, c'était surtout ridicule et désastreux!

En dehors de cette campagne brillante pour son originalité (on ne peut le nier), rappelons aussi les graphismes somme tout assez particuliers du soft et replaçons le contexte.
Graphiquement, en face de jeux comme Chrono Trigger ou même FFVI, le jeu ne faisait carrément pas le poids et n'attirait pas plus que ça. (Bien sûr que le style graphique est assumé, mais quand tu dois jauger un jeu uniquement à la boite sans avoir Internet euuuh...)
A cause de cela sans doute, Nintendo of America ne veut plus entendre parler de Mother, nous v'là beaux!

Maman! Y'a des aliens dans l'frigo!

En conclusion, nous avons affaire à un jeu pour le moins... Particulier.
Le scénario reste beaucoup moins présent que dans les autres RPGs sortis à l'époque. Les personnages aussi, n'ont pas réellement de personnalité bien convaincante. Tout se concentre sur le monde incroyable de Earthbound qui se révèle de plus en plus intéressant au fur et à mesure de l'avancé du joueur.
Encore faudra-t-il passer outre les graphismes assez datés, un système Dragon Quest tour par tour très très cheap et un début que je trouve un peu poussif pour pouvoir voir enfin la qualité de ce soft expérimental trop boudé selon moi!

Mother 3




Après la SNES, c'est en toute logique sur N64 que se déroule la suite de la saga.
Itoi nous a cette fois-ci concocté un scénario nettement plus marqué que les premiers épisodes de la saga, nettement plus sombre notamment. Les premières images apparaissent dès 1995 pour le plus grand plaisir des fans.



Le projet prend cependant du retard, de fil en aiguille, il est déjà 1998! Le jeu est alors reporté sur le fameux 64DD, ce fameux lecteur de disque N64 qui s'annonçait si prometteur mais qui fut finalement un échec retentissant, à tel point qu'il ne sortir pas de l'archipel. On peut supposer sans grand risque que c'est pour cela que Nintendo a préféré délaisser cet accessoire ainsi que les projets en cours dessus pour se concentrer sur la Dolphin qu se révèlera être plus tard la Gamecube. (Ca fait deux fois qu'il nous fait le coup! D'abord sur SNES, maintenant sur N64!) Il faut dire que le jeu était très ambitieux, avec une immense map bien plus grande que la plaine d'Hyrule sans temps de chargement et des graphismes de toute beauté! (Enfin, sur N64... )

Peut-être à cause de cela, Itoi finit par déclarer que Mother 3 est annulé et ne sortira jamais.
Ceci marque d'ailleurs la fin de ce test...
































Vous y avez cru?
Oui, le jeu a bien été annulé sur N64 mais il sera repris par la suite sur GBA! Pour le coup, Itoi « adoucit » un peu le scénario et adapte le tout pour la GBA. Chantez oiseaux et brillez soleil! Le jeu ne sortira finalement qu'en 2006! Les fans Etats-Uniens de Earthbound attendent le jeu avec grande impatience......... Et ils peuvent attendre longtemps!
Malgré les efforts du studio de développement pour que tout le monde puisse profiter du jeu, Nintendo se passe de tout commentaire pour sa localisation... Ca veut tout dire quoi.
Sans doute la faute à Nintendo of America qui n'a, curieusement, jamais pu apprécier la série des Mother. (Les relatives mauvaises ventes du jeu Earthbound y furent probablement pour quelque chose)
Heureusement, bien heureusement, il existe des personnes bonnes et généreuses sur cette planète emplie de brutes immondes et méchantes. (Bon, j'en fais trop là) Un patch de traduction anglaise a été effectué par des fans et j'aime autant dire que non seulement ils peuvent en être remerciés de tout cœur mais en plus, la traduction est d'une qualité exemplaire.
Bref, tout ça pour dire que si vous voulez jouer au jeu, y'a pas le choix, c'est avec une ROM et un patch de traduction!
Ceci étant dit, que nous réserve le jeu?

Don't cry until the ending 3

Fini les Etats-Unis modernes du XXe siècle inhérent aux anciens épisodes! Nous voici en face d'un monde ressemblant plus à ses villes de Western... Sans pour autant qu'il y'ait de désert.
Au fait, le monde est un peu hors du temps, ni moderne, ni médiéval. Ce monde est une île. Ce monde est Nowhere Island.
Ce monde est finalement utopiste puisque le village y vit une paix profonde, des dinosaures vivent en harmonie avec les humains, la prison du village n'a jamais servi, Flint et sa femme Hinawa ont deux beaux enfants, Klaus le bambin hyperactif et Lucas le pleurnichard qui jouent avec des gentils dinosaures comme on jouerait avec un chat.

Un jour cependant, une musique retentit dans le ciel provenant d'un OVQOBMI. (Objet Volant Que l'On aurait Beaucoup de Mal à Identifier) L'objet ne se contentant pas de faire un concert en plein air, il largue des bombes incendiaires sur la forêt!
Ce n'est pas le seul mal, les animaux habituellement si aimables se trouve soudainement agressifs envers les habitants du village. Une armée de soldats avec des masques de cochon sort des vaisseaux spatiaux mais n'ont pourtant pas l'air de vouloir user de violence pour conquérir le monde. Quelles sont leurs intentions? Quelle catastrophe va plonger sur le monde?


Ils ont pourtant pas l'air bien dangereux... A première vue cependant, à première vue.


Il va de soi que j'ai « omis » de citer les éléments les plus spoilants du scénario et donc les plus marquants! (D'autant que le jeu commence quasiment tout de suite!) Le jeu se fait un point d'honneur à nous servir une narration absolument fabuleuse!
Les personnages faits de pixels colorés nous paraissent particulièrement humains, le jeu est fait pour nous toucher au cœur et sans vouloir prétendre nous faire pleurer comme une madeleine, il faut reconnaitre que le monde de Mother 3 est incroyablement touchant et profond, pour un simple RPG... Avec cela, une véritable réflexion peut être tiré de l'histoire sur notre mode de consommation, notre façon de vivre et tout ce genre de chose, un véritable jeu "intelligent" vous dis-je!


Les Claymans sont des êtres de terre glaise conçus pour répondre aux ordres de leur employeur. Sans doute les créatures les moins fortunées du jeu.



Pour regagner de la vie, rien ne vaut une source chaude... Typiquement japonais...


Pourtant, les héros n'ont pas l'air folichon à vue de nez, d'autant qu'ils pipent rarement un mot. C'est d'ailleurs l'un des seuls aspects qui "respecte" les anciens opus sur Mother, le reste n'a pas grand chose à voir. Nous n'avons plus vraiment un monde à explorer comme dans les anciens (un peu mais cet aspect est bien moindre qu'auparavant) et à la place, nous suivons le destin palpitant d'un village et de chacun de ses habitants. Nous avons donc une narration assez étrange, on pourrait penser qu'elle ne serait pas très immersive et pourtant, je peux vous assurer que cela fait longtemps que je n'avais pas tant joué à un jeu! Les éléments s'enchainent, les coups de théâtre affluent, les combats déménagent.
Pour sûr, Mother 3 est un jeu qui a du rythme.

Avez-vous dit du rythme?

En plus d'innover dans la la série au niveau de la narration, le gameplay a également un beau relooking et est la preuve qu'il ne suffit pas de réinventer le genre pour offrir à la fois un gameplay frais, original et efficace.
Déjà, les messages durant les combats ne passent plus tout seul, cela n'a l'air de rien comme cela et pourtant, ça a une influence directe puisque l'on peut passer les messages plus vite.
Cela permet d'atténuer la redondance de certains combats contre des ennemis que l'on a l'habitude de voir.
Avec cela, le gameplay conserve le fameux principe des dégâts dégressifs instaurés par Mother 2 en l'améliorant! Déjà, en quoi consiste ce principe? (Pour ceux qui n'ont pas lu le test de Mother 2)
Très simple! Si dans un FF, vous vous prenez par exemple 50 dégâts alors qu'il ne vous reste que 20 PVs, vous mourrez instantanément.
Ce n'est pas le cas dans Mother 3! Vos PVs tomberont de 20 à 0 en temps réel et vous aurez peut-être moyen de prendre une potion très rapidement avant de mourir!
Cela peut laisser une très grande marge! Lorsque l'on a dans les 200PVs, l'ennemi a beau vous balancer des coup qui vous en enlèvent 300, vous avez largement le temps de contrattaquer, vous soigner ou vous enfuir.
Bien sûr, il faut être rapide et c'est là que c'est drôle, il n'est pas rare de voir un ennemi déclencher une attaque surpuissante sur tout le groupe et de passer un tour, en panique, à soigner tout le monde!
Évidemment, l'inverse est également possible, si vous avez peu de PVs, vous n'aurez pas le temps de prendre la potion et là, c'est la mort dans d'atroces souffrances. De plus, certaines attaques font décroitre la vie plus rapidement que d'autres, n'espérez pas que vous allez vous la couler douce!

Bien au contraire, le jeu est plutôt ardu! Un drôle de contraste avec l'aspect particulièrement linéaire du soft. Il ne sera donc pas rare que vous ayez à faire un peu de levelling (bien heureusement bien court) afin de battre un boss très ardu. Cela permet d'avoir des combats particulièrement épiques.
D'autant que le célèbre humour de Mother avec des ennemis aux réactions étranges est toujours là! Chaque monstre a ses propres phrases ce qui permet de se rendre compte que l'on a affaire à autre chose qu'un simple sprite qui clignote en face de nous.


Les ennemis ont parfois des réactions vraiment étranges et des faiblesses inattendues. Les exploiter, c'est l'essence même du jeu!


Dernière excellente idée du système de combat : Le coup de rythme.
Une idée qui n'a l'air de rien mais qui dynamise de manière incroyable les combats.
Lorsque votre personnage frappe un monstre, il peut effectuer des combos si vous appuyez plusieurs fois de suite sur le bouton A.
Mais je vois déjà les pros du bourrinage de A de Mario Party préparer leur pouce! Vous n'y êtes pas du tout les gars!
Il ne s'agit pas de tapoter le plus vite possible mais de suivre le tempo de la musique!
Du coup, les combats ont des musiques très différentes selon les ennemis, une musique par boss bien sûr mais limite une musique par ennemi! (disons presque une musique par type d'ennemis)
Le but étant de taper sur A au rythme du tempo de la musique! Une limite de 16 combos est cependant imposée pour éviter de rendre le jeu trop facile à ceux qui ont le rythme dans la peau.


Pour frapper le rythme, le jeu est à prendre avec des baguettes! Un conseil: frappez le tempo de la musique avec les pieds, ça aide. Pas besoin de WiiMote pour faire bouger les gens!


Certaines musiques sont par ailleurs extrêmement dures à appréhender avec des changements de tempo et tout, ne croyez pas qu'il s'agisse de quelque chose de forcément facile. Seulement cela permet d' « obliger » le joueur à se mettre dans le jeu et donc de ressentir plus la musique et l'ambiance du soft.

Strange, Funny, & Heartrending-Welcome to MOTHER3 World!

L'ambiance du soft est clairement son meilleur atout. Le légendaire humour de la série revient en force mais dans un climat plus tragique. On ne sait pas toujours si on doit prendre certains passages au sérieux ou à la rigolade. Les expressions des personnages, les NPCs loufoques tendraient à faire sourire alors que l'histoire et la musique tendraient à nous faire prendre le tout au sérieux. Ce mélange rire/tragique donne une ambiance très étrange mais en même temps particulièrement originale au soft.
Ca doit être d'abord en cela que le jeu est si incroyablement prenant, le rythme ne baisse pas (sauf peut être en cas de boss trop dur), on veut sans cesse voir la suite de l'aventure qui n'aura de cesse que de nous surprendre!


Les graphismes colorés nous donnent envie de rire en voyant la tête de ce singe carbonisé.
Cependant, il se fait tout de même maltraiter par son maitre, doit on rire ou être touché?


Ajoutez à cela des musiques d'une qualité pour le moins exemplaire, vous en avez certainement eu un exemplaire lors de Super Smash Bros Brawl. Au passage, tout le monde connait le processeur sonore désastreux de la GBA non? Ces petits grésillements parcourant toutes les OSTS de jeux GBA nous ayant enlevé des notes des musiques des remakes des Final Fantasy sortis dessus...
Personnellement, j'en avais même fait mon deuil, le prenant pour un défaut inhérent à la console... Limite un pêché mignon puisque bon, j'apprécie beaucoup d'OST de jeux GBA.
Et bien là, pas un poil de grésillement, allez savoir comment, Sakai, le compositeur, s'est arrangé pour que les musiques aient une qualité sonore très bonne malgré le processeur sonore de la GBA.
Un véritable tour de force!

Les amateurs du beau pixel seront d'ailleurs heureux de voir que le jeu a beaucoup évolué graphiquement depuis le second épisode. Les personnages ont surtout une ribambelle d'expressions bien plus fournies (C'est le moins qu'on puisse dire) que celle des deux précédents opus et les décors sont bien plus détaillés.


Le jeu possède aussi des instants plus contemplatifs...



Les scènes de combat gardent l'aspect psychédéliques instauré par l'opus précédent... Cependant, le tout me parait moins "fou" qu'auparavant, les sorts m'ont aussi l'air plus conventionnels dans leurs graphismes.


Que de l'amélioration en tous points? Hum, peut être pas car malgré tout, autant Mother 3 est un exemple en termes d'ambiance et de scénario touchant, autant il possède un monde peut-être moins surprenant et amusant que celui de Mother 2 à mon humble avis. Il faut dire aussi que le précédent opus était très concentré sur le monde et nous en faisait presque oublier le scénario. Mother 3 serait plutôt l'exact inverse, très concentré sur le scénario au point de laisser sur le coté l'univers de jeu.
Attention, je n'ai pas dit que le monde n'était pas intéressant, vous en serez les premiers surpris en le découvrant!
Ce que je voulais surtout souligner, c'est le changement de cap total opéré par cet opus par rapport au précédent. Très différent tout en restant dans le même ton, n'est-ce pas cependant l'apanage de la bonne suite?


Finis les appels à Papa! Maintenant, ce sont les grenouilles qui s'occupent de sauvegarder le jeu! Dans certains cas, on peut même avoir une petite discussion avec eux! Il est bon de voir que les points de sauvegarde ne sont pas qu'un bête artefact qui flotte à 30 centimètres du sol!


Quelle réalité Maman?

Musiques magnifiques, gameplay étrange, scénario touchant mais aussi intelligent, univers délirant... Le tout mélangé nous fait obtenir un OVNI du jeu vidéo qui est OVNI de sa propre série de jeux vidéo! Ca tombe bien, les OVNIs, c'est généralement l'intérêt de Mother!

Un jeu des plus fabuleux! L'un des (le) meilleurs jeux de la GBA à coup sûr!
Vous aimez les RPGs? *Ouiiiiiiii! Haga entend la salle en délire*
La linéarité ne vous dérange pas? *Nonnn! Quelques uns sortent mais la salle reste pleine*
Super! Et sinon, l'anglais ne vous dérange bien sûr en aucun cas? ^^ *(silence dans la salle) Ben? Y'as plus personne?*

Et oui, retour à la réalité, Nintendo of America n'a jamais voulu du jeu aux Etats Unis alors vous pensez à cet incapable de Nintendo of Europe? Vous plaisantez? Encore une fois, nous ne devons ce fabuleux jeu que grâce au travail d'un groupe de fans passionnés que l'on ne remerciera jamais assez.
Quelle dommage pour l'un des derniers rares jeux gamers de la part de Nintendo que j'ai eu l'honneur d'approcher ces dernières années! (Enfin, c'est pas vraiment Nintendo, c'est Brownie Brown mais bon...) Pour les joueurs conventionnels qui ne veulent pas utiliser d'émulateur ou de linker pour jouer. (Bouh! ) Il ne reste plus qu'à attendre avec espoir l'hypothétique compilation de Mother 1+2+3 qui sortirait sur DS chez nous aussi.
L'espoir me parait cependant bien mince... >>
D'autant que Itoi, bien secoué par les évènements du troisième opus, a déclaré qu'il ne ferait probablement jamais de Mother 4.... Mais alors... Qu'est-ce qu'on va devenir? Ô_Ô


Dernière édition par Haganeren le Lun 3 Jan - 1:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquite
L'enculé le plus cool


Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Sam 1 Jan - 21:52

Dossier bien dure bien endurant. Le dossier est complet, tu parles autant de chaque épisode et tu donnes même les différentes infos de leurs réalisations et leurs commercialisations. Un excellent dossier comme tous les autres sûrement, mais c'est le seul que j'ai lu je crois.
Les reviews en elles même sont elles aussi excellentes. Ce que j'aime c'est que tu fais de multiples allusions entre elles sans laisser ceux, qui en auront sauté une, sur le carreau. J'aime aussi la façon dont tu as comparé les jeux (dans le bon sens du terme) en disant ce que chacun apporte ou non dans la série et pour les joueurs.
Enfin bon, du très bon travail. Je pense que la plupart savent ce que je pense de la série et des différents opus. Le premier me donne pas vraiment envi, même si l'univers ouvert et le scénario (que je me suis spoilé, et qui a l'air vachement cool) me donnent vraiment envi. Le second opus est excellent, mais que quand on l'a bouclé et qu'on est plus dessus. In game c'est une réelle horreur. Mother 3 est une master piece et sûrement un de mes jeux préférés, pour toutes les bonnes raisons que tu as précisées. Tu as par contre oublier de dire que l'univers était fermé et qu'on suit la totalité des villageois durant tout le jeu.
Bien joué. Need d'autres dossiers sur des séries qui m'intéressent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunseille
Je donne 20€ à celui qui le banni, merci


Messages : 236
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Sam 1 Jan - 21:56

Poste ça la dessus, et je te fais l'amour.

http://caveofthepast.forumsactifs.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 0:28

Si si ARC tu avais lu Touhou il me semble
Mais bon ouais après combo => Project Zero => King of Fighters et hop grosse furies Art of Fighting ça a achevé ton intérêt moai1

Merci beaucoup pour ton com donc Mother 2 est un RPG trop classique niveau gameplay et je sais même pas comment toi tu as pu le finir! moai1
Et t'as tellement raison pour Mother 3 que j'ai rajouté ce que tu viens de me dire. (Qu'on se baladait plus autant qu'avant et qu'à la place, on suivait le destin d'un village et de ses habitants)

Sinon Sunseille j'ai la putain de flemme de m'inscire je dois t'avouer ><
Peut être plus tard... Mais s'inscrire quelque part juste pour poster son dossier ça fait un peu moche.... ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.
3 fromages


Messages : 117
Date d'inscription : 24/12/2010

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 3:04

Sunseille, pourquoi as-tu posté le lien ? CODY FUCKING TRAVERS

Sinon, très bon dossier sur la seule série du jeu vidéo que je connais vraiment. Bon tu l'as dis j'ai rien appris puisque c'est pour ceux qui connaissent pas justement, mais c'est justement dans ce sens qu'elle est complète, bien faite, efficace et tout à fait honnête. Franchement si je connaissais pas, je serais sauté dessus direct après cette review (surtout pour le 3), et je crois que c'est ce que tu voulais, donc oui, t'as réussi ton coup.

Je ne suis pas vraiment en réelle désaccord, après refléxion du moins, avec les points de la review, si ce n'est que je ne comprend pas trop en quoi le scénario de Mother 2 est mis à l'écart, mais c'est surtout dû au fait que je me souvienne du Boss de fin (le mémorable) et que j'ai un mal fou à discerner l'ambiance du scénario. Donc je ne dirais rien. Et à première impression, si je me souviens bien, j'ai étrangement trouvé Mother 3 plus fou que Mother 2 (mais pas de Mother 1, celui-là bat tous les records !), mais c'est généralement au niveau des ennemis, et ça rejoins ce que tu dis puisque je trouvais ça choquant de voir des ennemis loufoques dans un environnement plus sérieux (alors qu'à Magicant, tu t'attends à tout !).

Voilà voilà, très chouette dossier d'introduction à la série ! J'espère que ce dossier ne m'empêchera pas de poster un jour peut être des dossiers plus "approfondis" sur certains moments du jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 13:51

Alors pour l'histoire du 2, c'est vraiment une impression qui m'a traversé l'esprit quand j'ai fait Mother 2.
On nous dit que Gigyas est le gros méchant il va tout pêter, ok, ok et là, on est laché et là... Rien, je ne le vois nulle part.
Il y'a des évènements dans les villes mais no Gigyas, la trame n'avance juste pas. De temps en temps un ennemi lâche le nom de Gigyas, comme ça et puis on entend plus parler de lui non plus...

Je sais pas, dans le 1 par exemple, les Starman, tu les vois PARTOUT, c'est des montres random sur la carte. Dans Mother 2 rien, il va arriver, on le sait mais ça n'évolue pas durant tout le jeu jusqu'à la toute toute toute fin où on en réenttend parler et où on doit faire quelque chose parce qu'il est déjà trop tard! (s'en suit les évènements que tout le monde connait très bien.)

Donc en soit, il y'a eu des évènements mais pourquoi, ils faisaient vraiment partie du monde particulier qu'est Earthbound... Gigyas est un mastermind certes mais un mastermind hyper DISCRET, qui fait ses petits coups en douce au point où honnêtement, moi, je l'avais quasiment oublié! (Oui parce qu'on m'a pas spoilé le boss de fin à moi donc Gigyas euh ouais un nom dans le vent pour moi )

C'est en cela que je trouvais que le scénario (aurait-je dû dire, la trame principale?) disparait très vite et d'autres évènements arrivent sans rapport évident avec la trame principale puis à la fin, le scénaro revient, OMG Gigyas attaque pas où on croyait etc etc.

Par folie j'avoue que je parlais plus du monde que des ennemis. Les ennemis de Mother 3 m'ont paru, il est vrai, bien plus fou que ceux de Mother 2. Mother 1 c'est particulier, il mélange des ennemis wtf avec euh... Un Dragon? Y'a pas plus CLASSIQUE qu'un dragon ô_o
Donc c'est pareil.

Mais honnêtement on entre dans le détail des jeux là, je voulais perdre personne en route dans le dossier. moai1
Sinon ouais hésite pas à poster tout ce qui te passe par la tête.<<

... Et je veux une rom de Mother 64 sinon...

Wikipédia a écrit:

Mother 3 was originally developed for the Super Famicom in 1994

Whaaaaaat??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanedo
Pascal the dog is here


Messages : 1239
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 24
Localisation : Tsukodo-Cho

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 14:20

C'est moi qui devait faire la review de M2 JE SUI DSPRR

Sinon bon dossier comme d'hab (et faut que je fasse Mother 1 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 14:33

J'avais fait ce dossier avant ta review sur Mother 3, je pouvais pas savoir moai1...

Et puis l'un n'empêche pas l'autre moai1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks


Messages : 1776
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 23:54

Wikipédia a écrit:
Mother 3 was originally developed for the Super Famicom in 1994
wat

Surtout que 1994 c'est l'année où MOTHER 2 est sorti. ôo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.
3 fromages


Messages : 117
Date d'inscription : 24/12/2010

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Dim 2 Jan - 23:59

Ah okay, je suis d'accord avec toi pour le scénario alors. C'est vrai que le scénario principal, donc la destruction de Giygas, est plus mis à l'arrière et n'est remémorée que durant certaines phases du jeu, et vaguement (ce qui m'a permis d'être encore plus excité à l'idée de voir le boss de fin !). Après, c'était un peu obligé pour donner le mythe du Giygas et la surprise totale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique


Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Lun 3 Jan - 1:24

Wikipédia dit bien des bètises par moment. moai1

Excellent dossier Haga, comme son habitude au risque de me répéter. Il est complet, un peu moins d'humour vu que c'était pas encore ta période, mais je te pardonne. :2 c00l 4 sk00l:

J'ai fait le 2 et le 3, et personnellement le premier épisode ne m'attire pas plus que ça pour l'instant.
Le 2 était une expérience assez hallucinante. Il était atypique, hors normes... l'univers était délirant, fascinant ou au contraire dérangeant. J'aimais moins le côté old school du fait des sauvegardes et d'une certaine difficulté au début (plus le stockage des objets).
Mais l'univers quoi, la BO atypique, Pokey...
Si le scénario n'est pas trop présent vu qu'on est assez libre dans le jeu et que Giygas intervient vraiment qu'à la fin... les apparitions de Pokey sont énormes. Avec le recul, c'est un troll lâche. J'aime.
Et bien entendu, le boss final est marquant.

Quant au 3.
Une expérience encore plus énorme. Il est certes plus classique, linéaire et moins old school (sauvegardes !).
Mais l'histoire est beaucoup plus poussée malgré certaines révélations attendues, mais qui n'étaient pas le centre d'intérêts de l'histoire.
Le scénario est vraiment symbolique et dénonciateur. Comment une utopie vivant dans le troc est passée à une société de consommation abrutissant les gens. (le truc ultime c'est la ville imaginaire à la fin qui semble sortir de The Truman Show)
L'histoire est superbe et m'a fait vivre de bons moments. L'univers était cool aussi même si on sortait un peu du cadre du 2.
Le gameplay restait dans la lignée du 2, avec l'ajout d'un jeu sur les sons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choses
MARIOS DE FEUE
MARIOS DE FEUE


Messages : 289
Date d'inscription : 17/12/2010
Age : 24
Localisation : Canada

MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Lun 3 Jan - 22:39

C'est le premier dossier que je lis au complet. moai1

Pour ma part je n'ai pas fait MOTHER. Je l'ai commencé 3 ou 4 fois sans dépasser la première ville, les combats aléatoires trop difficiles me découragent. Un jour je vais peut-être réussir à le faire juste pour pouvoir enfin dire que j'ai fini toute la trilogie.

MOTHER 2 je l'ai fini 2 fois par contre, un jeu que j'ai adoré grâce à (bien sûr) son univers si particulier. C'est un jeu où je me suis très peu attardé à l'histoire, découvrir les différents endroits était le principal aspect intéressant. Après au niveau des combats j'ai plutôt aimé alors que normalement personne aime, même si en y revenant après MOTHER 3 ça m'a paru très moyen.

Et MOTHER 3 lui, c'est simplement mon BGE. Le scénario m'a vraiment touché, aucun autre jeu m'a fait un tel effet. Je pensais pas un jour pouvoir être si triste pour un jeu vidéo, mais je n'y ai pas échappé avec ce troisième épisode. C'était une histoire bien intelligente, et tout est raconté d'une façon agréable. Le gameplay des combats a très bien été amélioré je trouve, la roulette de HP plus lente déjà c'est merveilleux car on a vraiment tout notre temps pour réagir après un coup. Ensuite le système des combos musicaux est une bonne idée que j'ai très peu réussi à exploiter vu le léger décalage lorsqu'on joue avec un émulateur PC. J'ai trouvé l'OST magnifique mais je préfère par contre la bande son de MOTHER 2 qui a "quelque chose" de plus.

Bref bon dossier, joie. prin3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bonnes séries de Papa ACK : Mother   Aujourd'hui à 23:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bonnes séries de Papa ACK : Mother
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les bonnes séries de Papa ACK : Mother
» Les bonnes séries
» Les bonnes séries de Tonton Haga : Touhou
» Les bonnes séries de Tonton Haga : Blazblue
» Les bonnes séries de Tonton Haga : The King of Fighters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Video Games Board :: Reviews & Dossiers-
Sauter vers: