AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake
Un drakofeu sauvage apparaît!


Messages : 827
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 26
Localisation : Plus à Paris

MessageSujet: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Jeu 15 Sep - 23:09

Salut à tous ! Après déjà plus de deux mois (eh oui, ça passe vite !), voilà la suite tant attendue de ce dossier sur la Nintendo DS. J’ai bien pris en considération tous les commentaires qui ont été postés suite à la première partie (et je remercie leurs auteurs), c’est pourquoi, même si le dossier conserve son déroulement chronologique, et donc que cette seconde partie va traiter de l’année 2006, la forme va changer quelque peu. En effet, je vais regrouper les jeux dont je vais vous parler par genres. Ce parti pris va, je l’espère, permettre une plus grande fluidité de l’ensemble et facilitera les comparaisons entre titres lorsqu’il y aura lieu. Bien, puisque les bases sont posées, commençons !


Je vais tout d’abord faire une introduction préalable au sujet de la console elle-même. En 2006, après seulement un an après la sortie de leur nouvelle console portable, Nintendo se porte bien : son petit bébé aux deux écrans s’écoule comme des petits pains, et les quelques très bons jeux et les blockbusters déjà sortis tiennent les joueurs en haleine. Mais Big N ne se contente pas de ça, et met sur le marché en 2006 (mars pour les Japonais, juin pour nous) une nouvelle version de sa console, baptisée DS Lite. Comme son nom l’indique, ce nouveau modèle se veut plus léger et plus compact, mais ce n’est pas tout. La principale amélioration dont profite cette petite sœur, outre son look beaucoup plus attirant, est la possibilité de modifier le niveau de luminosité des écrans, le niveau le plus sombre étant celui de la console originale ! Les jeux gagnent donc à être mieux rendus, du fait de cette luminosité augmentée, ce qui n’est pas pour nous plaindre. J’ai moi-même à l’époque fait la comparaison en allumant successivement une DS fat (comme on l’appelle désormais) et une DS Lite côte à côte, et la DS fat semblait carrément s’être éteinte ! Bref, cette nouvelle version a su séduire les joueurs. Du côté technique, la console étant plus petite, les cartouches GBA dépassent un peu, mais un cache est fourni pour affiner les formes de la console lorsqu’aucun jeu GBA n’est inséré. On voit donc que Nintendo a voulu faire un coup double, à savoir attirer les récalcitrants qui n’avaient pas encore fait l’acquisition d’une DS, et donner envie aux possesseurs de la première version d’investir dans ce petit bijou. Et le moins que l’on puisse dire avec le recul, c’est qu’ils ont bien réussi leur pari ! (Je ne suis pas un fan de chiffres, donc je ne vous plomberai pas avec ça, mais il me semble qu’il a été vendu beaucoup plus de DS Lite que de DS fat, à terme)



Bien, passons maintenant en revue les jeux qui sont sortis sur la Nintendo DS en cette année 2006 (année qui aura, au passage, également vu le jour de la Nintendo Wii). Parce que c’est bien beau d’avoir une petite console toute belle, mais il faut bien de quoi mettre dedans, non ? Commençons par un genre adoré de bien d’entre vous, j’ai nommé…

Les RPG


Je l’avais dit dans la première partie, les RPG ne se bousculaient pas au portillon durant cette première année de vie. Or il s’agit d’un genre phare, cher aux joueurs de tous horizons… 2006 a donc certainement vu naître une quantité phénoménale de ces jeux, non ? Eh bien… pas tout à fait. Explications. Le premier représentant du genre à voir le jour cette année-là n’est autre que Mario & Luigi 2 : Partners in Time. Suite de l’opus GBA, dont il reprend le style graphique et les mécanismes de jeu, ce titre met en scène les deux plombiers accompagnés de leurs alter egos juvéniles, les deux bébés plombiers. Evidemment, cette situation à quatre personnages est prétexte à de très bonnes utilisations des deux écrans (mais pas beaucoup de tactile). Je ne vais pas m’étendre sur le scénario du jeu (ça pourrait passer pour du spoil !), mais il est dans la lignée d’un Mario, assez enfantin et qu’on ne peut pas qualifier de vraiment profond. Bon, en ce qui me concerne, je ne suis pas un grand fan de ce jeu, je n’ai pas vraiment été conquis par le système de combat, bien que dynamique. Et puis j’en ai marre de voir la gueule de Mario dans un RPG, sérieusement. Bon. Au moins, ça c’est dit.


Mario & Luigi : Partners in Time

Mon premier vrai coup de cœur niveau RPG sur DS, c’est Lost Magic. Intéressant, ce jeu vous met dans la peau d’un apprenti magicien (mais sans lunettes rondes et cicatrice sur le front) qui utilise ses pouvoirs en traçant des signes que vous représentez sur l’écran tactile. Le titre ne se limite bien sûr pas à ça, et dans les faits il se révèle être mâtiné de stratégie, puisque vous êtes, en plus de votre boulot de sorcier, aux commandes d’une petite armée de monstres. Moi qui ne suis pourtant pas fan des STR (sur DS en tout cas), j’ai plutôt bien aimé ce jeu, de par son ambiance générale et ses graphismes mignons. Après, il n’est pas bien long, mais il reste un jeu à essayer.


Lost Magic

Bien, passons rapidement sur Tao’s Adventure : Curse of the Demon Seal, une sorte de donjon-RPG, qui, même s’il a certains points communs avec Lost Magic (tracé de symboles, monstres nous accompagnant), se révèle à mon sens bien plus fade et s’essayant à une 3D franchement laide. Attardons-nous plutôt sur un autre donjon-RPG, bien mieux réussi, il s’agit de Pokémon Donjon Mystère : Equipe de Secours Bleue. Le jeu est certes très classique dans son déroulement comme dans ses graphismes (la version Rouge sur GameBoy Advance est identique) et n’exploite pas vraiment son support, mais il réserve une aventure intéressante pour tout fan de la licence, qui croisera la plupart des bestioles les plus connues des trois premières générations.


Tao's Adventure : Curse of the Demon Seal et Pokémon Donjon Mystère : Equipe de Secours Bleue

Enfin, le dernier RPG sorti en cette année 2006 (je vous avais prévenu qu’il y en avait pas des masses !) est une adaptation d’une licence réputée sur PC, je veux parler de Age of Empires : Age of Kings. S’il reprend donc le nom du deuxième épisode sur fameux STR, il ne reprend nullement ses mécaniques puisqu’il nous propose d’en revivre les campagnes sous la forme d’un tactical-RPG au tour par tour. Les graphismes, refaits style cartoon pour l’occasion, auront dérouté pas mal de fans (dont moi). Bon de toute manière moi, j’ai pas accroché au système de jeu, tout du moins je l’ai trouvé peu adapté au jeu, peut-être car j’étais trop habitué à la version en temps réel originale. Objectivement, il n’en reste pas moins un jeu correct, et finalement le seul tactical de la console à cette époque.


Age of Empires : Age of Kings

Bien, pour résumer sur cette catégorie, on ne peut finalement qu’être déçus de voir le nombre restreint de RPG sortis sur la Nintendo DS en 2006. Surtout que, objectivement, le meilleur d’entre eux reste Mario & Luigi 2, ce qui peut être vu comme « pas vraiment un RPG », dans le sens où ce qu’on peut attendre d’un RPG n’est pas forcément les deux frères qui sauvent leur royaume… Bref, les amoureux de jeux de rôle n’auront pas été bien gâtés… l’année prochaine peut-être !



Les jeux de course


Passons maintenant à un genre qui n’a franchement rien à voir avec le précédent (c’est vrai ça, la course doit être le seul genre avec lequel le RPG ne s’est pas marié… encore que si ça se trouve ça existe). On s’en souvient (si ce n’est pas le cas, relisez tout), en 2005, le genre n’avait été sauvé que grâce à la sortie en fin d’année de l’excellent Mario Kart DS, mais le reste ne pissait pas loin : des adaptations hasardeuses de Need for Speed, deux-trois arcades très moyens… on était loin du nirvana ! Eh bien continuez de pleurer, amis fans de bolides, c’est encore pas ici que vous aurez du lourd !

Tout d’abord, niveau quatre-roues, le seul (et encore !) titre notable n’est autre que Asphalt Urban GT 2. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils se sont bien dépêchés pour pondre une suite ! Leur premier opus DS avait dû pas mal se vendre finalement… ah mais oui, c’était le seul jeu de course du lancement ! Bon. Autant le dire clairement, cette suite n’apporte pour ainsi dire rien, les graphismes sont peut-être légèrement mieux, mais c’est tout, ça reste de l’arcade basique. A moins de vénérer le genre, mieux vaut passer son chemin.



Asphalt Urban GT 2

Si on veut du meilleur, il faut se tourner du côté des planches. Sans les roues (et donc sur la neige, pour plus de facilité), ça donne Snowboard Kids. Si si, souvenez-vous, il y avait eu deux épisodes sur Nintendo 64 ! C’était d’ailleurs pas dégueulasse à l’époque, même si dès la sortie de 1080°, personne n’y avait plus prêté attention. Dans cet opus DS, les kids ont grandi et sont devenus des teenagers trop stylés avec des coupes de cheveux dans le vent… Bon, mis à part ce chara design que je qualifierais finalement de nul à chier, le jeu suit toujours le même principe : des courses de snowboard (thanks Captain), avec des pouvoirs spéciaux à la Mario Kart. C’est plutôt sympathique mais malheureusement je trouve qu’on ne ressent pas très bien l’impression de vitesse, même en descente. Du coup ben, on finit un peu par se faire chier. C’est dommage. Sinon, on met des roues sur les planches (et on remplace la neige par du bitume, ça marchera mieux), et on a Tony Hawk’s Downhill Jam. S’il reprend les graphismes en cell shading de son aîné sorti l’année précédente, et qui font toujours mouche, le jeu change légèrement d’orientation puisqu’il s’agit plus maintenant de courses de vitesse sur des tracés de différentes villes du monde entier. Que les fans se rassurent, les tricks sont toujours présents et certains défis demandent des compétences qui dépassent celles de la descente pure et simple. Bref, j’adore ce jeu, nerveux et doté d’une OST qui ravira les fans de rock (je n’en suis pas un, mais j’ai adoré, ça colle parfaitement au style), notamment avec un titre de Lagwagon particulièrement génial.


Snowboard Kids et Tony Hawk's Downhill Jam


Les jeux de plate-forme

Ah, la plate-forme ! Si un genre semblait prometteur après la première année de vie de la DS, c’est bien celui-là. Entre des remakes de qualité jouissant d’une nouvelle maniabilité et de nouveaux concepts exploitant étonnamment bien l’écran tactile, on ne pouvait qu’être confiant quant au fait de revoir des titres similaires. Eh ben vous savez quoi, on avait tort ! Bon, j’exagère peut-être, vous allez voir qu’il y a eu des très très bons jeux de plate-forme sur DS en 2006. Mais niveau concept innovants, c’est pas vraiment ça ! Le seul représentant à tirer profit de la console se nomme Super Monkey Ball : Touch & Roll. Dans le fond, le but n’a pas changé depuis les épisodes précédents : vous dirigez toujours un singe enfermé dans une boule à travers des niveaux tortueux et en récoltant au passage un certain nombre de bananes. Dans la forme, en revanche, tout a changé puisque vous dirigez maintenant votre chimpanzé (si ce ne sont pas des chimpanzés, je les emmerde) au stylet. Ce jeu m’a agréablement surpris dans le sens où je n’avais jamais vraiment aimé cette série sur les versions précédentes, mais la maniabilité tactile rajoute à mon sens une dose de fun, qui rend le jeu finalement assez attractif. Il est d’ailleurs dommage de constater que c’est le seul épisode de cette franchise à avoir vu le jour sur DS (Super Monkey Ball Adventure, très bon jeu de plate-forme 3D d’exploration, sur GameCube, devait y être porté mais fut annulé).


Super Monkey Ball : Touch & Roll

Bon, les jeux suivants étant dans leur genre plus que classique, et n’exploitant pas leur support tant que ça, je passerai rapidement dessus. Frogger Helmet Chaos (mais oui, Frogger est toujours vivant !) essaie de son côté une maniabilité que l’on pourrait qualifier de bien étrange, à savoir que la grenouille avance comme sur des cases, avec un bouton pour le faire pivoter sur lui-même d’un quart de tour… déroutant, pas adapté, pour un jeu franchement moyen (réflexion faite, vu ce que ça donne quand on nous ressort des vieilles licences, c’est peut-être pas plus mal qu’ils laissent Gex dans son placard…).


Frogger Helmet Chaos

Vient ensuite une triplette de jeux de Mario & Co. : Super Princess Peach, New Super Mario Bros. et Yoshi’s Island DS. Les trois sont des bons jeux de plate-forme 2D, bien que dans l’ensemble très classiques. La princesse a des pouvoirs spéciaux qui varient selon son humeur, et que l’on active sur l’écran tactile ; le petit dragon sauve de plus en plus de bébés, utilise leurs compétences spéciales, et ce sur les deux écrans de la console ; enfin, le moustachu nous sort une aventure classique de chez classique (mais qui reste plaisante, attention).


Super Princess Peach, New Super Mario Bros. et Yoshi's Island DS

Bref, en résumé, en 2006, la DS aura accueilli des très bons jeux de plate-forme, même si on ne peut que déplorer l’absence d’innovation majeure qui semblait se profiler avec les premiers titres sortis en 2005 (Pac’n Roll, Yoshi Touch & Go, Kirby Power Paintbrush…). Bien sûr, on le sait, l’innovation n’est pas toujours une réussite, mais quand on voit la qualité des titres que je viens de citer, on se dit que les éditeurs (principalement Nintendo lui-même, en fait) aurait pu prendre un peu plus de risques. J’aurais éventuellement pu parler de l’épisode de Spyro qui est sorti, disons-le, dans la plus grande indifférence, mais d’après l’opinion générale, il est franchement moyen, et c’est l’un des seuls jeux de la liste auquel je n’avais pas joué, et ben j’avais pas envie (si c’est pour jouer à une bouse…). Allez, passons, et enchaînons avec un autre type de jeu.


Les jeux d’action

Alors oui, c’est vague comme thème ça, mais si je faisais des découpages en sous-catégories, on n’aurait pas fini. Pour faire simple, procédons par ordre croissant de qualité. Tout d’abord, le matraquage de licence. Resident Evil Deadly Silence (notez l’effort désespéré de Capcom pour trouver un sous-titre qui fasse « DS ») et Tomb Raider Legend ne valent vraiment pas la peine d’être joués. Le premier nous sert un mauvais remake du premier épisode de la série, en enlevant toute la peur (il ne reste donc plus grand-chose), tandis que le second est un portage des versions consoles de salon correspondantes. Ces deux jeux réussissent à combiner une 3D hideuse (tu m’étonnes que les zombies fassent plus peur, c’est des bouillies de pixels !!) à une maniabilité ingérable, le tout résultant en une grosse insulte aux fans de ces deux licences.


Resident Evil Deadly Silence et Tomb Raider Legend

Viewtiful Joe Double Trouble (ah, là ils ont pas réussi à trouver un sous-titre qui colle !), lui, s’en sort beaucoup mieux, que ce soit au niveau des graphismes, corrects, ou de la maniabilité. Il inclut des phases tactiles lors de l’activation des pouvoirs du héros, et force est de reconnaître, même pour un réfractaire du genre tel que moi, que le tout rend plutôt bien et est truffé de pas mal de bonnes idées. Comme quoi Capcom peut faire du bon comme du très mauvais.


Viewtiful Joe Double Trouble

Autre adaptation de licence gagne-pain, de la part de Nintendo cette fois : Metroid Prime Hunters. Bon, ce n’est pas l’endroit pour faire un débat, qui serait pourtant bien nécessaire, je vais donc résumer mon opinion de ce jeu en une phrase : bon jeu, mauvais Metroid (Prime en tout cas). La raison est simple : je suis un fan du premier Metroid Prime, et franchement, l’immersion y est pour beaucoup. Et là tout simplement, le support et donc la taille de l’écran a sapé toute impression d’immersion et tout ce qui faisait le charme des épisodes GameCube. C’est un très bon FPS, doté d’une maniabilité correcte et des meilleurs graphismes de l’époque pour la Nintendo DS, mais pour moi ça s’arrête là. De plus, le scénario ne vole pas bien haut, et les Hunters ne sont pas charismatiques pour un sou. Bref, plutôt une déception pour moi.


Metroid Prime Hunters


Presque simultanément, un petit jeu bien sympathique est sorti à la fois sur GBA et DS, et rappelant furieusement un Metroid à l’ancienne… Il s’agit de Scurge Hive. Je me suis rendu compte que peu de gens connaissaient en fait ce jeu, et c’est bien dommage. Ce petit soft d’action en 3D isométrique vous met dans la peau d’une guerrière dans une sorte de station spatiale (hum hum). Bien sûr, ça dépend des goûts, mais selon le point de vue, il vaut largement un Metroid Prime Hunters (encore une fois, ce n’est pas du tout le même style de jeu). Bon, si on veut chipoter, on peut me faire remarquer que Scurge Hive n’exploite en rien la DS, et qu’il se contente d’être un portage de la version GameBoy Advance…


Scurge Hive

Bien, pour terminer cette catégorie, un jeu de combat et un shoot. Le premier n’est autre que Dragon Ball Z Supersonic Warriors 2 (encore une suite d’un jeu GBA). Pas grand-chose de transcendant à dire dessus, l’écran tactile affiche un portrait des persos disponibles de votre équipe de décolorés. Le jeu est dans mes souvenirs plutôt réussi, même si parfois un peu confus (la technique de bourriner tous les boutons random marchait plutôt bien, ce qui n’est pas forcément un bon signe). A réserver donc aux fans de DBZ. Enfin, le second, Nanostray… ben c’est un shoot-them-up quoi. Et moi j’aime pas les shoot-them-up. Donc si quelqu’un veut en parler plus longuement, je ne l’en empêcherai pas. Je dirai tout de même que le jeu a le mérite d’être le seul vrai représentant de sa catégorie, même s’il est entaché de soucis d’interface : les développeurs ont voulu miser sur le tactile et ont foutu tous les raccourcis des armes dessus, ce qui est pas forcément très pratique pour changer en plein feu de l’action.



Dragon Ball Z Supersonic Warriors 2 et Nanostray

Allez, plus qu’une dernière catégorie et on est rendus !


Les party-games, puzzle-games, et wtf comment je les classe ceux-là ?!

Là, vous me voyez emmerdé. Parce qu’il me reste pas mal de jeux sur lesquels dire quelques mots, et qu’ils sont tellement différents les uns des autres que je sais pas par où commencer. Allez, tentons de mettre de l’ordre dans tout ça. On commence rapidement avec deux puzzle-games plus-classique-que-ça-tu-meurs : Tetris DS et Pokémon Link. Je ne vous ferai pas l’offense de vous expliquer le système du premier, et celui du second parle de lui-même avec le screen, et on ne s’y attardera pas (encore une connerie pour faire vendre, ça !). Un petit mot sur l’ènième adaptation du jeu le plus communiste de la Terre tout de même : plusieurs modes de jeu disponibles, des skins à l’effigie des univers Nintendo, et la possibilité de concourir en ligne. Emballé, c’est pesé, on passe à autre chose !


Tetris DS et Pokémon Link

Dans le genre des party-games et autres jeux pour se détendre lors d’un après-midi pluvieux, on citera, en vrac, Rub Rabbits, la suite de Project Rub, toujours de Sega, qui garde la même formule et le même style graphique, et reste toujours aussi moyen malgré peut-être une plus grande diversité dans les épreuves. Tamagochi Connection : Corner Shop, que j’ai choisi de citer car mine de rien il m’aura bien occupé celui-là, un jour où je n’avais plus que ça sur mon linker et pas de connexion internet pour en renouveler le contenu. Il consiste en des mini-jeux articulés autour d’un semblant de jeu de gestion de petits boulots. L’univers est bien sûr enfantin mais les objectifs sont divertissants et exploitent bien l’écran tactile. Cooking Mama, maintenant devenue une icône du jeu vidéo pour les casuals, fait ici ses premières armes dans des mini-jeux de cuisine qui, soyons honnêtes, n’intéressent pratiquement personne. 42 jeux indémodables porte bien son nom et propose des jeux de cartes, dés, pions, etc… (mais pourquoi je parle de ce jeu, moi ?!) qui raviraient vos grand-parents. Enfin, Worms Open Warfare nous ressort les lombrics guerriers dans un titre réussi et surtout fun en multijoueurs.



Rub Rabbits et Tamagochi Connection : Corner Shop


Cooking Mama, 42 jeux indémodables et Worms Open Warfare

Retour maintenant dans le plus original avec une poignée de jeux qui inaugurent, chacun dans un genre bien différent, un concept ou un style de jeu sur la Nintendo DS. Commençons par le plus bizarroïde d’entre eux. Electroplankton, c’est son nom, est une sorte de créateur de sons extrêmement psyché, vous demandant de titiller au stylet des bestioles aquatiques au look étrange pour produire une mélodie et l’enregistrer. Evidemment, c’est plus un concept qu’un jeu, et on peut se poser la question de la légitimité de vendre ça à 40€ (peut-être 30, je me souviens plus, mais ça revient au même). Personnellement, ça ne m’a pas amusé plus de 5 minutes, c’est pour dire… ça a à mon sens plus l’étoffe d’une sorte de mini-jeu téléchargeable gratuitement.


Electroplankton

Vint ensuite Phoenix Wright – Ace Attorney. Ah, le bougre ! La réputation de cet avocat n’est plus à faire (surtout au Japon puisque ses aventures ont commencé sur GameBoy Advance). J’imagine que tout le monde connaît le principe de ce jeu. Personnellement, je ne suis jamais allé plus loin que la troisième affaire du premier épisode. Je trouve le système de jeu hors audiences assez lourdingues, et rien ne m’énerve plus que d’être bloqué dans un jeu parce que je n’ai pas cliqué sur le bon centimètre carré de l’écran (une remarque qu’on peut généraliser à tous les point-and-click d’ailleurs). Voilà, si vous voulez m’insulter, allez-y.


Phoenix Wright - Ace Attorney


Et je crois que les insultes n’ont pas fini de pleuvoir avec ce qui suit. Car oui, j’aime le jeu qui va suivre. Et le pire, c’est que je suis même pas sûr de pouvoir expliquer pourquoi. Car Animal Crossing Wild World, c’est vraiment un jeu à part. A mi-chemin entre un simulateur de vie et une expérience bucolique et sociale haut perchée, ce titre reprend la formule de son aîné sur GameCube et l’adapte parfaitement à son support. Les fonctionnalités Wi-Fi sont de mise, et le fait d’avoir le jeu dans sa console portable est parfait pour un soft qui se joue surtout par à-coups, par sessions d’une demi-heure, mais régulières. Je suis conscient que beaucoup de gens n’accrochent pas du tout, que ce soit à cause des graphismes, du style de jeu, de la répétitivité… mais c’est dommage pour eux, car ils passent à côté d’une expérience zen et rafraîchissante.


Animal Crossing Wild World

Bien, on commence à en voir le bout, et j’imagine que vous êtes fatigués d’avoir déjà lu tout ça. On va terminer avec du lourd, puisque les deux derniers jeux (surtout un, à vrai dire) ont inauguré un genre tout à fait nouveau, et depuis devenu un phénomène de mode. On appellera ici le genre de « stimulateur de cervelet ». Le premier, et le plus populaire (puisqu’il aura connu des suites) est l’Entraînement Cérébral du Prof. Kawashima (je vous fais grâce du titre complet). Ce logiciel, plus qu’un jeu, consiste en des séries d’exercices dans le genre du calcul mental ou jeux de logiques, qui ont pour but de vous faire travailler votre cerveau, et ainsi lui redonner un petit coup de jeune. On peut évidemment se questionner sur l’importance de cette méthode sur notre cerveau, mais toujours est-il que pratiqué régulièrement par petites séances (vous avez un suivi journalier, corrélé au calendrier de la console), ce jeu est bien sympathique et change de l’éclatage de monstres quotidien. Niveau technique, ce jeu se joue uniquement au stylet en tenant la console à la verticale, une prise en main finalement très ergonomique (on la retrouvera dans d’autres jeux, notamment des point-and-click). Dans le même genre, mais plus axé sur les enfants (c’est l’impression que j’en ai eue), Cérébrale Académie propose lui aussi des exercices de réflexion, mais sont globalement beaucoup moins intéressants, mais surtout, l’absence de suivi journalier ruine le jeu, car j’ai débloqué tous les jeux et obtenu toutes les médailles en un après-midi ! L’intérêt est donc moindre, ce titre étant beaucoup moins motivant que son collègue.


Entraînement Cérébral du Prof. Kawashima et Cérébrale Académie


Allez, on souffle !

Voilà, le bilan de l’année 2006 en ce qui concerne la Nintendo DS est terminé. En quelques mots, que retenir ? Eh bien, au vu du plutôt bon démarrage de la console l’année de sa sortie, on ne peut qu’être déçu par cette deuxième année de vie. Les idées, notamment au niveau de la maniabilité tactile et de l’exploitation des possibilités de la console en général, qui avaient été inaugurés par certains softs n’ont été reprises que timidement, au profit de jeux certes bons mais trop classiques. Cette année, ce sont plus de nouveaux genres de jeux plutôt que des améliorations de concepts existants qui ont vu le jour. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais la qualité, on l’a vu, n’était pas toujours au rendez-vous. Il n’en reste pas moins que en deux ans d’existence, la DS a su se fabriquer une ludothèque de qualité, et exit les linkers, le joueur lambda a tout de même bien de quoi faire ! Alors je vous dis donc à la prochaine pour la suite de ce dossier, qui traitera bien évidemment de l’année 2007. A vos commentaires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Ven 16 Sep - 1:15

Hum, dans cette deuxième partie je te sens plus déchainé. J'ai l'impression que tu donnes plus facilement ton avis sur les choses et que tu "envoies balader" beaucoup plus facilement aussi sur des jeux qui, pourtant, en valent clairement la peine!

S'en suit forcément une plus grande suite de réaction parce que on est pas forcément d'accord.

Drake, sur Mario & Luigi2 a écrit:
Bon, en ce qui me concerne, je ne suis pas un grand fan de ce jeu, je n’ai pas vraiment été conquis par le système de combat, bien que dynamique.

Sérieux? C'est le seul truc bien >>"

Drake pressé a écrit:
Vient ensuite une triplette de jeux de Mario & Co.

Oula oula oula! Je sais bien que le but du dossier n'est pas de présenter les jeux en détail mais là tu fais un gros paquet de trois jeux extrêmement différents et surtout, essayant de prendre la DS de bien des façonsdifférentes! (Et ça, c'était le but du dossier non?)

Yoshi's Island DS, dieu sait comme je l'ai attendu, quel déception amère. Le fait d'avoir un double écran étendrait le level design vers le haut. On sait grâce à Yoshi's ISland DS que cela ne marche pas, on est, du coup, beaucoup trop approché de Yoshi, on explore absolument rien et le jeu est innintéressant à mon gout.
(Sonic Rush est déjà plus réussi et reprend également cette idée de Level Design dans la verticalité... Avec plus de succès mais les Sonic ont toujours beaucoup joué sur la verticalité de toute manière)

Super Princess Peach est mon grand favoris, l'idée des humeurs à portée de pouce en utilisant l'écran comme "panneau de contrôle" est une grande idée. Simple mais particulièrement efficace. Ce jeu est également bourré de bonnes idées dans les niveaux. Il s'agit pour moi du meilleurs jeu de plateforme classique de Mario malgré sa relative facilité.

Parce que New Super Mario Bros est vraiment fade sérieux. Y'a rien à dire sur ce jeu en fait, il est vraiment ennuyeux. (Contrairemen tà la version Wii) Y'a pas d'univers, y'a plus rien, même pas comme une petite idée d'exploitation de la DS comme l'ont au moins tenté les studios derrière Peach et Yoshi. Juste une honte.
Super Princess Peach est mon préféré du trio, absolument

Pour Resident Evil Deadly Silence, il reprend surtout le jeu sur PSX... Sérieux je me demande comment les gens ont pu avoir peur sur PSX. Y'a absolument RIEN, Alone in the Dark, premier jeu 3D était 10000 fois plus effrayant! Dans RE, les couloirs sont grand allumé, les zombies sont des bouillis de pixels, y'a vraiment juste le scénario qui est bon, le reste est d'une grande maladresse.
Le portage DS s'est contenté de faire l'erreur de s'appuyer sur la version PSX plutôt que la version Gamecube. (Enfin, vu les capacités graphiques de la DS, ça devait être obligatoire)

Metroid Prime Hunter je serais pas aussi sympas que toi. Le format n'a rien à voir avec l'immersion, Metroid Prime Hunter est un très mauvais jeu solo à mon gout. Des salles qui se répètent, pas le moindre labyrinthe, une durée de vie misérabl( ah non c'est uneq ualité ça en fait), les boss qui se répètent (wtf), il y'a rien dans ce jeu, absolument rien. C'est un putain de vide d'ambiance de l'histoire jusqu'aux graphimes passe partout. Le level design est aussi absolument pitoyable avec un manque de secret aberrant pour un Metroid.

Le seul moment marrant c'est le dernier boss, et encore il repompe une fin bien classique dans Metroid.
La seule chose parait il pas trop mal est le multi (et encore, y'aurait des races franchement abusés)

Bref, Metroid Prime Hunter, Mauvais jeu, TRES mauvais Metroid à mon gout. Dommage car effectivement, la maniabilité est pas trop mal.

Scurge Hive je connaissais pas. Ca a l'air cool!

Drake a écrit:
Et moi j’aime pas les shoot-them-up.

Y'a rien de plus triste que cette phrase je crois. ><
Nanostray c'est un peu le même soucis que leurs shoots sur GBA. (Iridion je crois), c'est très très beau, pas de soucis mais niveau Level Design je trouve ça misérable et surtout CHIANT.
Ce shmup n'a juste aucun rythme et est très rapidement casse pied à jouer.

Ca, et les quelques problème d'ergonomie effectivement.
Enfin, pour un dossier qui présente "la DS" tu envoies un peu trop vite balader les jeux qui essayent des dispositions un peu différentes à mon sens.

Pareil pour Tetris DS. Sérieux, ce jeu c'est pas une "énième" adaptation de Tetris. C'est L'adaptation de Tetris.
Les différents modes de jeu sont super bien pensé et il fait aisément parti, encore aujourd'hui des meilleurs puzzle game qui soit, et pas pour son mode classique crois moi!
Enormément de contenu, très bien pensé et agréable à jouer, Tetris DS est vraiment excellent!
Sinon Pokemon euuh j'y ai jamais joué donc je peux pas dire, mais si on prend Pokemon Puzzle Leages par exemple, les mécanismes étaient ceux de Panel de Pon... Et Panel de Pon est un excellent Puzzle game.
Ok y'a un skin Pokemon pour faire vendre.
Mais ça change rien aux mécanismes de jeu, il faut souvent faire abstraction du skin dans un puzzle game.

Drake a écrit:
Personnellement, je ne suis jamais allé plus loin que la troisième affaire du premier épisode.

Rho lala, on est tous d'accord pour dire que le système hors tribunal est chiant, y'a pas de soucis. (ça s'arrange dans les suites)
Mais sérieux reprend ce jeu IMMÉDIATEMENT quoi, tu sais pas ce que tu rates! Car si il s'agit de l'une de mes best serie ever MALGRÉ le fait que hors tribunal, c'est souvent assez chiant. Et bien c'est pas pour rien!
Vraiment dommage.


Bref, avec tout ces jeux envoyés un peu à la va vite, il y'a une impression de bâclage générale assez dommageable dans cette seconde partie de dossier. Heureusement c'est rattrapé par certains de tes coups de coeur mal connu, un style d'écriture maitrisé (quoi, déjà 7 pages?) avec des images séparant bien quant il le faut et une ligne directrice dans ce que tu veux dire de façon général sur la DS assez maitrisé.
C'est donc plus dans le détail des jeux que nait la frustration, tu envoies bouler certains jeux sans grandes explication et tu dis quasiment rien de certains alors qu'il y'a à dire. Tu ne devrais pas donner d'avis aussi catégorique sur les jeux à mon sens, car pour véritablement exprimé un avis, il faut une review, hors tu n'as pas le temps d'en faire. C'est pourquoi autant balancer un avis un peu plus neutre pour moins t'attirer les foudres du lecteur et plus l'attirer vers ce qu'a été la DS en 2006 de façon général, dans le monde... Le propos de ton dossier en somme.

Bon dossier sinon. Il y'a une amélioration par rapport au premier sur la ligne conductrice, bien plus présente et qui permet des transitions plus douces entre les jeux (pas trop entre les genres cecei dit) et ça rend la chose vraiment souple à lire. Bref, c'est toujours aussi sympas à lire. Je veux la suite moai1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake
Un drakofeu sauvage apparaît!


Messages : 827
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 26
Localisation : Plus à Paris

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Ven 16 Sep - 9:49

Hum je vois ce que tu veux dire. J'ai probablement été trop concentré sur le fait d'être plus subjectif que durant la première partie, du coup je l'ai été un peu trop.. facepa1 La troisième partie, je l'espère, saura trouver un juste milieu.

Pour les trois jeux de plate-forme Mario & Co., je maintiens quand même la façon dont j'en parle, parce que au final pour moi ils apportent rien à la DS. Comme tu le dis, Yoshi et New SMB sont assez fades. Peach utilise l'écran tactile pour ses émotions d'accord, mais pour moi c'est plus l'idée des émotions en elle-même qui est intelligente, plutôt que l'utilisation qu'elle en fait de la console. Ok c'est pratique mais ça reste ultra basique en termes de gameplay.

En ce qui concerne Nanostray, à part l'interface tactile qui est un ratage, ça reste aussi un shoot très classique (enfin tu dois être mieux placé que moi pour juger ce genre de choses), bien qu'il réussisse à exploiter la puissance graphique de la console de façon assez réussie.

Tetris, c'est vrai que ça aurait mérité que je développe un peu plus. Mais il se trouve que perso j'avais pas été emballé par les modes de jeux originaux (et tactiles pour certains), quand j'y jouais je revenais toujours au mode classique, ce qui du coup est un peu dommage. Mais encore une fois c'est mon avis, et dans le dossier il faudrait que ça se sente un peu moins. Pokémon Link ça a beau être un bon puzzle game, ça reste un puzzle game très classique comme on en voit des tonnes d'autres, même déjà au lancement de la DS.

Bon bon, pour te faire plaisir je réessaierai de jouer à Phoenix Wright, parce que je suis bien conscient du fait que je rate quelque chose.. Je trouve juste pas la motivation moai1

Bon donc en tout cas merci pour ce commentaire long et détaillé, je vais prendre en compte tout ça, et faire en sorte que la troisième partie (et les suivantes) condensent ce qu'il y a de mieux dans les deux premières !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Ven 16 Sep - 11:22

Ben Yoshi 2 aurait pus être beaucoup plus réussi si la décision de rapprocher autant la caméra de Yoshi n'avait pas été prise... Une décision qui vient directement de l'idée de faire un level design en hauteur.
Autrement dit il n'y a QUE sur DS que cette décision et que cette conséquence aurait pu être faite. D'autres comme Contra IV ou encore ouais, Sonic s'en sorte beaucoup mieux.
Donc c'est une sorte de "mini révolution". Faire un jeu de plateforme beaucoup plus porté sur la hauteur. On a ici une idée faite exclusivement pour supporter le double écran.
Moi je trouve ça assez intéressant au niveau "apport à la DS"

Et il est vrai que les émotions de Peach aurait pu être assigné à genre, un second joystick si c'était sur console de salon. (Ou la croix de merde de la 360)
Seulement voilà, Super Mario 64x4, Metroid Prime Hunter, leurs innovations c'est quoi? Un joystick sur tactile? On peut aussi dire qu'on peut assigner ça sur un second joystick, ça revient exactement au même.

Avoir des boutons supplémentaires que la DS ne possède pas en utilisant l'écran tactile. C'est une idée peut être pas aussi "flashi" qu'un second stick mais qui me semble bien cool. C'est également un certain apport à mon sens.
Je me souviens d'un jeu de mecha (dieu seul sait ce qu'il est devenu) où l'on dirigeait le robot via divers boutons et levier situé dans l'écran inférieur. Jump Ultimate Star permet même de créer son propre set de bouton avec son histoire de case à foutre sur l'écran inférieur.

Bref, l'idée des boutons supplémentaires en bas, c'est également une idée inédite d'utilisation de la DS qui me semble vraiment intéressant. (Nanostray a aussi tenté ça, mais ouais, il est vraiment trop classique et surtout pas inintéressant à mon gout)

C'est vrai que la première fois on t'avait conseillé d'être plus subjectif, on te ballade mon pauvre Drake... moai1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake
Un drakofeu sauvage apparaît!


Messages : 827
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 26
Localisation : Plus à Paris

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Ven 16 Sep - 11:31

Haganeren a écrit:
Seulement voilà, Super Mario 64x4, Metroid Prime Hunter, leurs innovations c'est quoi? Un joystick sur tactile?
Quand j'ai parlé de ces jeux, je n'ai pas mis en avant ce point-là, même si à mon sens ça change quand même la maniabilité de façon intéressante, plus que quelques icônes. J'ai juste dit pour le premier qu'il est excellent (parce que le jeu original l'est aussi -> pub pour ma review N64) et pour le second que c'est un gâchis de licence.

Et puis de système d'icône n'a rien de nouveau, rien que dans ma première partie, Star Wars Episode III l'utilise, Tony Hawk's American Sk8land l'utilise, même le GoldenEye pourrave l'utilise. Donc oui c'est sympathique, mais d'une c'était pas nouveau, c'est pour ça que j'ai pas insisté dessus, et de deux ça reste une exploitation assez sommaire des possibilités de la console (après, un jeu peut être très bon sans exploiter tout ça, c'est pas un problème).

Haganeren a écrit:
on te ballade mon pauvre Drake...
JE SUI DSPRR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weldar
Le Magnifique
Le Magnifique


Messages : 2331
Date d'inscription : 25/12/2010
Age : 26
Localisation : Chez Scapin.

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Lun 19 Sep - 13:07

Très bon dossier Drake.

Il reste tout aussi complet que le précédent, tu lâches une petite critique rapide qui réussi à faire le tour des jeux les plus marquants de l'année. C'est bon tout ça.
Comme toi, je vais m'arrêter sur certains jeux.

Mario & Luigi 2. J'ai été extrêmement déçu. Moi qui m'attendais au même concept que le premier Mario&Luigi (à savoir humour et exploration), là j'ai eu affaire à un scénario enfantin, nul, simplet. Les bébés étaient insupportables. On avait pas d'exploration, mais une suite de niveaux linéaires à traverser. J'étais trop déçu. On pourra dire à la limite qu'on voyait du paysage.
Le système de combat restait cool ceci dit, le boss final était assez dur dans mes souvenirs et l'ost correcte. (moins BG que le premier)

Lost Magic a l'air sympa, je connais que de vu par rapport à des mags.

Yoshi's Island DS. J'ai été déçu aussi comme Haga du level design moins inspiré (il y a des niveaux qui étaient sympa tout de même comme le navire) et d'un esprit redite du premier épisode (on retrouve des égouts avec le boss Plantes).
Le concept de mélanger plusieurs capacités pour avancer était sympa ceci dit. Par contre, il y avait moins de niveaux que le premier Yoshi's Island, mais ils étaient plus durs je trouve (enfin surtout les niveaux Extra).

Super Princess Peach. J'ai toujours eu envie de l'essayer, mais j'oubliais toujours ensuite. Le concept a l'air assez varié bien que le jeu semble très simple.

New Super Mario Bros. Une sorte de Super Mario Bros 3/1 avec des nouveaux graphs. Les niveaux sont souvent assez inspirés, mais ils sont un peu courts, mais le jeu était sympa.

Metroid Prime Hunters.
Au profit de vouloir faire un mode multijoueurs correcte, on a la pire aventure des Metroids. Deux boss, peu de zones à explorer (et encore, l'exploration reste discutable) qui sont séparées entre elles, l'esprit Metroid absent, scénario inutile (comme les Prime en fait)... Bref, j'étais très déçu, seul les graphismes et la maniabilité m'ont plu.

Le remake de RE sur NDS ne m'a jamais intéressé sérieux.
Par contre, Viewtiful Joe a l'air chouette. Il a eu de bonnes critiques par la presse je crois, non ?

Le DBZ Sonic Warriors 2 (le premier était développé par ARC System Works je crois) était sympa et bien fait. Par contre, il y avait peu de personnages jouables je trouve et peu de coups. Le rire de Broly m'est resté dans la tête quand il se transforme, j'adore.

En tout cas, BG ce Drakounet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake
Un drakofeu sauvage apparaît!


Messages : 827
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 26
Localisation : Plus à Paris

MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   Lun 19 Sep - 15:30

Weldou a écrit:
Lost Magic a l'air sympa
Il l'est, il vaut vraiment le coup d'être joué, surtout qu'il est pas bien long ni bien difficile.

Sacré Weldar a écrit:
Par contre, Viewtiful Joe a l'air chouette. Il a eu de bonnes critiques par la presse je crois, non ?
Dans mes souvenirs, oui. Il me semble qu'on lui avait reproché d'être moins hardcore que les épisodes console de salon, mais ça c'est pas forcément un mal. Moi ce jeu m'avait un peu frustré sur le manque de précision de l'écran tactile (si t'appuies pas sur le bon centimètre carré de l'écran, le pouvoir se déclenche pas par exemple), et les décors sont un peu fouillis des fois. Mais ça reste un bon défouloir.

Weldar, cet homme, a écrit:
En tout cas, BG ce Drakounet.
Merci pour ton commentaire, et je ferai en sorte de sortir la suite dans un mois environ, histoire d'être un minimum régulier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossier Nintendo DS - 2ème partie (2006)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Nintendo DS - 1ère partie : les débuts (2005)
» [Dossier] Nintendo Game Boy : partie 1 - GameBoyMania -
» [Dossier] Nintendo Game Boy : partie 3 - ZeldaMania et GameBoyMania -
» [Dossier] Nintendo Game Boy : partie 2 - PokéMania et GameBoyMania -
» [Dossier] Nintendo Game Boy : partie 4 - MarioMania et GameBoyMania -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Video Games Board :: Reviews & Dossiers-
Sauter vers: