AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bons jeux à Tonton Haga : Fury of the Furries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Les bons jeux à Tonton Haga : Fury of the Furries   Dim 26 Déc - 23:45

FURY OF THE FURRIES


Support : DOS, MAC
Version : Anglaise (j'arrive pas à trouver la française)
Développeur : Kalisto
Editeur : Kalisto
Genre : Plateforme

Quand j'étais tout pitit, j'avais un Macintosh!
J'ai donc connu pas mal de jeux m'ayant réellement passionné dès mon plus jeune âge. (Ainsi que mal de jeu pourris aussi... Bref... ) Si je devais en faire une sélection, Fury of the Furies arriverait sans doute dans le top 3. (Voir LE premier)
Du temps où vous autres aviez dû connaître Mario et Sonic, je m'éclatais avec les Tinies! Je dirais bien que ce jeu de plateforme vaut bien les perles sus-cités mais comment vous le montrer?
C'est pourquoi je fais cette petite review pour vous montrer et vous faire jouer à un de mes jeux de plateforme favoris!
Alors? Nostalgie incongrue ou réelle perle inconnue?

Amour, cataclysme et passion dans le fabuleux quatrième opus des Tinies.

Tinies était à la base un espèce de puzzle-game mettant en scènes des boules de poils (du même nom que le jeu) voulant envahir la planète Terre. Leur principale caractéristique est d'être tellement dissipés qu'ils ne peuvent rester sérieux plus de 5 minutes. (Les grands savants de ce monde reconnaissent le fait qu'ils peuvent rester concentrés pendant une demi-heure, un vrai record!)
Le but était de calmer ces affreux petits bonhommes en les mettant sur des sièges spéciaux où ils pourraient s'endormir... (Je ferai certainement une description plus détaillée de ce jeu un jour prochain)


Effectivement, dans le jeu, on ne peut pas les laisser tranquilles 5 minutes sans qu'ils fassent une drôle de tête!


Ce quatrième opus mets donc toujours en scène ces infernales boules de poils qui, cette fois, retournent sur leur planète. (Qui a un nom ressemblant à un éternuement et impossible à se remémorer bref...) Mais pendant qu'ils étaient pas là, un méchant Tinies dictateur a pris le pouvoir et, tel un Robotnik avec qui il partage la circonférence de son bide (rond), il changea bien des Tinies en des êtres sans âme ou en des montres redoutables. (Robotnick se contentait de les changer en robot...)
Autant dire que c'est la misère! (On a jamais dit que le scénario était super recherché >>)
Bref, quand les Tinies reviennent, ils en choisissent UN pour se taper la petite centaine de niveaux dont est (doit être?) constitué le jeu. C'est parti mon kiki!


Bon, allez les gars, qui c'est qui y va?


Boule de poil multifonction dans environnement hostile

La boule de poil que nous voyons dans l'intro est de poil jaune, cela a son importance puisqu'il est possible de changer de couleur. 4 couleurs sont disponibles en tout : Rouge, Bleu, Jaune et Vert.
Outre le gain d'esthétisme évident que peut procurer le fait de jouer avec un Tinies Rouge plutôt que Bleu (hum...), il faut également savoir que chaque couleur correspond à un certain pouvoir.
Ainsi :
-La couleur Jaune (Pistolet) permet au personnage d'envoyer une magnifique boule de feu sur une cible quelconque qui, de douleur, ne pourra s'empêcher de faire « Ouille! » (véridique)


Hadoken! Bien avant Ryu et son maitre, qui a inventé cette technique sacrée? Moi je le sais ! C'est une boule de poils! Avouez que ça casse le mythe... >>


-La couleur Rouge (Mangeur de Pierre) permet au Tinies de... manger des pierres, ou des trucs dans le même genre... Mais PAS des ennemis (pour eux, il faut Hadokenman)


Creusez ici. Le panneau peut pas faire plus clair


-La couleur Bleue (Tireur sous l'eau) permet à la boule de poil de nager... Enfin de plonger pour être plus précis car le personnage peut nager à la surface quelle que soit sa couleur.
En appuyant sur la touche action, le bonhomme crachera quantité de bulles d'air capables de détruire les ennemis sous-marins. Pas mal!


Brr... Elle a l'air froide


-La couleur Verte (Tarzan) la plus pratique. Elle permet à la bouboule de créer des lianes afin de s'accrocher au plafond. On peut ainsi se balancer et passer bien des précipices et des pièges! La corde peut être également utilisée pour tirer des objets vers nous.


Relâchez le bouton Action pour lâcher la liane et amusez-vous!


Si ce principe de personnage ayant chacun une caractéristique propre n'est pas sans rappeler Lost Vikings, le jeu n'en reste pas moins bien différent puisqu'il ne faut pas emmener les 4 bonhommes jusqu'à la sortie du niveau mais juste un seul qui peut se changer en ces 4 couleurs.
Pour changer de couleur, appuyer simplement sur « Bas » lorsque vous êtes sur une surface stable, votre Tinies se décompose, à vous de choisir sa futur couleur.
Si vous pouvez à tout moment changer de pouvoir, où est la difficulté?
Et bien il se trouve que vous n'aurez pas obligatoirement les 4 couleurs disponibles au début du niveau. D'ailleurs, il possible que l'on vous enlève ou que l'on vous rajoute une couleur si vous passez dans un cerceau coloré.

Lorsque le jeu de plateforme rejoint le jeu de réflexion...

L'un des aspects les plus originaux de Fury of the Furies tient de sa diversité. Les niveaux ne sont pas aussi grands que dans un Mario ou un Sonic mais serait plutôt sous forme de « tableaux ». A chaque fois, le but étant de rejoindre le panneau « Exit » afin de passer au niveau suivant.
Pour cela, votre personnage pourra utiliser son pouvoir et également sauter.
Sauter dans Fury of the Furies est quelque chose d' absolument fabuleux.
Au fait, on ne saute pas, on tire partie de l'aspect sphérique des créatures et on « rebondit », littéralement.
Ainsi, le premier saut fera à peine décoller votre Tinie d'un carreau. Le second l'élève à deux carreaux et le troisième le fait décoller jusqu'à trois carreaux. L'aspect « rebond » joue un rôle particulièrement important dans le jeu et est, en plus, particulièrement agréable à jouer. Si en plus vous contrôlez le Tinie Vert, vous aurez le plaisir d'alterner des phases rebonds démentes avec des phases de balancement sur des lianes à très grandes vitesse. La physique du jeu permettant des déplacement parfaitement fluide et bien fichu.
Vous l'aurez compris, le moteur du jeu et la maniabilité sont réellement les énormes points forts, ce qui tombe plutôt bien pour un jeu de plateforme! Mais avec cela, j'ai également le plaisir d'annoncer que les développeurs n'ont pas chaumé pour le level-design.

Dire que le level-design est fabuleux serait un raccourci tentant mais qui n'engagerait que moi et serait, par voie de conséquence, pas très utile. J'invoquerai donc surtout l'immense diversité dont font preuve les différents niveaux du jeu.
Niveau labyrinthe où il est fort possible de se perdre la première fois, niveau « action » avec une foule d'ennemis et de balles qui arrivent sur vous, niveau « réflexion » avec des énigmes assez tordues, niveau « plateforme » avec des phases pour le moins difficiles à appréhender voire niveau « panacée » où tout cela est mélangé dans un beau fatras!
La surprise est toujours au rendez vous lorsque l'on passe au niveau suivant et c'est un grand bonheur!
Il est d'ailleurs amusant de constater que le jeu joue beaucoup avec les « panneaux ». Ainsi, il faut faire très attention à l'arrière-plan qui recèle souvent des petits indices sur les pièges du niveau.
Enfin, lorsque vous vous trouvez dans un endroit apparemment sans risque mais qu'un unique panneau danger vous prévient d'un périple invisible à vos yeux, je peux vous assurez que vous avancez à tâtons! (Et généralement, vous ne pourrez éviter le piège, et oui, la vie est moche >>)


Le panneau annonce un danger... Allez savoir lequel... J'avance et BAM! Un piège au sol. (Ca aurait pu tout aussi bien être une pierre qui vous tombe dessus!) Plus sadique que ça j'ai du mal >>


Enfin, les niveaux regorgent de passages secrets qui vous permettra d'augmenter singulièrement votre nombre de pièces et de pouvoir ramasser des vies. (Au bout de 100 piécettes, comme n'importe quel jeu de plateforme)


Si j'avais su que je recommencerais mes exos de math de primaire en jouant à ce jeu...
Bon allez c'est parti. Un bac 1 contient 200 litres et peut en contenir 300, un bac 2 en a 200 mais peut en contenir 600. Si on transvase le bac 1 dans le bac 2, le Tinies pourra-t-il sortir du bac 2 sachant que la sortie est à hauteur de 200 mètres à partir du niveau de la mer du bac 2 et que l'âge du capitaine est de 48?



Et comment je passe le bain d'acide moi?


Esthétiquement au poil!

La version Macintosh testée est la plus jolie version sortie à ce jour du jeu. Elle a beau être en 256 couleurs, on aperçoit quelques détails assez rigolos témoignant de l'humour que les développeurs ont bien voulu accorder au titre.


Une statue de la liberté boule de poils en plein désert! Pourquoi pas...



J'adore la tronche que tirent ces bestioles lorsqu'elles poussent un bloc! XD Animé c'est encore mieux!


A part cela, l'environnement n'est malheureusement pas très cohérent, c'est pas le genre de la maison dirions-nous et sans doute que les fans de Kirby que nous avons ici ne ressentiront pas cet impression de fraicheur et l'ambiance qui s'échappe du titre de la boule rose mais non pas de celui des boules rouge bleue verte et jaune. Ainsi, l'ambiance du jeu n'est pas vraiment travaillée, le travail a plus été effectué sur le level design et la physique du jeu.
Le jeu a ainsi, par exemple, un maitrise exemplaire des éléments aquatiques avec des énigmes à base de réservoirs qui se remplissent, d'autres qui se vident, de niveau d'eau qui monte ou qui descend. Bref, des énigmes finalement assez logiques et qui sont très plaisantes à résoudre.
Un point exemplaire est également l'animation sans faille qui permet une fluidité de tous les instants rendant le jeu beau à regarder s'animer faute de le trouver spécialement beau à regarder en image.
La plupart des prouesses graphiques sont donc, encore une fois, plus au service du moteur du jeu que d'une quelconque envie de retranscrire une ambiance.
Deux choses permettent cependant de ne pas trouver que les différents environnements sont juste des décors en arrière plan avec une faune et flore approprié :
-Les musiques qui sont ma foi assez réussies et qui arrivent bien à retranscrire l'ambiance du monde.
-Le fait que chaque monde ait une sorte de thème. Ainsi, le second monde, celui du lagon, aura pour thème « l'eau » et sera donc sujet à pas mal d'aquatiques énigmes. Le monde de la jungle sera l'occasion de niveau bien plus tourné « action » et de phases de plateforme à grands coups de lianes. La pyramide aurait plutôt comme thème les « saloperies de pièges sadiques qu'on ne voit pas la première fois qu'on fait le niveau » ainsi que quelques énigmes et labyrinthes...


La faune et la flore de la forêt sont particulièrement hostiles.



La carte du monde permet de se faire une idée de ce que proposeront les prochains niveaux...


Marre des jeux qui se finissent en une après-midi? Essayez Fury of the Furies!

Sachez déjà qu'un monde est constitué de 10 niveaux.
Un monde a, comme nous l'avons vu précédemment, un certain environnement. (Desert, Pyramide, Usine, Château... )
C'est pas compliqué, quand j'étais gosse, sur Macintosh, j'atteignais (difficilement) le second monde. (Eh! Oh! J'avais 6 ans! )
J'ai ensuite récupéré le jeu sur PC et j'ai pu aller jusqu'au troisième niveau. (Je devais avoir 13 ans...)
J'ai ensuite récupéré le jeu en émulant le Macintosh sur mon PC Portable l'année dernière, j'atteignais le quatrième niveau.
Enfin, cette année, toujours en émulant le Macintosh, j'atteins le cinquième niveau.
Si ça continue comme ça, je battrai le dernier boss sur mon lit de mort!
Et lorsque j'ai demandé à un ami à moi ayant fini le jeu, durant une répétition de musique, comment était le dernier monde. Alors, son sourire habituellement suspendu à ses lèvres disparut, il devint soudainement blême et son visage trahit une immense peur. Nous n'avons pas échangé un mot jusqu'à la fin de la répétition...
Vous l'aurez compris de par cette intermède autobiographique d'un intérêt discutable, le jeu est dur.
Oh! Vous ne vous vous en rendrez certainement pas compte tout de suite! Après tout, le jeu sauvegarde automatiquement au bout de 5 niveaux ce qui paraitra amplement suffisant au début.
Par la suite, cependant, j'avoue avoir poussé des hurlements de joie après être passé au niveau 6 du quatrième monde tellement c'était dur! (Et à peu près pareil, à l'instant, pour passer au monde suivant.)
Mais au moins, il y'a sauvegarde! Nous pourrons cependant regretter certains niveaux à énigme où l'on pousse des blocs qui sont bien sympas à faire la première fois mais qui, au bout de la sixième fois, deviennent franchement lourdingues.
C'est un peu les limites du système.
Dernière petite remarque, les vies qui sont cachées dans les niveaux sont, le plus souvent, pas très dures à prendre et réapparaissent à chaque mort. Ainsi, le jeu devient plus faisable... Un peu...


Chaque début de niveau est annoncé par un message stupide de ce genre. Les messages de Game Over ne sont pas en reste avec des trucs du genre "Euh, on sait pas comment vous le dire mais vous avez... hum... err... perdu" ou encore "Personne n'a dit que c'était facile. Nous ne l'avons pas dit. Vous savez pourquoi!". Une de mes plus grosses déceptions est de ne pas avoir trouvé la version française du jeu qui était excellente! (Normal, le jeu est français... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Le plus grand des rabat-joie


Messages : 4178
Date d'inscription : 16/12/2010
Age : 104

MessageSujet: Re: Les bons jeux à Tonton Haga : Fury of the Furries   Dim 26 Déc - 23:49

En conclusion

Mon vocabulaire ne doit pas être assez étendu pour que je puisse utiliser les mots mélioratifs adéquats à décrire tout le bien que je pense de ce jeu : Intelligent, bien conçus, maniabilité au poil, drôle, animation sans faille et graphisme rigolo, Fury of the Furies était un must des années 90 sur micro et il me paraissait fortement nécessaire de vous le présenter.
Mais plus que vous le présenter, comme j'essaierais de le faire à chaque « Bon jeu de tonton Haga », je vous propose d'y jouer vous même!
L'émulation MAC n'a rien de compliqué une fois qu'on s'y est plongé... Mais il faut s'y plonger et je suppose que chacun a bien mieux à faire! C'est pourquoi je vous propose une archive où tout est déjà configuré et paramétré par moi. Ne le distribuez pas trop, l'archive contient des rom des systèmes Macintosh et il aime pas ça du tout Apple!

Mais comment qu'on fait pour y jouer?


Déjà, on le télécharge (pour l'instant, c'est sur rapidshare, plus tard, ce sera sur un serveur ftp) :
http://www.zshare.net/download/5088328385647c6c/

Voici toujours des screenshots des différents menus de configuration même si en théorie, ils sont à peu près déjà tous configuré.


Une fois que vous aurez tout mis en place, lancez le jeu. Il est fort probable que vous obteniez ceci :
A cela, pas de panique, essayez de jouer les extra sensorielles, de deviner la position du pointeur et de cliquer tant bien que mal sur le bouton sans nom.
Si ça vous gonfle, fermer Basilisk II à l'arrache et recommencer. Rassurez vous, apparemment, cela ne fait cela que pour les premières fois que l'on ouvre le jeu.
En théorie, à la seconde ouverture, vous obtiendrez cela :
Là, on voit mieux le message! L'inquiétante error numéro 10 qui m'a toujours fait flippé tant que j'avais un VRAI MAC. Là, appuyez sur restart et vous aurez le plaisir de voir à la troisième ouverture :

L'error numéro 10 arrivera à chaque fois que vous démarrerez le jeu mais ne posera plus de problème une fois que vous aurez redémarrer (ce qui fait une perte de temps de l'ordre de 30 secondes) C'est un grand mystère, il faut dire que Fury of the Furies est particulièrement difficile à émuler, j'en ai bavé pour trouver la bonne rom!

Ah! Dernière chose! Jouez en plein écran le jeu bugge aléatoirement si vous jouez en mode fenêtre. (J'en sais quelque chose, j'ai été obligé d'être en mode fenêtre pour faire mes imprime écran. )
Cela reste suffisamment rare pour être jouable... M'enfin bon en général, voir le truc planter n'est pas une bonne surprise, mais si c'est rare est rare... >>
Et dans le pire des cas, si vous jouez en mode fenêtre, gardez à l'esprit que Basilisk II n'est pas un émulateur parfait et que cliquer en dehors de la fenêtre de l'application revient à la faire lamentablement planter. Triste...


Et parce que je vous aime bien, je précise que si vous essayez de tirer cette pierre dans ce niveau non seulement ça sert à rien pour résoudre l'énigme mais en plus le jeu plante complètement et vous devrez vous retapez les 5 niveaux précédents! A éviter donc


Et sur ce amusez vous et n'oubliez pas de commenter vos impressions, c'est ma récompense pour le mal que je me suis donné. (Pas à jouer, à prendre ces put**** de screenshot pourri et à configurer ce foutu émulateur! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les bons jeux à Tonton Haga : Fury of the Furries
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les bons jeux à Tonton Haga : Fury of the Furries
» Les bons jeux de Tonton Haga : Digital : A Love Story
» Les bons jeux de Tonton Haga : Xanadu Next
» Les bons jeux de Tonton Haga : Mr Gimmick
» Les bons jeux de Tonton Haga : Attack of the Friday Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artcore Kirbies :: Video Games Board :: Reviews & Dossiers-
Sauter vers: