AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fiction] Déchu, inspiré de Dark Souls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gordon Blake



Messages : 179
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 21

MessageSujet: [Fiction] Déchu, inspiré de Dark Souls   Mar 29 Nov - 0:32

Déchu, librement inspiré de Dark Souls


Le récit suivant est très librement inspiré depuis un certain passage dans Dark Souls mais il peut s'avérer être un spoiler, c'est à vous de voir. Je tiens tout de même à dire que c'est un évènement mineur même si plutôt choquant quand on y prête attention.

La mort n'a jamais été une délivrance, il le savait. Dans ce monde, force est de constater qu'elle est même la pire chose qui puisse arriver. Ce n'est pas la froide mais légère étreinte qui éteint lentement mais sûrement la flamme intérieure d'un homme, l'abandonnant seul au cœur d'un néant glacé, comme d'aucuns le croient. La mort n'est pas synonyme de fin, pas en tant que telle. Elle marque la fin de l'espoir, mais pas la destruction de l'âme. Cette dernière étape ne vient que bien plus tard. Celui qui meurt, à moins qu'il ne fut profondément mutilé, celui-là peut encore se relever. Il ne comprend pas exactement ce qui lui arrive, si ce n'est qu'il n'a toujours pas disparu. Il erre dans un état de stase entre la vie et la mort et se dit qu'il a finalement été sauvé, que les dieux sont avec lui. Ce pauvre fou n'a encore aucune conscience de la lente dégénérescence qu'il va connaître, son corps pourrissant lentement, le conduisant avec une infâme douceur vers un destin pire que les plus atroces tortures : la constatation de la si lente flétrissure du corps et de la perte de la santé mentale. Celui qui disparaît pour mieux se relever est condamné à voir son âme se désagréger, sa chair et sa peau pourrissant et son esprit en proie aux terribles murmures des ténèbres jusqu'à ne plus être qu'un pathétique cadavre dégénéré. Le processus est si lent, sans la moindre chance de guérison sous aucune manière que ce soit, si terriblement lent et laissant malgré tout cette lueur d'espoir qu'il s'empressera de piétiner avec violence, qu'il est bien possible d'affirmer qu'il s'agit là du plus infâme des sursis qui puisse être accordé.

Bien sûr, le phénomène fut rapidement connu de tous les humains et de ceux qu'on nommait désormais les Déchus, des morts-vivants à venir. Il n'en avait fait qu'accroître la terreur des hommes vis-à-vis du trépas puisqu'ils se rendaient désormais compte que leur délivrance ne serait qu'un interminable calvaire et qu'ils n'avaient plus de perspective de repos. On en vint à déporter et à enfermer ces morts-vivants en proie à la détérioration dans des prisons scellées afin qu'ils ne puissent détruire ce qu'il restait de l'humanité. Les Déchus n'avaient cependant pas toujours existé. Il semblerait que leur apparition coïncide avec des évènements étranges relatifs à la folie des dieux qui perdaient le contrôle de la régence du monde en se livrant à des conflits fratricides.

Les superstitions et le chaos s'emparèrent bientôt des survivants de l'humanité dans ce monde dévasté et désolé en proie à la folie et ils en vinrent à chercher frénétiquement une solution à cette putréfaction qui se développait sans cesse, semblant sceller le destin de la race humaine. Il y avait bien entendu des moyens de ralentir la progression du fléau, mais nul ne pouvait imaginer que sa fin n'était pas inéluctable. Parmi eux, le plus efficace s'avérait être de rester de manière permanente auprès d'un feu de camp alimenté par la ferveur pieuse d'une prêtresse, une Gardienne comme on les nommait depuis lors.

Il apparut néanmoins lentement que toutes les précautions que l'on pouvait prendre n'empêchait pas la croissance exponentielle du nombre de Déchus et de morts-vivants. Ceux-ci, des abominations dégénérées et désormais sans âmes, semblaient contribuer à la décadence du monde tout entier de par leur simple existence. L'humanité, désormais en proie à l'extinction, plutôt que de former une coalition de survivants, se trouva fragmentée et chaque survivant, chevalier, mage, combattant se retrouva à aller de son côté pour faire face aux hordes de démons et d'horreurs qui régissaient alors le monde. Un seul homme restait immobile, près d'un feu. Autrefois courageux guerrier, il était devenu cynique face à la tournure des évènements et sentait sa propre déchéance et sa lente transformation en un mort-vivant. Le feu avait beau luire, étant un imposant brasero, rien ne pouvait empêcher l'inévitable, cette abominable déchéance contre-nature qui frappait désormais même les humains. Il en était absolument conscient, et malgré toute sa ferveur, le cynisme et la peur finirent par vaincre. Il devint amer et lança quelques réflexions méprisantes aux déchus encore conscients qui parvenaient à s'échapper de leur prison et entendaient sauver le monde. Ils mourraient bien assez tôt et perdraient leurs esprits, augmentant encore la masse des créatures sans âmes qui peuplaient désormais l'ancien village, mis à feu et à sang.

Il n'y avait plus aucun endroit sauf. Il en était venu à penser parfois qu'il était peut-être le dernier homme encore en vie. L'effroi le rattrapait alors, lui rappelant que ses jours étaient comptés et qu'il allait bientôt perdre lui aussi sa santé mentale et son âme. Il luttait pourtant de toutes ses forces, tâchant de ne pas s'abandonner à l'abattement, mais le combat était perdu d'avance. Les ténèbres gagnaient du terrain et elles le dévoraient de l'intérieur. Dans son esprit où la brume empoisonnée de la folie s'établissait, ses pensées devinrent de plus en plus pessimistes et négatives. De même, des signes évidents de flétrissure commençaient à apparaître sur son corps, le comblant d'horreur et d'effroi.

Un jour cependant, il se surprit à éprouver de l'espoir. Un autre déchu en devenir venait de s'échapper, animé par la même pseudo-bienfaisance empreinte d'une pitoyable candeur que tous les autres soi-disants aventuriers, et comme toujours il s'efforça de l'aiguiller. Malgré sa folie grandissante et sa déchéance croissante, une partie de lui croyait en ces aventuriers. Lorsqu'il entendit sonner à quelques heures d'intervalle les deux Cloches de l'Eveil, il eut du mal à y croire. C'était la première fois depuis des décennies que cela était arrivé et il parvint à éprouver une sorte de joie, de même, pour la première fois depuis bien longtemps. Peut-être, peut-être ce mort-vivant allait-il tous les sauver ... A moins qu'il ne meurt vraiment, comme tous les autres jusqu'ici ...

Force était néanmoins de constater que les progrès de l'aventurier n'étaient pas assez rapides et que la dégénérescence ne cessait de prendre de l'ampleur. Il était désormais constamment partagé entre l'espoir et le désespoir, déchiré entre deux sentiments absolument opposés tandis que les dernières lueurs de sanité disparaissaient de son esprit.

Le sort en fut décidé lorsqu'il entendit le cri de douleur et d'agonie de la Gardienne du feu et qu'il vit le brasero s'éteindre, ne laissant que des cendres froides. Les ténèbres gagnèrent soudain tout son corps, enflammant sa chair et son âme. Tout n'était plus que la confusion la plus extrême, rien n'était clair, tout était flou et il se trouvait désormais à courir frénétiquement vers les ruines de l'ancienne cité de New Londo, dans l'espoir de trouver un dernier feu, un dernier espoir. Dans sa course folle, il s'écroula soudain à terre, pour se relever sous les traits d'une créature qui n'avait pratiquement plus rien d'humain. Les ténèbres avaient gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vocabula
Meilleur mec d'ACK


Messages : 5
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: [Fiction] Déchu, inspiré de Dark Souls   Mar 6 Déc - 14:51

j'aime bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Fiction] Déchu, inspiré de Dark Souls
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiction] Déchu, inspiré de Dark Souls
» [Fiction] Lautrec de Carim, ou la Cupidité ; inspiré de Dark Souls
» [MULTI] Dark Souls
» Quelqu'un joue à Dark Souls ici ?
» Dark Souls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Culture Board :: Créations-
Sauter vers: