AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FNA
le honk précède l'essence


Messages : 13
Date d'inscription : 07/05/2011
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 0:46

Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]


Il appartiendrait presque à la nature de la comédie de résister à l’analyse. C’est un pied-de-nez, une provocation : l’insaisissable comédie doit résister aux schémas. Difficile en effet de trouver une recette définitive pour conduire une bonne comédie. Il y a certes des registres, des motifs, des aspects. Mais la singularité gouverne à son organisation interne : la comédie est un spectacle qui dure, c’est-à-dire qu’elle se déroule en faisant croître ce qu’elle suggère. Un morceau de comédie est un gag qui lui-même a son organisation interne. Mais un gag extrait de son spectacle n’a pas du tout la même coloration que ce même gag au moment où il doit intervenir dans la continuité du spectacle : un gag est nécessairement coloré de tout ce qui le précède, et son effet a d’autant plus d’impact qu’il intervient au moment opportun. Il est rigoureusement impossible d’extraire une séquence de Dr Strangelove sans l’appauvrir, et c’est évident pour cet exemple puisque le film se présente lui-même comme une comédie logique. Mais il est de même impossible d’extraire un moment de telle ou telle comédie à sketchs sans altérer ce moment, lequel ne peut être apprécié qu’à la lumière du passé accumulé, tant comme sédiment que comme anticipation dans la poursuite du mouvement. Pourtant, deux objections. Premièrement, cette importance de la continuité est valable pour tout ce qui se déroule dans le temps, autrement dit tout, et non pas seulement la comédie. Deuxièmement, la comédie à sketchs est justement le contre-exemple le plus flagrant de la notion de continuité car sa structure appelle précisément à séparer, parfois très nettement, voire hermétiquement, les moments qui la composent. En réalité, la macrostructure doit s’accorder avec le sens du spectacle. Mais une difficulté persiste puisque ce qui occasionne le rire est le plus souvent un décalage entre ce qui est et ce qui doit être. C’est là tout l’art de la comédie : créer des distorsions tout en suivant une ligne.

Cette spécificité de la comédie implique sa relation au sens. Une comédie ne peut pas être purement formelle ; elle doit mobiliser du sens pour lui tordre le cou. Plus ce qu’elle traite est grave, plus la comédie pourra être qualifiée de subversive. Plus elle est fidèle à la portion de réalité qu’elle se propose d’examiner, plus le décalage sera perceptible et plus la comédie sera réussie : c’est un art des plus sérieux. L’état d’esprit du comique est de produire sérieusement quelque chose de « futile », non de produire futilement quelque chose de sérieux. C’est le même état d’esprit qui gouverne chez le game designer : la légèreté est dans la fin, non pas dans l’art. C’est ainsi la perfection des articulations de Dr Strangelove, les résonnances symboliques de Life Of Brian, et accordons-le, l’unité conceptuelle de Bienvenue chez les Ch’tis, qui assurent leur efficacité.



Gai tung aap gong (Chicken And Duck Talk), important succès hongkongais de l’été 1988, a miraculeusement réussi à dépasser ses frontières par une surprenante reconnaissance de l’AFI et par son unique diffusion sur Arte en 1997 (sous le titre Prise de bec à Hong-Kong). Modeste sur le plan formel, bienveillante sur le fond, Chicken And Duck Talk est ce qu’on pourrait appeler une « comédie sociale », sous-genre délicat et peuplé de films merveilleusement médiocres, consistant à relever les différentes manifestations de l’écrasement subi par certaines classes de la population et à illustrer leur résistance face à l’injustice.



Chicken And Duck Talk
est bel et bien l’histoire d’une résistance. Le restaurant d’Ah Hui décline. Sa fameuse recette de canard rôti n’y suffit plus. L’hygiène est déplorable et le management exaspère autant la clientèle que le personnel. Le déclin s’accélère lorsqu’une chaîne de restauration rapide ouvre un magasin en face de celui d’Ah Hui.

Le film est structuré au millimètre : un quart d’exposition, une moitié de développement et un quart de résolution. La première partie développe l’environnement dans sa complexité et présente d’emblée l’ensemble des protagonistes : un restaurant miteux, un personnel indolent, un patron avare et excessif, une famille soumise, une belle-mère critique. Tout le film est construit sur le personnage d’Ah Hui, le patron entêté du restaurant, dont les loufoqueries vont peu à peu se transformer en bouffonneries, parallèlement au déclin de plus en plus pressant de son établissement. Cette progression dans le comique est l’aspect le plus brillant de la construction du film : à mesure que la situation empire, les efforts déployés par Ah Hui, tous plus vains les uns que les autres, passent pour de plus en plus ridicules : la séquence la plus drôle du film s’achève par la chute la plus grave du récit. Aucun matériau nouveau n’intervient subrepticement et inélégamment.



C’est ainsi sur le plan de l’écriture, intelligente, que Chicken And Duck Talk se distingue des comédies familiales les plus poussives.

Reste néanmoins le problème posé par la résolution du film, à la fois prévisible, trop rapide, et surtout trop facile : la problématique est évacuée par un jeu de circonstances plus ou moins hasardeuses qui rendent la conclusion amère. D’un côté, l’épreuve supportée par le protagoniste l’invite à surpasser ses archaïsmes, ceci sans pour autant trahir ses véritables valeurs. Mais d’un autre côté, même si la résolution est contenue dans le récit, celle-ci repose sur des conditions favorables qui n’ont rien d’universel.



Chicken And Duck Talk en VO sous-titrée Français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuki



Messages : 196
Date d'inscription : 26/05/2011
Age : 26
Localisation : I'm in space

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 10:11

Superbe analyse d'une comédie, presque trop sérieuse car j'ai quand même un peu le doute que cette «comédie» soit drôle.tu la présentes comme très censée, structurée, tu l'expliques, mais je ne sais pas si cette comédie t'a fait rire ou pleurer. ton explication de la fin a la fois grave et drôle est ce qui me rend le plus curieux de voir ce film
Oh, et euh...magnifique intro.vraiment.


Dernière édition par Setsuki le Dim 29 Mai - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lapin malin
Membre du C.R.O.U
Membre du C.R.O.U


Messages : 423
Date d'inscription : 29/12/2010
Age : 22
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 10:40

Excellente review ! Je ne connaissais pas du tout le film, merci d'en avoir parlé, tu donnes envie et tu es très clair dans tes explications, c'est agréable à lire, jamais trop lourd, bref, parfait. génial1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.game-freedom.com/
enfolkefiende
erotic enka funk breaks


Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:42

bg génial1

J'avais jamais vu de film honkongais, ça sera l'occasion de commencer. Surtout que j'aime particulièrement ces comédies avec des thématiques sérieuses mais où tout au final y est tourné en dérision, Strangelove et Brian étant parmi mes préférés. J'essayerai de le voir dès que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:49

Il n'y a pas assez de review de film! moai1

Surtout une comédie, le genre a tendance à être oublié lorsqu'on passe à l'analyse. En ce point ton article était particulièrement intéressant.
Le corrolaire de tout cela, comme l'a dit Setsuki, c'est que dans le fond, on a du mal à savoir qu'on va se fendre la poire.

Après ton paragraphe de résolution, je verrais bien une petite conclusion disant comment est le film de manière très général et nous inviter à le voir... Trois fois rien en somme. Car pour le reste, ça rentre dans les détails mais ce n'est pas pompeux et je suis tout de même curieux d'aller voir le film.

Ca c'est du FNA!

Tiens, et je suis pas forcément d'accord avec ça :

FNA, ce héros a écrit:
Plus elle est fidèle à la portion de réalité qu’elle se propose d’examiner, plus le décalage sera perceptible et plus la comédie sera réussie

Pas forcément. Oui, il faut que le spectateur se raccroche à de la réalité pour percevoir le décalage et que ça soit amusant mais je ne pense pas qu'il y'a une relation de causalité dans le genre "Plus c'est fidèle à la réalité, plus la comédie sera réussite à cause du décalage".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FNA
le honk précède l'essence


Messages : 13
Date d'inscription : 07/05/2011
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:54

C'est une comédie qui m'a fait rire aux larmes quand j'avais 12 ans. C'est d'ailleurs plus un souvenir qu'autre chose... Mais qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas une "grande comédie", un chef d’œuvre exceptionnel ou je-ne-sais-quoi. C'est un film populaire, aux accents de sitcom, efficace, vulgaire, plutôt dynamique, qui ne dégouline pas de prétentions occultes. Tout ce qui est dit en début d'article aurait pu être dit de n'importe quelle comédie. Celle-ci en l’occurrence méritait qu'on salue sa construction, toute banale qu'elle soit, d'où cette trop longue introduction sur le genre. Car je ne voulais pas entrer dans une analyse de registre (je suis certain que beaucoup d'entre-vous ne riront pas, seront même affligés) mais plutôt mettre en évidence les réseaux internes qui suscitent le comique en insistant notamment sur le fait qu'une comédie gagne à ne pas faire intervenir d'éléments WTF complètement hors sujet et dont la gratuité détruit le sens (là où justement une comédie joue sur le sens).

Quant à la fin, je ne voulais pas spoiler. Je la trouve insatisfaisante mais je vous laisse vous faire votre opinion. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:56

Ben faudrait que tu précises ça à la fin de l'article alors, que c'est une comédie "populaire, aux accents de sitcom, efficace, vulgaire, plutôt dynamique, qui ne dégouline pas de prétentions occultes" et pas un chef d'oeuvre et que cela t'a fait rire aux larmes.

C'est le seul truc qui manque au final.

Oh, je ne te l'ai pas demandé, tu veux bien que je mette l'article sur le site?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enfolkefiende
erotic enka funk breaks


Messages : 1777
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 25
Localisation : Apatride

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:58

Je suis plutôt d'accord avec FNA perso. Plus la comédie sera proche de la réalité, plus l'absurde sera mis en évidence ... alors que s'il y a abus de démesure, ça risque plutôt de passer pour un délire du réalisateur et de sembler délaisser la "problématique" de base.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 13:59

Si il y'a "abus" de la démesure, oui. Ce n'est pas drôle, je suis d'accord.
Il faut toujours qu'on s'accroche, quelque part, à la réalité.

Mais ça peut être de la folie douce et être très drôle tout de même et pas être "moins drôle" que si ça avait été plus fidèle à la réalité et que le décalage était par conséquent plus grand.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FNA
le honk précède l'essence


Messages : 13
Date d'inscription : 07/05/2011
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 14:21

L’appréciation est purement qualitative, je ne pense pas qu’on puisse parler de quantité d’humour.

La notion de décalage n’implique pas ici de décalage par rapport à la réalité concrète ou quotidienne mais de décalage entre ce qui est montré (par exemple tel sketch dans une comédie) et ce qui doit être (ce qu’on attend, ou ce qu’on se figure dans telle ou telle situation). Le rire provient souvent du contre-emploi d’un concept, d’un excès ou d’un appauvrissement, bref, d’un décalage entre un concept et son usage.

La réalité (entendons le quotidien) a l’avantage pour une comédie de regorger de référentiels familiers et communs à tous. Mais il est évident que tous les décalages sont envisageables sur tel ou tel terrain ; après, qu'on risque de perdre ou non des spectateurs est un autre problème. Je mettais plutôt l’accent sur la fidélité d’une comédie à rester sur son terrain, quels que soient l’ampleur des décalages proprement dits, quel que soit le terrain sur lequel elle se déploie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 14:25

Dit comme ça ouais.

Genre si on prend un vieux scénar et qu'on s'attend à devoir délivrer la princesse avec un preux chevalier. (concept)
Et que au fait on se rend compte que ce preux chevalier est un pleutre. (contre usage)

Ca fait un décalage sans que le concept soit ancré à la réalité.

En revanche, si on ne connaissait pas le concept de base, qu'on ait jamais entendu parler de ce type de scénario, y'a pas de décalage, c'est pas marrant.
Donc ouais, plus un concept est "perché" plus on va perdre des spectateurs comme tu viens de le dire.

Mais même dans des situations "réelles" on peut ne pas avoir rencontrer tel ou tel concept alors le décalage ne se fera pas.
Pour chaque personne du public, son histoire. moai1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FNA
le honk précède l'essence


Messages : 13
Date d'inscription : 07/05/2011
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   Dim 29 Mai - 14:26

Tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gai tung aap gong [Chicken And Duck Talk]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MegaDrive] Donald Duck: QuackShot
» Fatal Fury, dans lequel peut-on transformer Tung Fu Rue ?
» Lucky dime caper staring donald duck
» La bande à chicken little [Kroots 2000pts]
» "Nabaztag vous propose l'alerte Google Talk" - Mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Culture Board :: Articles Culture-
Sauter vers: