AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jet Force Gemini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aquite
L'enculé le plus cool


Messages : 2341
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Alsace

MessageSujet: Jet Force Gemini   Sam 25 Déc - 4:11

Jet Force Gemini


Les premières images de Jet Force Gemini déçurent les magasines qui s'empressèrent de critiquer le style graphique bien en-dessous de ce que nous avait habitué Rare. Un an après la compagnie n'avait rien changé, les médias crièrent au scandale. Les développeurs, pour sauver la mise, travaillèrent comme des forcenés pour donner un rendu graphique plus saisissant avant sa sortie en fin d'année. Durant l'époque de la N64, Noël était toujours un grand moment. A chaque fois, de nombreux titres tous plus attirants les uns que les autres sortaient. Noël 1999 Rare sort : Donkey Kong 64 et Jet Force Gemini, deux jeux au fort potentiel. Très étrangement je n'ai mis la main sur les deux que plus tard; un peu moins d'un an pour Donkey Kong 64 et dix ans pour Jet Force Gemini oO ! Avant de me lancer une bonne fois pour toute dans l'aventure (et la dévorer en même pas une semaine) je l'ai essayé trois fois. Les trois fois je n'ai pas dépassé l'heure de jeu tellement ça me semblait fade et inintéressant. J'étais totalement pommé, je ne savais pas ce qui se passait, ni où aller, ni même quoi faire, le néant. Après m'être suffisamment motivé je me suis lancé le défi de passer au moins l'heure de jeu. Une fois celle-ci passée mes yeux restèrent étrangement toujours rivés sur l'écran, et ce durant de nombreux jours.


Avant, après. Chaud l'amélioration graphique, il faudrait faire la même chose pour la plupart des jeux Wii ^^.


Un voyage inter-galactique inoubliable :

Le jeu commence dans le vaisseau de la Jet Force Gemini composée des jumeaux Juno et Vela ainsi que de leur chien Lupus. Un message d'alarme les prévient d'une attaque imminente. Une explosion retentit et les membres de l'équipage filent vers leurs vaisseaux respectifs. Dans un couloir ils se font attaquer par une bande de fourmis. Juno les retiens tandis que les deux autres se sauvent. Après quelque balles et effusions de sang, Juno se sauve à bord de son vaisseau. Il atterrit sur la planète Goldwood où il rencontre le chef de la tribu des Nounouss. Celui-ci vous explique la situation avec un vocabulaire très cru et familier. Le terrible Mizar-le-Pourri et son armée fourmi prennent possessions des planètes du système et enlèvent les gentils ours en peluche pour en faire des esclaves. La Jet Force Gemini est le seul espoir pour sauver la galaxie. Armé de son blaster Juno devra retrouver les autres membres de son équipage, secourir tous les Nounouss et exterminer l'armée ennemi.
La première chose qui frappe est l'énorme contradiction enfantin/adulte. La plupart des objets et des personnages ont un design et un nom enfantins, tandis que l'histoire est plutôt adulte et les effusions de sangs fréquentes. Le design de la Jet Force est étrange étant donné qu'ils possèdent un corps adulte mais une tête et une combinaison plus enfantines. Ce contraste vient des modifications dues aux plaintes du public. Et oui, Rare était à l'écoute de son public et a donc assombri son jeu. Cette contradiction peut déplaire à certains ou au contraire (comme dans mon cas) apporter un certain charme au jeu. On peut retrouver ce principe dans certains jeux rares (comme Conker Bad Fur Day, ou dans Banjo Tooie où certains personnages meurent).


De nombreuses cinématiques montrent les atrocités causées par les Drones. Lors d'un carnage, les décors seront souvent tachés du sang de vos ennemis.

Une aventure périlleuse et très longue :

Dans un premier temps vous jouerez Juno. Après avoir traversé plusieurs planètes vous sauverez Vela. A ce moment vous pourrez soit choisir de continuer la quête de Juno soit de commencer celle de Vela. Chaque personnage parcoure des planètes totalement différentes pour arriver au point de ralliement : Le château de Mizar. Vous visiterez ainsi un marais zombifié avec Juno tandis que vous ferez escale sur une base militaire avec Lupus. Pour affronter le terrible mécréant il faudra donc terminer la totalité des trois aventures. Une fois fait, vous affronterez le boss (plutôt facilement). Le maître des Nounouss que vous avez rencontré sur la première planète vous enverra chercher la totalité des esclaves ainsi que les différents morceaux d'un vaisseau. Là, le jeu change totalement, il commence réellement je dirais même. La première partie du jeu consistait à un bête enchainement de niveaux. La seconde vous laissera une totale liberté et vous proposera de fouiller de fond en comble la galaxie. Grâce à vos nouveaux pouvoirs vous débloquerez de nombreux nouveaux passages et découvrirez l'excellente qualité du level design. Tout est placé intelligemment, chaque passage renferme un bonus etc... En plus de découvrir de nouvelles salles vous ferez escale sur de nouvelles planètes totalement dépaysantes. Une plus grande variété de gameplay apparait et le jeu présente son réel potentiel.


Les passages secrets vous entraineront dans des coins insalubres. Lupus et son saut fusé lui permettra de planer au-dessus de ce précipice inaccessible auparavant.

Une nouvelle approche de l'univers :

Chaque membre possède un pouvoir spécifique. Juno peut marcher sur la lave, Vela peut nager sous l'eau (indéfiniment en plus) tandis que Lupus peut planer sur une courte durée. Vous pourrez ainsi atteindre des passages auparavant inaccessibles. Une fouille minutieuse des niveaux est impérative pour mettre la main sur tous les Nounouss et sur les morceaux du vaisseau. De plus il faudra choisir le personnage adéquat. Les Nounouss sont sans défense et peuvent donc mourir (ce qui vous obligera à recommencer tout le niveau si vous comptez tous les ramasser). Il faudra donc éviter de tirer des roquettes sur eux et se dépêcher de tuer les Droms assassins. Les Nounouss sont bien cachés et bien positionnés, vous en trouverez dans des coins totalement impensables mais aussi à côté d'un tonneau explosif ou encore à côté d'un gros ennemi. Il faudra donc avancer avec prudence et éviter d'utiliser les roquettes pour empêcher la mort des Nounouss si fragiles; ils sont vicieux chez Rare.
Ce changement soudain de déroulement pourra en frustrer certain. Il est vrai que la recherche de tous les Nounouss est une tâche difficile et pas très marrante (c'est comme si il fallait attraper toutes les notes de musiques et les pièces de Banjo-Kazooie pour affronter Gruntilda >>). En temps normal je déteste ce genre de procédé. Etrangement je l'ai plutôt bien pris cette fois-ci. Il faut dire que le nombre époustouflant de nouveautés et de surprises qui nous attendent encore motivent à en découdre. Si jamais vous détestez ce principe équipés vous d'un walkthrough, personnellement c'est ce que j'ai fait. Je regardais quel personnage convenait pour cette quête puis je cherchais. Une fois que je ne mettais pas la main sur l'objet en question ou que je ne trouvais pas le dernier Nounouss à la con je sautais sur ce walkthrough pas trop difficile à comprendre et bien dirigiste.


Les nouvelles planètes valent vraiment le coup et l'expérience devient vraiment intéressante qu'une fois totalement libre.


Une ambiance géniale et des planètes variées.

Au total, la Jet Force Gemini mettra le pied sur quinze planètes. Une fois que vous en aurez visitée une vous pourrez y réaccéder à tout moment grâce à une carte dans votre menu. Une planète est composée d'une ou de plusieurs zones. Contrairement aux autres jeux de Rare il n'existera pas un lieu central qui mène vers les autres. Ainsi une zone pourra soit vous emmener à une autre soit vous emmener à une autre planète. Pour ne pas vous prendre au dépourvu une petit balise vous préviendra que la porte vous mènera à une autre, vous pourrez finir tranquillement de collecter tous les Nounouss étant donné qu'il faut tous les récupérer avant de terminer une mission pour qu'ils soient validés comme les notes de musique dans Banjo-Kazooie. Ce schéma vous obligera à recommencer certaines zones mais celles-ci peuvent se traverser très rapidement si vous esquivez tous les combats et savez où aller.
Les planètes possèdent un design et une ambiance différents. Goldwood vous fera traverser une forêt dense ainsi que des villages exotiques et détruits. Ichor, la base militaire des Drones, vous emmènera dans des bâtiments futuristes rappelant la plupart des épisodes de Star Wars. Vous visiterez aussi des marais toxiques mais aussi une base spatiale détruite retranscrivant parfaitement l'ambiance d'Alien. Chaque endroit propose une expérience unique et une ambiance géniale. La découverte d'une nouvelle zone est un moment unique qui vous procurera beaucoup de plaisir (enfin, moi c'est ce que ça m'a fait).


La découverte du palais de Mizar est un grand moment. Le marais vous procurera quelque frissons tant tout est sombre et horrible.

Des graphismes superbes et une bande son épique :

Nous arrivons à la fin de la Nintendo 64 et les graphismes sont donc de plus en plus aboutis. De plus Rare est un maître dans ce domaine et gère parfaitement la console. Ainsi sans grande surprise, les graphismes sont excellents. Même si cela reste tout de même un peu cubique le jeu n'a pas vraiment vieilli. Les décors et les environnements sont variés et graphiquement totalement différents. Ainsi la découverte d'un nouveau lieu n'est aucunement gâché par les graphismes. Le jeu a un peu de mal par moment et le framerate baisse mais le tout ne ralentit pas pour autant. Certains effets (les reflets, la lumière) sont vraiment bien utilisés et agréables. Le rendu est donc tout à fait convenable et fort accessible. Il est plutôt facile de reconnaître le style de Rare mais les graphismes ne sont pas pour autant enfantins comme ils le faisaient si souvent (ce n'est pas un reproche).
Niveau bande son c'est du grand art. La plupart des bruitages sont vraiment sympathiques. Les explosions sont bonnes et les giclements dégoutent. Le changement de style après l'E3 a laissé quelque bruitages enfantins, comme la plupart des cris de Vela ou encore les aboiements tro kawais de Lupus. Les bruitages des armes collent parfaitement et le tout est vraiment impressionnant. Les musiques de Rare sont facilement reconnaissables mais pour une fois la compagnie a fait quelque chose de plutôt différent. Les morceaux permettent d'accentuer l'ambiance et on a souvent affaire à des thèmes épiques et instrumentaux. Le Dolby Surround améliore le tout et on se retrouve réellement plongé dans l'univers et l'ambiance. Water Ruins est le parfait exemple, c'est une merveilleuse musique ambiant mais aussi mélodieuse et épique. Ichor Military Base retranscrit parfaitement l'esprit militaire qui règne dans cette base. Thème à la fois ambiant et superbe. L'OST est vraiment grandiose, un régal auditif !


Zones ouvertes ou étroites, sombres ou éclairées, naturelles ou industrielles, angoissantes ou revigorantes, magnifiques ou magnifiques !

Une maniabilité rigide au début et un arsenal étrange :

Ralala j'ai déjà parlé de tout mis à part du gameplay, il faut dire que l'ambiance et l'expérience sont tellement géniales. Enfin bon, Jet Force Gemini est un savoureux mélange d'action/shoot, de plates-formes et d'exploration. La maniabilité est délicate aux premiers abords. Vous vous déplacez à l'aide du stick analogique, pouvez faire des pas latéraux avec les boutons C gauche et droite et pourrez sauter, et tirer avec les autres boutons. Pour viser il vous faudra appuyer sur la gachette R, vous passerez ainsi en mode viseur et ne pourrez vous déplacer plus que latéralement avec les deux boutons C et viser avec le jostick. Si cela peut paraître plutôt rigide au début la maniabilité se dompte au fil du jeu. Vous aurez encore un peu de mal à la fin de votre partie mais ce problème sera rapidement oubliable par l'aura dégagée par le jeu.
Au début vous commencerez avec un gun puis au fil du temps vous débloquerez de plus en plus d'armes. Vous possèderez tout un éventail de flingues tous plus divers les uns que les autres. Vous possèderez un pistolet laser, une mitrailleuse, un lance-roquette, des grenades mais aussi un lance-flamme ou même des shurikens ... oh wait ! L'arsenal est vraiment étrange et les flingues possèdent un design vraiment bizarre. Au fil du jeu vous pourrez ramasser des améliorations d'armes (pour avoir plus de balles dans votre chargeur) mais aussi des carreaux de vies qui, comme vous l'aurez deviné, augmentent votre barre de vie. L'augmentation de l'armement et des pouvoirs procurent un sentiment de puissance agréable et exponentiel.


A la fin vous ne ferez même plus attention à votre chargeur et ferez tout péter. Le lance-crockette (c'est son vrai nom) est une arme forte importante.

Un gameplay varié et maitrisé :

Dès que j'ai terminé les trois aventures j'ai eu peur que le gameplay ne se renouvelle pas et qu'on ait toujours la même chose. Mais en fait non. Rare maitrise parfaitement les jeux de shoot/action. La grande variété d'armes et de façon d'entreprendre les combats est assez suffisante pour ne pas s'ennuyer. Ainsi on peut faire un ravage en courant comme un gros péon en tirant et en fonçant sur tout ce qui bouge (ma méthode), ou tout dégommer au lance-roquette (ça c'est quand ça me saoule) ou faire dans la dentelle et tout sniper (ça je le fait que pour m'amuser) etc... Il faudra par moment utiliser les décors pour se cacher pour ensuite fusiller un nuage d'ennemi après qu'ils aient tiré.
Les combats varient mais les situations aussi. Certaines planètes laissent place à la recherche tandis que d'autre à de la plate-forme. Le level design est vraiment impeccable et vous aurez vraiment toutes les situations possibles pour le genre de jeu d'action. Des combats dans des petits couloirs, du "snipage", des phases de plates-formes etc... De plus vous aurez la possibilité de faire quelque petits mini-jeux qui consistent à prendre le contrôle d'un robot du nom de Floyd. Vu à la première personne vous devrez guider ce personnage jusqu'à la fin d'un parcours en remplissant quelque objectifs le plus rapidement possible. D'autres mini jeux font leur apparition mais je ne vous dit rien.
L'architecture des planètes influencent énormément le gameplay. Certaines proposent des environnements fermés et proposeront des combats intensifs et très dangereux dans des couloirs étriqués. D'autres proposeront d'utiliser un pouvoir spécial que vous débloquerez plus tard durant tout le niveau, ce qui apporte une bouffée d'air frais. En tout cas vous ne vous ennuierez pas, l'aventure est rythmée, intensive, variée et excellente.


Les caisses métalliques sont incassables et permettent de se cacher. Les phases de plates-formes sont bien présentes durant tout le jeu.

Un bestiaire coriace et imposant pour une difficulté parfaite :

Le bestiaire n'est pas vraiment varié mais n'est pas pour autant saoulant. Les ennemis de base sont des fourmis armées jusqu'aux dents. Les fourmis bleues sont les plus présentes et meurent assez rapidement, tandis que les vertes (les snipeuses) tombent de leur cachette en un tir et se fracassent violemment au sol. Vous croiserez encore des fourmis rouges, des fourmis avec des boucliers (des vrais plaies) mais aussi des gros insectes tout laids qu'il faudra tuer à l'aide du bazooka ou d'une arme moins puissante si vous êtes patient. En plus de ces insectes vous croiserez des robots volants qui viennent la plupart du temps en grand nombre et de n'importe où à n'importe quel moment. Ainsi vous pourrez rentrer peinard dans une pièce puis tomber dans une embuscade face à neuf robots volants et des fourmis sortant de leur cachette. Il existe plusieurs types différents mais la façon de les accoster est quasiment toujours la même.
En plus des ennemis de base vous rencontrerez cinq boss (un pour chaque aventure, un pour les trois et le dernier boss). Les combats contre ces ennemis imposants sont vraiment épiques et la plupart du temps difficile. Vous devrez vous y reprendre à plusieurs fois pour les voir exploser et se démembrer. Fort heureusement vous aurez un nombre infini de continues et vous aurez toujours la possibilité de vous réarmer jusqu'aux dents. Comme toutes les productions Rare, le dernier boss est d'une difficulté exécrable et épique.
Jet Force Gemini possède je dirais deux difficultés apportant un bon challenge qui reste tout de même maitrisé. Tout d'abord pour faire quelque chose il faut savoir rester en vie. Cela commence avec les trois aventures. Elles sont de plus en plus difficiles et intenses et une fois libéré la difficulté reste plutôt stable, avec quelque missions plus éprouvantes que d'autres. La seconde difficulté vient de la recherche minutieuse. Si dans certains endroits les Nounouss sont cachés juste devant votre nez, par moment il faudra retourner le niveau dans tous les sens avec tous les persos. Mais fort heureusement un walkthrough existe, ce qui m'a permis de mettre un terme à l'aventure plutôt rapidement. Comptez en moyenne une quinzaine d'heure avec walkthrough et vingt sans, ce qui est plutôt pas mal.


Les snipers se cachent dans des endroits improbables. Les boss sont vraiment impressionnants, coriaces et vraiment cools à battre.

Conclusion :

Rigide, fade et déboussolant au début, Jet Force Gemini propose pas moins une aventure forte et intense. Une fois les trois aventures terminées vous pourrez découvrir un tout autre jeu bien plus maitrisé et intéressant. La découverte des planètes est une expérience géniale qui vous plongera dans une ambiance sur-vitaminée ou troublante. Le gameplay et le level design sont maitrisés à la perfection faisant disparaitre rapidement les petites lacunes de la maniabilité. La contradiction adulte/enfant pourra déplaire à certains ou comme dans mon cas apporter un réel plus au jeu. Les graphismes ont quelque peu vieilli mais n'entachent en rien l'expérience et la bande son divine non plus. L'aventure est assez riche et intéressante pour plaire à tout joueur cherchant un bon jeu d'action plutôt Old School proposant un challenge de taille. La recherche des Nounouss est une tâche fastidieuse mais ne pas venir au bout du jeu serait vraiment dommage.
Après mes nombreuses tentatives d'essai, j'ai réussi à m'immerger totalement dans cet univers inter-galactique prenant et intéressant. J'ai été à la fois surpris et bouche -bée devant la qualité de ce jeu et de ses nombreuses idées. Le challenge était intéressant à relever et l'histoire sympa à suivre, même si elle n'est pas géniale. J'ai adoré un certain passage qui précède un autre de Conker's Bad Fur Day et la fin est à la fois mythique, n'importe quoi et hilarante. Je suis fort content d'avoir découvert ce jeu excellent après tant d'années de doute et d'oubli. Jet Force Gemini propose une aventure et une expérience excellentes qui pourra plaire à tous les joueurs en recherche de fraicheur ou de challenge. Rare à son meilleur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jet Force Gemini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jet Force Gemini
» Les Sackboys de CoolZ
» Jet Force Gemini
» VDS //JET FORCE GEMINI 35 FDIN ET CONSOLE WII MINI 50 FDIN
» [Sets] LEGO Ben10 Alien Force

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Video Games Board :: Reviews & Dossiers-
Sauter vers: