AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fiction] Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gordon Blake



Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: [Fiction] Duncan   Mar 28 Juin - 3:40

Duncan


Chapitre 1 : Changement

« A l'aube des temps existaient deux énergies : l'Ombre, matière noire et origine même de la destruction … et la Magie, sous forme de particules d'un jade étincelant, l'énergie de la création même. Ces énergies étaient de nature parfaitement opposées mais finirent par se combiner pour former un seul être. Son nom était Odio. L'essence même de la Haine corruptrice. En un mot comme en cent : le Mal dans son état le plus sauvage et le plus évolué. Le dieu maléfique avait un sceptre dans la main droite, un condensé d'énergie sous sa forme la plus pure et la plus puissante.

Cet artefact était connu sous le nom de Sceptre du Courroux. Odio créa le monde pour assouvir ses besoins de destruction et observa l'évolution jusqu'à l'apparition de l'espèce humaine qu'il était bien décidé à faire plonger dans un âge de ténèbres avant de l'annihiler. Il créa deux Généraux à partir de son infâme sceptre : les deux faces d'une même pièce.

Le premier Général s'appelait Doran. Il s'agissait d'une ignoble gargouille volante, armée d'une redoutable faux, qui se faisait surnommer « l'Ombre ». A juste titre, car il n'était que ténèbres macabres, un héraut démoniaque voué à sonner la destruction menée par Odio. Grâce à sa nature, il était doté d'immondes pouvoirs qui n'ont que trop fait souffrir notre espèce.

Quant au second Général, c'était une gigantesque chimère volante que l'on aurait cru taillée dans de l'émeraude. Cette créature, connue d'après les livres anciens sous le nom de Rahn « le Sage », maîtrisait la Magie à la perfection car il s'agissait de son essence même.

Les Généraux étaient les messagers d'Odio et les porteurs de la destruction sur notre monde. Ils massacrèrent avec sadisme la majeure partie des villages qui recouvraient notre monde avant l'Unification en se servant de leurs horribles talents. Des sources de l'époque indiquent donc notamment qu'un seul mouvement de la faux de Doran lui permettait de manipuler le squelette de ses victimes indépendamment du reste du corps, tels des pantins macabres s'arrachant des fils de chair d'un marionnettiste avec lequel ils ne faisaient qu'un, pour rejoindre les sombres desseins d'Odio. La chimère, quant à elle, était réputée pour dévorer vivant les hommes, quand elle n'utilisait pas ses pouvoirs pour faire pleuvoir la destruction du ciel.

L'humanité vivait ses dernières heures et Odio réfléchissait à un moyen de lui apporter le coup de grâce de la manière la plus affreuse qui soit. Il se servit de Rahn afin qu'il crée un gigantesque pilier de Magie pure qui lui servirait également de domaine, une sorte de gargantuesque tour à l'intérieur de laquelle il reposait. Cette tour avait pris le nom de Gopylar et injectait de la Magie dans le sol des environs, faisant apparaître de gigantesques cristaux de couleur émeraude à partir desquels furent façonnés des Golems. Les Golems, ainsi nouvellement créés, vénéraient la Chimère et cherchaient l'anéantissement de tout ce qui n'était pas Magie, fut-ce fait de chair ou d'Ombre. Ils seraient les prochaines machines de guerre qui conduiraient à la fin de l'espèce humaine ...

Pendant ce temps, dans un village à moitié en ruines, un jeune homme d'une vingtaine d'années cherchait à venger ses parents, tués par les Généraux d'Odio. Sans se rendre véritablement compte du danger qu'il encourait, aveuglé par la rage, il se rendit dans les environs du Gopylar et parvint à ramasser un long cristal de Magie pure ayant la forme d'une lance après avoir soigneusement évité les Golems qui patrouillaient.

C'est alors que le danger surgit du ciel. Doran le Sombre inspectait les environs depuis le ciel et avait repéré l'intrépide jeune homme. Il fendit le ciel en un éclair et se posa avec fracas sur le sol tout en observant son adversaire d'un air vaniteux fendu d'un sourire sadique. Qu'est-ce qu'un enfant pouvait faire face à l'un des Généraux du Mal ? Cependant et malheureusement pour lui, son atterrissage avait été remarqué par les Golems qui tentèrent de l'attraper avant de le bombarder de cristaux étincelants. Ayant décollé du sol, gêné par les serviteurs de la Chimère, il ne se trouvait qu'à quelques mètres de la tour où sommeillait le maître de la Magie et ne pouvait se permettre de porter atteinte aux projets d'Odio en détruisant les Golems. C'est à cet instant que le jeune homme lança sa lance avec une force inouïe en direction de la gargouille. Le cristal l'éventra et l'épingla sur le pilier géant tel un vulgaire insecte. En raison de la parfaite opposition entre l'Ombre et la Magie, le contact entre les deux énergies conduisait à l'élimination de l'énergie la moins présente au profit de l'autre. C'est ainsi que périt Doran le Sombre, consumé par l'énergie émanant du Gopylar, annihilé et vaincu de manière pitoyable par celui qui était devenu un héros.

Le héros, dont le nom désormais connu de tous était Duncan, ne s'arrêta pas en si bon chemin. Sa victoire l'avait empli d'une ferveur nouvelle et il était désormais convaincu qu'il pouvait mettre un terme à la suprématie d'Odio. Il ramassa la faux du général et détruisit les Golems qui lui faisaient face, avant d'entrer à l'intérieur du Gopylar, à l'intérieur duquel dormait la Chimère, l'utilisation de la Magie nécessitant une quantité colossale d'énergie que Rahn récupérait en dormant durant des jours entiers. Il allait connaître un réveil brutal. La bête dormait sur son ventre et illuminait la tour de l'intérieur. Duncan n'eut aucun mal à grimper dessus et il éventra férocement la créature plusieurs fois de suite, marquant de longues plaies profondes d'où suintait un étrange liquide. Elle se réveilla en poussant un horrible hurlement et tenta de se remettre sur ses pattes, mais le héros s'agrippait de toute sa force et ne lâchait pas prise. Il parvint à se hisser sur son dos en prenant pour accroche les écailles de la peau de la chimère alors qu'elle parvenait finalement à se retourner et déployait ses ailes.

La bête s'envola et défonça une partie du toit du Gopylar dans sa tentative de fuite désespérée tout en multipliant les tentatives pour désarçonner le héros, mais sa détermination était trop grande. Le général perdait de ses forces tandis que la vie lui échappait de plus en plus à chacun de ses mouvements, et il était de plus en plus lent à réagir alors que sa peau perdait tout lentement tout l'éclat qu'elle avait autrefois. Le jeune homme courageux parvint alors à lui arracher une aile et Rahn tourbillonna en direction du sol et de la tour qu'il avait quitté quelques minutes auparavant, dans un dernier espoir d'emporter la vie du héros avec la sienne. Duncan sauta lorsqu'il jugea le sol suffisamment proche et laissa la Chimère détruire la structure même du Gopylar, entraînant sa chute toute entière sur la créature qui se faisait surnommer « le Sage ». Le second général n'était plus et les Golems, n'ayant plus aucune source d'énergie pour les alimenter, s'effondrèrent au sol.

Les projets d'Odio étaient désormais réduits à néant. Tout cela à cause d'un simple mortel. Plus aucun général n'était plus et l'humanité ne connaissait plus la peur mais l'espoir et la joie. Grâce à Duncan, le sauveur de l'espèce humaine toute entière, loué soit son nom !

Cependant, le dieu maléfique ne comptait pas disparaître pour autant. Il lui était impossible de redonner la vie à ses généraux, du moins pas dans l'état dans lequel il était, car il avait puisé dans sa propre énergie pour les créer et leur mort l'avait directement affaibli. Il restait cependant l'adversaire le plus dangereux que le monde ait connu et le créateur du monde, aussi démoniaque soit-il.

Il apparut donc face à Duncan, peu après la mort des deux généraux. Le héros avait récupéré la faux de Doran dans les décombres de la tour qui abritait la Chimère et s'était préparé à combattre. Lors de l'apparition de la divinité, le ciel s'était embrasé, une lueur rouge sang avait fait disparaître le soleil et tout le monde put sentir l'emprise d'Odio sur le monde. L'humanité entière ressentait sa plus grande peur à ce moment, sans voir le combat en lui-même, mais elle était capable de le ressentir. Le héros, quant à lui, ne tremblait pas. Il fixait le dieu et ses yeux brûlaient de cette ferveur qui ne l'avait pas quitté depuis qu'il avait terrassé le premier général. De son côté, Odio observait attentivement cet homme. Il n'avait jamais rien vu de tel et une infime partie de son esprit commença à douter.

Sans un seul mot, le duel à mort commença. Si Odio gagnait, l'humanité était condamnée à vivre une fin du monde effroyable … Mais si le héros gagnait, le monde serait enfin libre de l'étreinte du Démon. Celui-ci fit appel à toute la puissance de son Sceptre, faisant surgir des flammes des cieux et faisant trembler la terre de la manière la plus terrible qui soit. Il agita une nouvelle fois son sceptre et une lame immense apparut dans sa main gauche. Il frappa avec une violence inouïe et brisa la faux de Doran comme s'il ne s'agissait que d'une vulgaire baguette. L'attaque avait également touché Duncan, qui perdit son œil droit. Sous l'effet de la douleur, le héros tomba à genoux tandis que le Démon fut secoué par un éclat de rire terrifiant que chaque créature entendit en sentant un froid glacial envahir son cœur. Odio leva sa main gauche et, souriant à pleines dents au héros tout en le fixant d'un regard que ce dernier soutenait sans détourner les yeux … Il abattit sa lame. Du moins, il crut le faire. C'était sans compter sur la ténacité du héros. Au moment où la gigantesque épée aurait dû lui fendre le crâne, il avait tranché la main du Démon avec ce qu'il restait de la faux de Doran. Celui-ci recula, les yeux exorbités, sentant sa fin venir et son échec. Duncan ramassa l'épée, trancha l'autre bras, tenant le Sceptre du Courroux, du dieu maléfique et fendit finalement en deux le créateur du monde. La brume rouge se leva pour laisser sa place à un soleil éclatant et le sauveur de l'humanité retourna en vainqueur au village après avoir triomphé du Mal. »


Telles étaient les inscriptions dorées lisibles sur une gigantesque tablette exposée au rez-de-chaussée du palais royal qui avait abrité le Roi Duncan. Certains passages se trouvaient également sur les gigantesques statues d'or visibles à l'entrée qui commémoraient les combats héroïques du roi face aux généraux d'Odio et à ce dernier. Les tableaux et livres dépeignant ces scènes ne manquaient pas, mais tous s'inspiraient de cette œuvre principale, écrite par un célèbre écrivain et poète du nom de Hyacinthe Owein, mort récemment d'un empoisonnement.

Quoi qu'il en soit, le Roi Duncan était mort depuis 22 ans lors de la Rébellion Ecarlate orchestrée par les conseillers de l'ancien héros, désireux d'accéder au pouvoir et considérant leur monarque comme un obstacle à leurs plans. Aucun membre de la famille royale n'en avait réchappé, que ce soit le roi ou la reine, bien que des rumeurs circulent selon lesquelles l'héritier royale aurait survécu, alors qu'il n'avait que cinq ans lors de ces sombres événements.

Les anciens conseillers royaux avaient eux-mêmes tous péri dans des circonstances étranges et camouflées en accidents banals. Tous, à l'exception d'un, l'actuel dirigeant de la gigantesque cité-état de Vierra, formée à partir des derniers villages humains restants après la mort du Démon qui se sont unifié sous la bannière du héros ; dirigeant connu sous le nom de Cermon, auto-proclamé Commandant Suprême de Vierra.

L'ambitieux Cermon, après avoir acquis son pouvoir dans des circonstances plus que douteuses, décréta que tout ce qui avait trait aux histoires anciennes concernant l'ancien héros Duncan n'avait plus lieu d'être et qu'il ne fallait pas se morfondre vers le passé, car malgré la tragique disparition de l'ancien roi, lui, Cermon di Piaga, ancien plus fidèle conseiller royal de Son Altesse, les mènerait vers un futur brillant bien loin de la déchéance dans laquelle ils vivaient, d'autant plus que des monstres semblaient apparaître en dehors de la cité. C'est ainsi que tous les livres sur le Roi Duncan furent saisis et brûlés, les tableaux et les statues détruits et que toute personne qui gardait délibérément quoi que ce soit ayant trait à l'ancien souverain fut emprisonné puis exécuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon Blake



Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Duncan   Mer 29 Juin - 2:32

Post réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon Blake



Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Duncan   Mer 29 Juin - 2:33

Post réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon Blake



Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Duncan   Mer 29 Juin - 2:34

Post réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: [Fiction] Duncan   Mer 29 Juin - 2:46

Introduction très sympas. La légende est particulièrement bien mis en scène puisque j'ai fini par m'accrocher à ce héros un peu verni mais néanmoins hargneux. Dommage que l'on ne puisse pas voir sa petite famille de lorsqu'il était roi au bout du compte.

Du coup et bien, aucune idée de ce qu'il va se passer par la suite si ce n'est que ce dirigeant est pas particulièrement sympas. moai1
Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] Duncan   Aujourd'hui à 15:53

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] Duncan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Culture Board :: Créations-
Sauter vers: