AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle] Sophie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 17:23

Bonjour bonjour chers camarades. Dans ma présentation, je disais que j'étais passionné d'écriture, eh bien aujourd'hui, c'est l'heure de vous montrer ce dont je suis capable. J'ai écrit une nouvelle à la demande de Capitaine Couac, qui m'a donné des contraintes à respecter. C'était tellement mindfuck que j'ai pas su refuser, alors je l'ai fait. Étrangement, j'ai adoré l'expérience (d'écrire sur un thème ou une contrainte précise) et je compte la répéter. Si je la poste avant-tout sur ACK, c'est parce que je veux des critiques constructives qui m'aideront à progresser en tant qu'auteur. Parce qu'on s'entend que sur Shy'Co, j'aurais que des éloges et du léchage d'anus. Mais je suis pas Stephen King putain. Je veux un vrai avis. Et puis si vous trouvez rien à redire, bah tant mieux xD Mais au moins je saurai que c'est sincère. Sans plus attendre, voilà.

Sophie


Sophie attendait devant l’école depuis maintenant deux heures, trempée par la pluie, n’ayant que son petit sac rose à l’effigie de Hello Kitty pour la protéger des effluves d’eau. Depuis la mort de sa mère, c’était son père qui s’occupait d’elle, mais il était en retard. Encore une fois. Il devait sans doute se noyer dans l’alcool. Plus Sophie y pensait, plus elle en était persuadé. Il n’était pas en retard. Il l’avait oubliée. Oubliée comme on oublie son repas au four.

Sans dire un mot, sans pleurer, Sophie entreprit de rentrer chez elle à pied. Elle avait à peine huit ans et n’avait jamais parcouru cette distance à pied. Elle ne savait pas trop par où passer, mais elle savait à peu près dans quelle direction se trouvait sa maison. Depuis la mort de sa mère, Sophie était très discrète. Elle ne parlait à personne, elle ne se plaignait jamais et il ne lui serait jamais venu à l’esprit de demander quoique ce soit à qui que ce soit. Sophie avait huit ans. Et elle était seule en cette journée pluvieuse.

Cinq minutes plus tard, une voiture s’arrêtait devant l’école. Un homme affolé en sortit, cherchant sa fille du regard. Jamais plus il ne la reverrait.

Après quinze minutes de marche, Sophie en conclut qu’elle s’était perdue. Elle ne reconnaissait absolument pas l’endroit. C’était une sorte de chantier de construction complètement désert à cause de la pluie torrentielle. Des épaves de bateaux gisaient çà et là et une énorme digue remplie d’eau parcourait le chantier sur toute sa longueur. Elle longea le canal pendant un moment et découvrit qu’il menait à la rivière. La rivière ? Elle était donc à l’opposé de chez elle.

Elle resta un moment à contempler tristement le cours d’eau frappé inlassablement par l’infatigable averse. En amont, une dizaine de turbines étaient actionnées par le courant et transformaient l’énergie mécanique en électricité, alimentant ainsi une partie de la ville.

Sophie rebroussa chemin en traînant des pieds. Elle avait envie de pleurer, de hurler, de gémir, comme font toutes les petites filles de son âge dans pareilles moments. Mais Sophie souffrait silencieusement. Elle arbora une moue indifférente et continua son chemin en faisant gicler la boue à son passage.

En passant entre deux remorques, Sophie aperçut quatre garçons qui fumaient à l’abri d’une grande tôle de métal coincée entre un bulldozer et un bloc de ciment. Lorsqu’ils la virent à leur tour, l’un des garçons sortit de son abri et vint à sa rencontre, suivit par ses amis. Il lui demanda d’abord si elle voulait fumer de l’herbe. Elle hocha lentement la tête en signe de négation, puis continua son chemin en ignorant les jeunes voyous. L’adolescent revint vers elle et lui proposa cette fois de l’alcool. Sophie se dégagea promptement le bras et repartit de plus belle, sans laisser échapper un seul mot.

Le garçon revint à la charge et lui montra un billet de cinq Euros qu’il lui promit en échange de sa compagnie. Sophie considéra le billet pendant un moment, sembla hésiter, puis le prit dans ses frêles petites mains. Elle suivit le jeune homme jusqu’à la pièce de tôle, s’accroupit et s’y faufila. Les quatre garçons vinrent près d’elle et commencèrent à lui poser des questions. Quel était son nom ? Quel âge avait-elle ? Mais Sophie restait de marbre. Elle regardait le sol mouillé de ses yeux mélancoliques. Elle semblait se désintéressé complètement de ces jeunes truands.

L’un des garçon commença à lui caresser les cheveux. Doucement, tout doucement, il effleura sa nuque de ses doigts, les glissa sur sa joue, sur son menton. Il lui demanda si elle avait déjà vu un pénis. Sophie ne sembla pas avoir de réaction. En réalité, elle commençait à être nerveuse. Elle s’enferma dans ses pensées et ne fit pas attention aux hurluberlues qui l’entouraient.

Le garçon ouvrit sa fermeture éclair et en sortit sa verge en érection. Ses compagnons eurent des rictus excités. Sophie, quant à elle, sentait son cœur battre de plus en plus vite. Le garçon saisit la main de la jeune fille et la fit toucher son pénis. Sophie eut un sursaut, puis se dirigea précipitamment à quatre pattes à l’extérieur de l’abri de fortune. Une main empoigna sa cheville, la faisant tomber dans la boue. L’un des voyous se jeta sur elle, la retourna et déboutonna rapidement son imperméable. Il lui retira ensuite rapidement sa jupe et déchira sa petite culotte rose, découvrant sa vulve chaste.

La respiration haletante de la gamine excitait l’agresseur au plus haut point, mais il voulait plus que ça ! Sophie ne pleurait pas, ne hurlait pas, ne gémissait pas. Elle avait même cessé de se débattre ! Le garçon en fut très déconcerté. Il n’aimait pas les filles soumises comme ça. Il prenait plaisir à les voir le supplier de les laisser tranquille, à hurler leur désespoir, à frapper impuissamment sur son corps. Mais une fillette qui se laissait faire de la sorte, ça l’enrageait.

Le garçon gifla une première fois la jeune fille. Elle ne réagit pas. Il la gifla de nouveau. Et encore. Et encore. Rien. Alors il lui tira les cheveux et lui frappa la tête contre le sol, faisant gicler de la boue sur son visage. En furie, il inséra violemment son pénis dans le vagin de Sophie. Celle-ci eut un tressaillement, mais elle resta silencieuse. Pas un son ne sortit de sa bouche. L’agresseur s’enfonça plus profondément encore, se retira, puis répéta le geste plusieurs fois d’affiler, un sourire sadique se dessinant sur ses lèvres. Mais la gamine ne se plaignait toujours pas. Elle ne se plaignait pas !

Il lui écrasa son poing en plein visage, si fort qu’il lui brisa le nez. Le sang ruisselait sur ses joues, la douleur lancinante lui arrachait une grimace, mais Sophie n’émit pas un son. Elle devint très pâle et vomit. Comme elle était sur le dos, elle s’étouffa et parvint à cracher une bonne partie du vomi au visage de son agresseur. Le garçon fut pris d’un accès de rage inimaginable.

En retrait, les trois autres garçons regardaient la scène avec effroi. Leur ami frappait maintenant inlassablement sur le visage meurtri de la jeune fille. Il frappait, frappait, frappait. Ses deux poings et son visage étaient couverts d’un mélange de sang, de vomi et de boue. Affichant un horrible sourire empli de malice, le garçon frappa pendant près de deux minutes. Cela parut durer une éternité.

L’un de ses amis, incapable d’en voir davantage, s’approcha de l’agresseur et le pria d’arrêter. Mais il savait qu’il n’arrêterait qu’une fois qu’elle se serait décidée à émettre un son. Ce qui n’arriva jamais. Sophie demeura muette. Le garçon continua de frapper. La gamine était visiblement morte, mais il continuait de la cogner, pris d’une violente psychose.

Puis il s’arrêta. Le visage de Sophie était méconnaissable. Elle gisait dans une marre de boue et de sang, sans vie. Le garçon l’examina un moment, puis se masturba en regardant son œuvre. Il éjacula ensuite sur le cadavre de la petite.

Il ordonna ensuite à ses trois amis d’aller la baiser. Ils furent d’abord réticent, mais lorsque le meurtrier sortit son couteau, ils obéirent tels des chiens. Et ils se mirent, à tour de rôle, à pénétrer lentement le corps inerte de Sophie, le souillant encore plus de minute en minute. Lorsqu’ils furent tous soulagés, l’un d’eux demanda ce qu’ils feraient de la petite. Un silence s’installa, oppressant et très désagréable. Tout ce que l’on entendait, c’était la pluie qui martelait le sol, ainsi que les énormes turbines qui fonctionnaient à plein régime. Le meurtrier eut une idée.

Deux des quatre garçons transportèrent la gamine vers la rivière. Il y avait là une bonne dizaine de turbines dont les pales tournoyaient à une vitesse hallucinante grâce aux remous de la rivière. Sans hésitation, ils jetèrent le corps dans une des turbines. Il y eut une éclaboussure de sang, puis ils virent un membre suivre le courant. Le corps était soigneusement déchiqueté par les hélices, puis s’éparpillait dans la rivière. Avec la pluie, plus aucune trace de leur crime répugnant ne subsisterait.

Les quatre garçons repartirent chacun de leur côté. Quelques jours plus tard, les nombreux morceaux de l’anatomie de Sophie furent découvert à plusieurs kilomètres de là et permirent de l’identifier. Le père de Sophie ne parvint jamais à identifier le corps, dont on avait retrouvé la tête, tant le visage de sa fille était meurtri. Mais le test ADN était concluant. Si seulement il était arrivé ne serait-ce que cinq minutes plus tôt. Non. Si seulement il était arrivé deux heures plus tôt, à la fin des classes. Si seulement il avait été là pour sa fille qui vivait, elle aussi, un deuil tragique. Si seulement il avait été un père.

Ce soir-là, le père de Sophie s’enleva la vie en se jetant dans la rivière.

FIN



Le thème de Couac c'était de faire un texte romancé relatant une fillette qui se fait tuée, puis violée collectivement, et enfin qui est jetée dans une grosse turbine. Sans dialogue, sans grossièreté. Voilà.

EDIT : Je me suis un peu trompé de section mais osef.


Dernière édition par Nanard le Mar 17 Mai - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SupahSnake
shhhh...「soft」&「wet」
avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 17:34

explosé de Rachid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 17:38

Ce qui signifie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 20:11

Mouais. Le sujet imposé était déjà relativement pourri de base, t'aurais pas su faire grand chose avec ça. Perso, je supporte les histoires mindfuck que quand elles sont vraiment originales, hors ici c'est difficilement le cas. Une fillette qui se fait violer par des cailleras puis son père qui se suicide, bof ... Essaye plutôt un truc libre, parce que les trucs trop dirigés comme ça, ça risque pas de t'aider je pense.

Le style est clairement trop pompeux par contre. Évite les phrases du style "Elle hocha lentement la tête en signe de négation", y a rien de plus lourd à la lecture, en plus d'être pauvre d'un point de vue du style. Idem pour les passages érotiques (qu'ils soient glauques ou pas), tu t'attaques à un truc hardcore là, je pense pas que t'aies déjà le niveau pour raconter ce genre d'histoire avec le style d'écriture qu'il faut pour que ça ait vraiment un impact, là c'est un peu ridicule à vrai dire.

Bref, je saurais pas dire grand chose vu que c'est dirigé, et mal dirigé qui plus est. Essaye plus vague comme sujet, voire pas dirigé du tout, en essayant aussi d'écrire de manière plus originale. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ice
Receleur de 3DS
Receleur de 3DS
avatar

Messages : 2053
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Marseille, hélas...

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 20:45

Ben au contraire, je pense que s'imposer des contraintes est un exercice intéressant dans la mesure ou ça t'oblige à t'adapter, à te plier et à trouver des solutions auxquelles t'aurait pas forcément pensés si t'avais eut toute la liberté du monde. Après tout le monde n'en est pas capable c'est sur, mais je pense pas qu'il soit "impossible" de le devenir. Le travail de scénariste c'est pas ça par exemple? Écrire sur un thème imposé avec des contraintes? :o
M'enfin c'est vrai que ça reste assez hardcore les contraintes du jour. Perso un meurtre puis un nécro-viol collectif sans grossièreté et sans dialogue ça me semble un peu surréaliste. M'enfin, c'est pas forcément la logique qui sert une bonne histoire. Allons voir ce que ça vaut. (Je fais l'effort de lire ta nouvelle alors que j'ai même pas terminé celles d'Haga)

Bon déjà le père qui arrive "juste" 5minutes après le départ de sa fille ça fait un peu le "ah c'est con, à un poil près". M'enfin je sais pas comment expliquer ça. Il aurait mieux valu qu'il l'ait carrément oublié ou qu'il arrive bien après le départ de sa fille. Pas juste après qu'elle ait décidé de partir, ça fait vraiment la coïncidence malheureuse là, et je trouve ça pas assez bien amené.
Hmm, les garçons. Je trouve que le qualificatif de truand est un peu fort pour des garçons qu'on suppose fatalement assez jeune. Délinquant aurait été plus approprié à mon sens. En outre, je trouve qu'ils sont un peu trop décrit rapidement comme "le mal". Certes ça l'est d'aller voir une gamine et lui proposer fumette et/ou alcool, mais bon, des mecs qui se rassemblent pour boire et fumer y'en a des tas et ils sont pas tous dangereux quoi. T'aurais ptêt du insister plus sur leur aspects ou d'autre détails, visuel, auditif ou autre.
Hurluberlues. Alors non quoi. Ce mot c'était juste le mot à pas choisir. Enfin je sais pas pour les autre mais pour moi il a une connotation assez humouristique pour désigner un mec donc on se moque, un peu comme un débile ou un clown. On est plus du tout dans l'image des voyous, d'un coup... Et puis ta gamine pourrait paniquer un peu plus intérieurement, juste que de nature à intérioriser profondément ça se verrait pas. Elle a quand même choisi d'être là en acceptant les 5€...
Bon oubli (je commente au fur et a mesure de lecture parce que sinon j'oublie tout après).
Hmm, je considère rage et démence comme étant deux choses différente. Or dans ton récit on passe de l'un à l'autre sans aucune transition, là par contre je trouve ça assez illogique que d'un coup il soit dans un accès de "rage inimaginable" et ensuite "qu'il prenne du plaisir à frapper". M'enfin...
La tête qui en réchappe miraculeusement pour qu'elle soit pas identifiable aussi, je trouve que c'est comme au début, la miraculeuse coïncidence malheureuse.

Coté point positif, ça a le mérite d'être bien écrit, sans faute particulièrement choquante, exception faite du "pareilles moments" assez scandaleux. Dommage :o

Bref, dans l'ensemble c'est... hmmm... Pas si "mauvais" dans l'écriture. Mais ça véhicule clairement pas assez d'émotions. Certes c'est qu'une nouvelle et faut faire vite, mais faut quand même travailler ça, avec un choix de mot et de tournure de phrase plus étudié. Le "le garçon en fut très déconcerté" par exemple ça m'a semblé vachement mal dit. Déjà "très déconcerté" je trouve pas que ça dise trop, mais pour mettre ça en relief t'aurait du parler d'une "habitude de fillettes qui se débattent" plutôt que d'une préférence.
En gros j'me suis pas sentit impliqué du tout dans ton texte. J'y ai pas ressenti grand chose hormis les gènes dîtes plus haut et par conséquent, ça me laissera pas forcément un bon souvenir.

Tiens, on peut te donner des conditions de nouvelle nous aussi? srx1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LibreGA

avatar

Messages : 827
Date d'inscription : 10/01/2011
Age : 26
Localisation : Devant un écran.

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 20:54

Ce qui va suivre vient d'un type qui n'a quasiment aucune culture littéraire, mais qui aimait bien faire ce genre de nouvelles à 15ans.

Alors ok, je vois pas du tout ce qu'il y a de mindfuck dans cette nouvelle.
On sent bien que tu suis la trame scénaristique imposée (qui est putain de naze).

Alors c'est assez paradoxal, parce que d'un côté on voit les évènements arriver à quinze kilomètres parce que tu les dit explicitement -> "il ne reverra plus jamais sa fille..ok", "elle rencontra un groupe de jeunes qui fument dans un terrain vague... ok", autant ta narration est imprécise et totalement objective, et y a pas d'évolution dans le récit.

j'ai tout lu, mais je me suis fait chier. J'ai éprouvu aucune pitié pour la petite ou pour le père, aucune haine contre ces garçons. Tes personnages n'ont pas de nom, pas de personnalité. La personnalité du violeur, totalement sans pitié du début à la fin, le déshumanise totalement, pareil pour la petite fille qui n'a pas de réaction. Et puis aucun rebondissement sérieux, bordel, la fin se voyait arriver depuis la première ligne...

Pis ouais la scène de viol, comme dit Iwant, c'est du hardcore mal dirigé... Les passages érotiques sont marquants en général par les petits détails qui donnent une grande importance au moment quel qu'il soit, qui fait qu'on puisse ressentir l'émotion des personnages.

Try again, avec pas de passage érotique et des personnalités vraies.
Inspire-toi de tes émotions que t'as ressenties, putain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 23:27

Putain mais ENFIN des critiques qui vont m'aider à progresser. Sérieux, j'en ai marre de ceux qui ont lu trois bouquins dans toute leur vie et qui se permettent de me dire que j'écris comme un dieu. Même si c'est déstabilisant de recevoir des critiques négatives comme ça, ça ne peut que m'aider. Je veux être publié un jour, alors c'est important que je m'améliore.

Iwant a écrit:
Le style est clairement trop pompeux par contre. Évite les phrases du style "Elle hocha lentement la tête en signe de négation", y a rien de plus lourd à la lecture, en plus d'être pauvre d'un point de vue du style.
Je comprends pas bien. Tu veux dire que ça aurait été plus agréable si c'était par exemple "elle fit non de la tête" ?

Citation :
tu t'attaques à un truc hardcore là, je pense pas que t'aies déjà le niveau pour raconter ce genre d'histoire avec le style d'écriture qu'il faut pour que ça ait vraiment un impact, là c'est un peu ridicule à vrai dire.
Faut dire que j'écris principalement du fantasy, donc j'imagine que ça joue beaucoup. Et mon public cible, c'est clairement les adolescents et non les adultes matures et tout. Pour l'instant du moins.

Ice a écrit:
Bon déjà le père qui arrive "juste" 5minutes après le départ de sa fille ça fait un peu le "ah c'est con, à un poil près".
Tu as raison, c'est un peu trop "hasardeux" comme situation, mais bon, je voulais vraiment mettre l'emphase sur le fait qu'en arrivant ne serais-ce que quelques minutes plus tôt tout ça aurait pu être évité. Mais je vois bien que c'est pas très bien amené, j'y travaillerai.

Citation :
Je trouve que le qualificatif de truand est un peu fort pour des garçons qu'on suppose fatalement assez jeune. Délinquant aurait été plus approprié à mon sens. En outre, je trouve qu'ils sont un peu trop décrit rapidement comme "le mal".
Oui, j'ai pas employé le mot le plus approprié, en effet. Je vais devoir travailler sur ce point. Comme je sais déjà que ce sont des fils de pute, je les décris comme tel, sans penser qu'un lecteur normal n'est pas censé le savoir à ce point du récit.

Citation :
Hurluberlues. Alors non quoi.
Bah en fait, celui-ci les décrivait du point de vu de Sophie. Pour elle, c'était des mecs bizarres, des zigotos. J'aurais dû être plus précis sur ce détail, sur le fait que pour elle, ces quatre garçons n'étaient pas des "délinquants", mais, de son point de vu de jeune fille, des personnages étranges quoi.

Citation :
là par contre je trouve ça assez illogique que d'un coup il soit dans un accès de "rage inimaginable" et ensuite "qu'il prenne du plaisir à frapper".
Bah ici j'ai sans doute été assez flou et j'ai probablement mal écrit le passage. Mais le voyou ne prend pas "plaisir" à la frapper, au contraire. Il cherche à provoquer chez elle un cri ou des pleurs, il y arrive pas, il est très énervé, il continue de frapper. Après, c'est vrai que le "sourire sadique" peut semer la confusion. Je crois que je me suis un peu égaré, car c'est vrai que c'est un peu contradictoire.

Citation :
La tête qui en réchappe miraculeusement pour qu'elle soit pas identifiable aussi, je trouve que c'est comme au début, la miraculeuse coïncidence malheureuse.
Je trouvais aussi, même avant avoir lu ton commentaire. En l'écrivant, je sentais que c'était bizarre, mais je l'ai laissé parce que j'en avais marre d'écrire, honnêtement xD Il était près de 3h du mat et j'étais crevé, bref j'ai un peu gâché la fin, c'était pas censé se terminer comme ça.

Citation :
t'aurait du parler d'une "habitude de fillettes qui se débattent" plutôt que d'une préférence.
Je sais pas trop à vrai dire. Parce qu'il fallait bien que je mette l'emphase sur le fait que le violeur prend plaisir à entendre ses victimes hurler et pleurer, donc il s'agit vraiment d'une préférence, puisque visiblement, il préfère violer plutôt que baiser une fille comme tout le monde. Il a pas seulement une réaction de "ah mais d'habitude les filles pleurent, c'est bizarre" mais est vraiment énervé par le fait que Sophie ne réagit pas. Après, j'ai peut-être mal compris ce que tu voulais dire.

Citation :
Tiens, on peut te donner des conditions de nouvelle nous aussi?
Si vous avez des thèmes à proposer, je suis preneur. Je veux m'améliorer, cela va de soi.

LibreGA a écrit:
Alors c'est assez paradoxal, parce que d'un côté on voit les évènements arriver à quinze kilomètres parce que tu les dit explicitement
Pas faux. J'ai la fâcheuse habitude de foutre des "si seulement il avait su..." ou des trucs du genre. Ça peut être efficace dans certaines oeuvres, mais dans le cas d'une nouvelle, où le lecteur est pas censé savoir d'avance ce qu'il va se produire, c'est assez mal employé, en effet. À travailler.

Citation :
Tes personnages n'ont pas de nom, pas de personnalité.
Ah oui, là c'est clair que j'ai pas beaucoup travaillé la personnalité des personnages, surtout des quatre garçons. Déjà on les distingue pas l'un de l'autre, ce sont tous des garçons quoi. C'était un peu voulu de ne pas trop les travailler, c'est aussi le cas dans pas mal de nouvelles, mais c'est mal exploité. Après, je jette un peu la faute sur la contrainte du "pas de dialogue" qui m'a un peu emmerdé. Ça a rendu le texte plus lourd et m'a empêché de vraiment présenter les personnages ou leur définir une personnalité propre.

Citation :
Les passages érotiques sont marquants en général par les petits détails qui donnent une grande importance au moment quel qu'il soit, qui fait qu'on puisse ressentir l'émotion des personnages.
À vrai dire, je lis rarement des oeuvres du genre, donc j'y ai un peu été au feeling. J'ai dû travailler avec des thèmes qui ne me sont généralement pas familiers et donc c'est parfois très mal exploité. Je tâcherai tout de même d'approfondir cet aspect si je réécris un jour un texte du genre.

Eh bien merci à vous tous, j'ai pris chacun de vos commentaires en considération. Jamais on ne m'avait dit des choses du genre et donc évidemment, je n'ai jamais vraiment pu combler mes défauts. Aussi, le roman noir est un genre assez délicat à manipuler, surtout quand on est un auteur de contes et de récits héroïques. Y'a qu'à voir certains romans fantasy peu connus qui ont un style très pauvre, mais qui plaisent avant-tout aux enfants ou adolescents. Par contre, si vous avez des idées de thèmes précis, de contraintes, etc, dites-le moi. C'est en écrivant sur des thèmes de toute sorte que j'espère m'améliorer, pas seulement avec des histoires de dragons xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 23:42

Nanard a écrit:
Iwant a écrit:
Le style est clairement trop pompeux par contre. Évite les phrases du style "Elle hocha lentement la tête en signe de négation", y a rien de plus lourd à la lecture, en plus d'être pauvre d'un point de vue du style.
Je comprends pas bien. Tu veux dire que ça aurait été plus agréable si c'était par exemple "elle fit non de la tête" ?

Concrètement, oui. Ça règlera pas le problème du manque d'originalité, car le style reste fondamentalement plat, mais au moins ce sera pas inutilement lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mar 17 Mai - 23:48

Iwant a écrit:
Concrètement, oui. Ça règlera pas le problème du manque d'originalité, car le style reste fondamentalement plat, mais au moins ce sera pas inutilement lourd.
Je prends en note.

Mais j'aimerais bien voir comment tu l'aurais écris avec originalité et un meilleur style, histoire de comparer. Si bien sûr t'y vois pas d'inconvénient CUNIE DANS LE VIDE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks
avatar

Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mer 18 Mai - 1:27

Sauf que moi j'ai aucun talent particulier, donc je vais pas inventer pour faire genre et au final sortir un truc qui vaut pas mieux. Surtout que quand je parle de style plat, je désigne en particulier les passages "pompeux", ouais, mais ça désigne aussi la façon dont le texte est écrite dans sa globalité. C'est impossible de "revoir le style" d'un passage sans apporter des modifications au reste si on veut que ça reste cohérent. Le style, c'est pas comme les fautes d'orthographe, ça se corrige pas, c'est à toi de trouver le tien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Mer 18 Mai - 2:17

Je vois. Merci quand même CUNIE DANS LE VIDE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon Blake

avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Dim 22 Mai - 1:57

Alors, ma foi, ça fait plaisir de voir qu'au final je suis pas le seul à poster des nouvelles ici et je vais te noter ici tous les éléments qui me feront réagir pour une raison ou pour une autre tout en avançant ma lecture, puis j'émettrai mon avis global quant à ce que tu as produit.

"Oubliée comme on oublie son repas au four. " : Comparaison assez maladroite je trouve, et très étrange. Si tu voulais mettre quelque chose de frappant pour souligner le fait que le père de Sophie néglige sa fille, la comparaison avec un repas entrain de cuire dans un four a vraiment rien à faire là.

"dans pareilles moments" : "Moment" est un mot masculin, donc "dans pareils moments" plutôt.

"Il lui demanda d’abord si elle voulait fumer de l’herbe [...] lui proposa cette fois de l'alcool." : C'est pas un peu hardcore ? Même un dealer avéré essaierait pas de refiler de la came à une gosse de huit ans quoi, c'est assez surréaliste, je vois pas comment un tel truc pourrait jamais arriver.

Elle semblait se désintéressé : "Se désintéresser".

Voilà donc tout pour ce qui a attiré mon attention du point de vue de la forme. Dans l'esprit, ça doit être un des trucs les plus horribles et gores que j'aie jamais lu mais dans le genre un peu horreur kitsch. Tu gagnerais à détailler davantage les scènes mais ça demanderait un style un peu moins vague. Mais il ne s'agit que d'horreur physique, rien de véritablement psychologique. On pourrait adapter ta nouvelle en film que rien ne changerait. Ton style est agréable à lire et pas de problème de ce côté, même si ça manque de détails je trouve. Cependant, c'est davantage le côté scénaristique que je trouve mal exploité. Le personnage de Sophie aurait gagné à devenir bien plus profond et j'ai du mal à croire qu'elle soit restée stoïque sans rien penser alors qu'elle était entrain de mourir. Son passé aurait pu être approfondi également. J'aurais aussi bien vu des interludes entre les différentes scènes avec les recherches du père de Sophie, ça aurait sûrement renforcé l'impression d'horreur en pensant à ce pauvre père qui malgré tout ce qu'il peut penser est bien loin d'imaginer sa fille se faisant violer et revenant sur ses fautes en tant que père et le fait qu'il ait délaissé son rôle face à la mort de sa femme, ses regrets ... Avec ces éléments, la chute aurait pu avoir un impact. Mais là, honnêtement, j'en avais rien à faire du suicide du père, vu qu'on le voit qu'au début très vaguement et vite fait à la fin. Sinon je suis pas fan globalement des thèmes traités et je vois pas réellement l'intérêt qu'a une nouvelle traitant d'un -affreux, certes- viol. Peut-être devrait-il y avoir une explication à l'espèce de folie sanguinaire qui s'est emparée de l'adolescent ? Et au final, quelles étaient précisément les contraintes qu'on t'avait imposé ? Ça m'aiderait à revoir mon jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanard
SHYCO
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 24
Localisation : dtc hihi olol g fé 1 blag

MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   Dim 22 Mai - 20:53

Citation :
Même un dealer avéré essaierait pas de refiler de la came à une gosse de huit ans quoi, c'est assez surréaliste, je vois pas comment un tel truc pourrait jamais arriver.
Oh tu pourrais être surpris hein. Mon petit frère a commencé à se droguer à huit ans justement. C'est un de mes oncles qui lui a proposé son premier joint. Y'a aussi mon grand frère qui lui vantait les mérites de chaque drogue, lui exposant tous leurs effets. Après, mon frère a pas eu de difficultés à se trouver des fournisseurs, parmi eux des adultes de plus de 40 ans. À 11 ans on lui a fait essayer la cocaïne et la méthamphétamine. Et il est absolument pas le seul comme ça. La drogue se rend jusqu'à la petite école de nos jours putain.

Dans ce cas précis, le mec voulait se taper la gamine. Je vois mal un type du genre se dire "ah mais c'est pas cool de proposer de la drogue à un enfant".

Pour tout le reste, je suis d'accord avec toi.

Pour ce qui est des contraintes que j'avais, je les ai déjà dites. Je devais parler d'une gamine qui se fait tuée et violée collectivement, puis jetée dans une turbine. Le tout sans dialogue ni grossièreté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle] Sophie   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle] Sophie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nouvelle] Sophie
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest, la nouvelle série en ligne
» Teste de la nouvelle "DashBoard" Xbox 360
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» [Rumeur] Nouvelle figs Tallarn?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Culture Board :: Créations-
Sauter vers: